A good way of leaving you weak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
Métier : détective privé
Informations : Ancien policier du RAID. Anton est venu aux état-unis pour une femme, mettant un terme à sa carrière. Depuis l’échec de son mariage, il fait mauvaise fortune bon cœur et essaye de se construire une vie en tant que détective privé.
Véhicule : Ford Mondéo
Inventaire : Beretta 90-two
Lun 28 Mai - 20:06

Il n’y a jamais une seule façon d’affronter ses traumatismes et ses peurs, je regarde Shea qui tombe la totalité de ses barrières, je la vois totalement nue et vulnérable devant moi. Nous sommes loin de sa posture défensive ordinaire, elle se livre et me dévoile l’ampleur de sa douleur. Je la vois douter du concept même de justice et de la vie. Ce que ce type lui a fait… j’ai toujours eu une haine viscérale pour ces personnes, violeurs, tueurs, arnaqueurs. Ils sont une abomination à l’espèce humaine…

Elle doute même du concept d’avenir pour elle-même. Je ne sais même pas quoi ajouter.
En temps normal, quand je faisais ça en tant que flic, j’avais forcément de l’empathie pour ces filles et ces quelques garçons. Mais je gardais une distance, je restais pro et je faisant en sorte de ne pas laisser mes sentiments prendre le dessus. Dans le cas de Shea, je suis son ami avant d’être policier et je n’ai qu’une envie c’est de le faire payer de la façon la plus douloureuse possible. Mais je ne pense pas que Shea accepterait que je me lance dans une vendetta pour elle.

Il faut dire que le fait que ce type habite Seatle, ça ne serait pas simple sur le plan logistique pour lui faire du mal. Peut-être le menacer au téléphone ? C’est trop basique. Ça ne servirait à rien de toute façon…

QUELLE MERDE !

Je repose Shea et nous reprenons les positions d’avant mon petit discours motivant, qui n’a pas eu d’effet… Et si, ouais et si je lui proposais cette vendetta finalement ? Au pire elle dira non, mais ça n’engage à rien. Ça pourrait très bien lui faire plaisir.

- Ecoute Shea, si ce n’est pas pour la justice, alors, disons que c’est pour la vengeance. Si tu perds le sommeil et que le fait qu’il puisse être en paix te révulse. Moi je peux faire de sa vie un enfer ! Je connais des centaines de façon de harceler quelqu’un, il à beau être à l’autre bout du pays ! Ce n’est pas un souci, une fois, à Lille, j’ai découvert qu’un type en harcelait un autre depuis Marseille ! Je peux lui ôter le sommeil très facilement.

La fille qu’elle voulait être n’existera jamais, la fille qu’elle était est morte. Mais la Shea que j’ai en face de moi est vivante et réelle et je crois avoir touché un point sensible. Je la vois qui tressaille, comme si quelqu’un l’avait tasé. Maintenant que j’ai son attention, j’ai envie d’ajouter quelques choses que j’ai sur le cœur depuis quelques temps déjà :

- Je n’ai jamais connus ce que tu étais avant, je ne connaîtrais jamais celle que tu aurais voulu être. Moi, je ne connais que la petite emmerdeuse, chieuse, attachante et volontaire que tu es maintenant ! J’ai laissé passer ma vocation, j’ai gâché ma vie pour une femme et j’ai maintenant l’occasion de me rattraper avec toi, je veux aider mon prochain et c’est sur toi que c’est tombé. Je ne te laisserais pas couler à cause d’un fils de pute.


Je me rends compte maintenant de la raison qui me pousse à agir comme je le fais depuis tout ce temps, pendant si longtemps j’ai nié mes sentiments et refoulé mes états d’âmes. J’oblige à s’ouvrir mais l’effet secondaire fait que moi aussi je m’ouvre, parfois trop. Le cœur au bord de l’explosion je laisse échapper :

- Tu es comme cette fille dans « la lettre ». « J’en suis tombé amoureux ».

PUTAIN !

Heureusement pour moi, j’ai sorti la dernière phrase en français ! j’échappe de peu à la catastrophe absolue ! Maintenant, je regarde Shea et j’attends qu’elle réponde à ma proposition et ma déclaration.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Shea A. McLaughlin
Administratrice
Métier : Peintre
Informations :

A une grande soeur » Timide, sensible et introvertie » Connue sur Tumblr pour ses oeuvres, sous le nom de Drenshara » Féministe convaincue » A pris des cours de self-défense après une agression, elle ne sort pas sans son chien, Hulk. » Déteste les hommes et ne se laisse pas facilement approcher » A un appétit de moineau » Tient une radio pirate et un blog-journal » Enquête activement sur l'infection, au risque de se mettre en danger » A depuis peu une arme à feu dont elle ne sait pas se servir » Annexes
Véhicule : Scooter Vespa
Inventaire : Kahr K9, Boîte d'Ibuprofène 200mg (30 comprimés), Kit de premiers soins (4 compresses stériles, produit désinfectant, 8 pansements, 2 bandages), Boîte de Tramadol 200mg (30 comprimés)
Lun 11 Juin - 15:08

Est-ce qu’Anton parviendrait vraiment à lui faire retrouver le sommeil ? Ou à défaut, un petit peu confiance en l’être humain ? En l’homme, sans sa grande hache ? Shea se sentait si fatiguée, et pas seulement parce qu’elle n’avait pas dormi de la nuit. Peut-être que ses nerfs étaient à vifs, et que l’alcool aidant, elle se libérait d’un poids qui l’étouffait. Comme les questions qu’elle lui avait posé quelques semaines plus tôt, en l’interrogeant sur la pertinence de parler si ça faisait plus de mal que de bien. Là, il lui semblait qu’elle respirait mieux… A peine mieux…

Malgré les larmes, malgré la douleur ou la sensation de toujours sentir son poids sur elle dès lorsqu’elle fermait les yeux. Le souvenir s’imposait à elle avec tellement de violence qu’elle en oubliait tout le reste. C’était comme un coup de poing dans le ventre, remontant son diaphragme dans ses poumons, la vidant de tout son air…

Le pire dans tout ça, c’était qu’en se jurant d’oublier l’évènement qui l’avait tué de l’intérieur, qui l’obligeait à se suicider à petit feu, Shea envisageait de plus en plus sérieusement la proposition d’Anton. Est-ce qu’il pouvait souffrir pour ce qu’il lui avait fait ? Et dans la foulée, le fait même de dire « oui » la bouffait de l’intérieur, la culpabilité l’étouffait avec tellement d’ardeur qu’elle préférait renoncer. Parce que ça pourrait se savoir. Ce secret qu’elle tentait, bon gré mal gré

« Qu’est-ce que… » Elle s’interrompit, comme chahutée par la douleur. Les lèvres pincées, elle renifla pour ravaler sa peine : « Qu’est-ce que tu comptes faire ? » Demanda-t-elle, en essayant d’arborer un masque de sérieux imperturbables.

La suite de ses déclarations la laissa songeuse, curieuse aussi. Un froncement de sourcil plus tard, elle planta son regard dans celui d’Anton en essayant de comprendre ce qu’il lui disait. Cette fille dans « la lettre » ? Il y avait-il une métaphore ? Parlait-il d’un film ou d’un livre qu’elle ne connaissait pas ? Sa culture française n’était pas vraiment creusé, aussi eut-elle l’impression de passer pour une idiote en l’état.

« Quelle… de quoi tu parles ? » Demanda-t-elle finalement.

Il saurait l’éclairer de ses connaissances. C’était justement de ça dont elle avait besoin : une visibilité sur l’avenir, sur son futur à elle. Et comme la vie n’était qu’une répétition inlassable d’expérience diverse, elle savait d’ores et déjà qu’Anton saurait vérifier ses doutes :

« Selon toi, ton expérience… » Tatonna-t-elle : « Est-ce que… Est-ce que ça change quelque chose, de se venger ? » Il était policier, aujourd’hui détective. Il avait forcément observé moulte scène qui viendrait vérifier ses questions. « Est-ce que ça sera vraiment plus juste ? »

Est-ce qu’il y avait vraiment une issue pour elle et sa douleur ?

« J’aurais jamais la force de le traîner devant un tribunal, et de toute façon, je pourrais jamais prouver ce qu’il m’a fait mais est-ce qu’il y a une voie… rapide ? Plus facile pour être enfin soulagé ? » Reprit-elle enfin, pinçant les lèvres en s’attendant au pire.

Parce que si elle imaginait le meilleur, si elle faisait montre d’optimisme, Shea était sûre d’être déçue.



And then I felt chills in my bones, the breath I saw was not my own... I knew my skin that wrapped my frame wasn't made to play this game. Then I saw him, torch in hand, he laid it out, what he had planned and then I said, I'll take the grave, please just send them all my way...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Métier : détective privé
Informations : Ancien policier du RAID. Anton est venu aux état-unis pour une femme, mettant un terme à sa carrière. Depuis l’échec de son mariage, il fait mauvaise fortune bon cœur et essaye de se construire une vie en tant que détective privé.
Véhicule : Ford Mondéo
Inventaire : Beretta 90-two
Lun 11 Juin - 19:23

J’ai finalement réussis à faire réagir Shea, je vois dans son regard que l’accablement n’est plus la seule chose qu’elle éprouve. Elle peut essayer de nier, de rester sérieuse, mais je vois bien la petite lueur qui brille. L’idée de causer du mal à cet homme l’intéresse. Ça lui plait… tant mieux, je me ferais une joie de retirer le sommeil à ce salopard. Heureusement pour moi que Shea ne parle pas français, j’y reviens encore mais on a évité de peu que je lui dise ce que j’avais sur le cœur.

Je la regarde, elle cherche à se rassurer, elle cherche à se convaincre que se venger est la meilleure des options. Elle cherche à se… déculpabiliser. Classique chez les victimes de viol, elles pensent que c’est leur faute à un moment où un autre. On fait tout pour les convaincres du contraire, mais vous aurez toujours un homme bas du front pour dire « elle l’a cherchée » « elle était trop sexy »… et vous aurez toujours une femme pour dire « si t’a pas aimée, c’est que tu es une garçe ».

Encore une fois, je l’écoute jusqu’au bout sans l’interrompre. Puis, calmement, je montre mon pistolet :
- Si je prenais mon arme et que j’abattais Hulk devant toi. Si je lui collais une balle en pleine tête. Tu penserais que c’est ta faute ? Non, certainement pas. Tu risquerais fort de prendre le tien et de me tirer dessus.

Je recache mon pistolet avant de continuer mon exposer :

- Tu ne ressentirais rien d’autre que de la colère contre moi et tu ne te poserais pas la question. Maintenant, je voudrais que tu gardes cet état d’esprit pendant que je t’explique ce que je veux faire à ce salaud et comment tu vas te sentir après. Le tout va être d’y aller progressivement. On va commencer par des petites lettres avec des petits mots innoncent comme « je sais ce que tu as fait » ou « tu ne finiras pas en répondre » ou encore « elle m’a tout raconté ».

Ce n’est pas très effrayant dit comme ça, mais le harcèlement doit monter en gamme, la pression ne doit pas être intense tout de suite :

- C’est pour le chauffer un peu, le faire douter. Puis, après les lettres, on passe aux colis avec des joyeusetés : asticots, merde, photos abominable, une paire de menottes. Là on va lui mettre la pression pour qu’il comprenne ce qu’on lui prépare.

C’est exactement le schéma que j’avais déjà étudié, efficace et difficilement traçable, surtout pendant la première partie. Je me ferais un malin plaisir à écrire, encore et encore des lettres. Et ça ce n’était que la vielle méthode ! Je ne vous parles pas des possibilités offertes par le net.

- La troisième étape est le harcèlement physique, on le suit, on crève les pneus de sa bagnole, on brise ses vitres, on tag sa maison. On pisse dans son café. C’est la partie la plus amusante, il faut qu’il se sente constamment en danger, que même dans son nid, il n’ait aucun répit. Il aura tellement peur qu’il devra prendre des médocs pour dormir.

Je m’arrête là, c’est déjà beaucoup à encaisser pour la pauvre Shea. D’autant que je ne sais pas si ça l’interesserait de faire ça de cette façon :

- Sinon, je peux poster de jolies rumeurs sur lui grâce à internet et crois-moi ! Dans une semaine, il a subit 2 vitriolages et 3 tentatives de meurtre. Je peux aussi envoyer un homme de main lui casser les rotules. Je le ferais bien moi-même, mais tu dis qu’il n’est pas du coin.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Shea A. McLaughlin
Administratrice
Métier : Peintre
Informations :

A une grande soeur » Timide, sensible et introvertie » Connue sur Tumblr pour ses oeuvres, sous le nom de Drenshara » Féministe convaincue » A pris des cours de self-défense après une agression, elle ne sort pas sans son chien, Hulk. » Déteste les hommes et ne se laisse pas facilement approcher » A un appétit de moineau » Tient une radio pirate et un blog-journal » Enquête activement sur l'infection, au risque de se mettre en danger » A depuis peu une arme à feu dont elle ne sait pas se servir » Annexes
Véhicule : Scooter Vespa
Inventaire : Kahr K9, Boîte d'Ibuprofène 200mg (30 comprimés), Kit de premiers soins (4 compresses stériles, produit désinfectant, 8 pansements, 2 bandages), Boîte de Tramadol 200mg (30 comprimés)
Mar 12 Juin - 21:22

La colère, elle la ressentit vivement sur l’instant, dès lors où Anton prépara sa métaphore pour lui signifier qu’elle n’avait pas à s’en vouloir. A croire qu’elle le faisait exprès, qu’elle avait envie de se faire du mal au passage. Comprenait-il vraiment sa douleur ? Quand c’était dans sa chaire qu’elle était atteinte, si profondément. Et injustement. Parce qu’il n’y avait pas de preuve, de marque, de cicatrice qui prouvait ses dires. Son mal était tacite, silencieux, sinueux et vicieux. Comme un serpent rongeant ses organes, on ne pouvait en voir les traces à part en l’ouvrant de haut en bas…

Et même là, même encore avec les tripes sur les jambes, Shea n’était pas persuadée que les gens comprennent. Parfois, elle ne comprenait pas non plus pourquoi c’était si douloureux. Pourquoi elle se sentait triste, puis déprimée, puis en colère contre la terre entière. Ses poings se serrèrent, elle foudroya son vis-à-vis du regard :

« Tu crois que c’est si simple ? » Demanda-t-elle. Non, elle ne pouvait pas ressentir « rien d’autre » que de la colère. C’était juste confus, il ne prenait pas en compte le choc, la surprise, l’étonnement, l’instinct de survie. Elle n’était pas formée à passer au-dessus de ce qui la traumatisait, elle n’avait pas le bagage d’Anton pour s’en foutre complètement : « Tu crois que je peux changer ça d’un claquement de doigts, que c’est logique, que je ne sais pas déjà tout ça ? » Rétorqua-t-elle violemment. « Je ne suis PAS toi. »

Et ça n’était pas un reproche. Etre comme lui n’était pas plus mal, mais il n’avait pas le droit d’être exigeant avec elle, sachant qu’elle n’avait pas son expérience, son âge, sa vision du monde. Ne serait-ce que son genre ! Est-ce qu’on s’en serait pris à lui, comme on s’en était pris à elle ? Qui en aurait eu l’audace ? La folie ? La vérité, c’était que Shea était une proie facile, et ça la révoltait d’en avoir conscience. Davantage encore de se rendre compte qu’en tout ça de temps, elle n’avait pas fondamentalement évolué. Ses faiblesses étaient même plus évidentes encore !

Elle ne parvint à retrouver son calme que lorsqu’il fit le déballage de ce qu’il comptait lui faire. Des joyeusetés diverses, qui l’apaisèrent légèrement. Elle se décontracta finalement, scrutant son vis-à-vis avec au creux du ventre, une boule nerveuse qui l’animait. Elle porta ses doigts à ses lèvres, se mordilla l’ongle du pouce en essayant de se maitriser.

« Lui casser les rotules ? » Reprit-elle d’une petite voix. A moitié mitigé, l’autre moitié surprise : « Tu peux vraiment faire ça ? » Demanda-t-elle.

Si ça s’envisageait sérieusement, si… Si on parvenait à rééquilibrer les comptes, alors elle pourrait croire à un semblant de Justice. Elle ne fit pas mention d’une tierce personne pour faire la basse besogne, c’était… Comme si elle parvenait à voir cette scène, comme si elle se disait qu’elle DEVAIT être là pour voir ça. Et plus encore, que retirer à son violeur une chose à laquelle il tenait, ça permettrait de la soulager d’un poids : elle ne serait pas la seule à perdre.

« S’il doit dire Adieu à sa carrière, je… » Elle détourna les yeux, un peu honteuse : « Je crois que ça pourrait compenser. » Avoua-t-elle.



And then I felt chills in my bones, the breath I saw was not my own... I knew my skin that wrapped my frame wasn't made to play this game. Then I saw him, torch in hand, he laid it out, what he had planned and then I said, I'll take the grave, please just send them all my way...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Métier : détective privé
Informations : Ancien policier du RAID. Anton est venu aux état-unis pour une femme, mettant un terme à sa carrière. Depuis l’échec de son mariage, il fait mauvaise fortune bon cœur et essaye de se construire une vie en tant que détective privé.
Véhicule : Ford Mondéo
Inventaire : Beretta 90-two
Mar 12 Juin - 21:57

- D’accord ! D’accord ! Shea, je suis désolé, je ne suis pas à ta place, je ne suis pas toi ni comme toi. Excuse-moi pour mes paroles, c’était maladroit.

Je respire un grand coup, je viens de me prendre une magnifique soufflante justifié de sa part. Heureusement, entre deux propos maldadroit, j’ai réussis à lui glisser suffisamment de bonnes idées pour la calmer, du moins envers moi. Vous savez ce qui a de pire qu’une femme en colère ? Une femme qui a de bonnes raisons de l’être. J’en aurais presque froid dans le dos quand je la vois, avide de savoir comment causer du mal à cet homme qu’elle hait tant.

Je vois l’espoir dans ses yeux quand je lui dis que je pourrais lui briser les jambes facilement. Je ne suis pas d’un naturel cruel à la base, mais je pourrais bien faire une exception pour Shea. Pour elle, je voudrais bien changer et faire beaucoup d’exceptions.


- Je peux le faire Shea et je peux lui faire tout ce que je veux, tout ce que tu veux. S’il était sur Boston, et vivant, il pourrait être dans un entrepôt ce soir avec une paire de clou planté dans les cuisses et les dents en moins.

Elle voudrait qu’il soit marqué à vie par ma rencontre, le sommeil n’est pas suffisant, non, pour un crime aussi hideux, il doit perdre encore plus. Sa carrière ? Sa carrière de quoi ?

- Je suis navré qu’on ne puisse lui faire subir et ressentir ce que toi tu ressens. Mais je peux le marquer à vie, je peux lui infliger des douleurs qui resteront jusqu’à sa mort.

L’avantage quand vous étudiez la balistiques et les zones où tirer. C’est que vous apprenez des trucs sur le corps humain. En endommageant la moelle au niveau de la colonne, vous allez le paralyser, mais vous pouvez aussi lui provoquer des douleurs absolument infâme et ceux pour le reste de sa vie. Ou alors, vous pouvez le brûler avec des produits chimiques, c’est efficace aussi.

Toutes ces pensées sont sombres, glauques et malsaines, jamais je ne pensais que j’aurais ce genre de conversation avec une fille aussi adorable que Shea. Quand je l’avais vu la première fois, avec son pistolet, jamais je n’aurais imaginé me retrouver ici avec elle dans cette situation.
Mais oui ! Son pistolet ! Je suis trop con, pourquoi parfois chercher loin quand on peut faire simple ? J’ai une super idée pour régler définitivement le problème de ce mec et aider durablement Shea :

- Ton K9. Depuis tout à l’heure je me prends la tête, je te dis que je peux lui faire ça ou ça. On pourrait simplement le trouver, le chopper. Lui coller ton arme, ou la mienne sur les cuisses et lui tirer dans ses fémurs. Aussi efficace que les genoux, des éclats d’os vont se loger un peu partout dans ses muscles, provoquant des douleurs pendant des années et il ne retrouvera jamais vraiment sa mobilité.

Vous savez c’est quoi le pire, c’est que Shea me sourit à cette évocation ! Et moi je lui rend ! Nous sommes heureux car nous planifions la mutilation d’un homme ! Mais bon, je m’en fou, je ne suis plus flic et dans l’état de la ville de Boston, la justice on la prend car personne ne nous la donnera :

- Alors, ça te dirait de lui prendre sa carrière, veux-tu le faire avec moi ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Shea A. McLaughlin
Administratrice
Métier : Peintre
Informations :

A une grande soeur » Timide, sensible et introvertie » Connue sur Tumblr pour ses oeuvres, sous le nom de Drenshara » Féministe convaincue » A pris des cours de self-défense après une agression, elle ne sort pas sans son chien, Hulk. » Déteste les hommes et ne se laisse pas facilement approcher » A un appétit de moineau » Tient une radio pirate et un blog-journal » Enquête activement sur l'infection, au risque de se mettre en danger » A depuis peu une arme à feu dont elle ne sait pas se servir » Annexes
Véhicule : Scooter Vespa
Inventaire : Kahr K9, Boîte d'Ibuprofène 200mg (30 comprimés), Kit de premiers soins (4 compresses stériles, produit désinfectant, 8 pansements, 2 bandages), Boîte de Tramadol 200mg (30 comprimés)
Mar 12 Juin - 22:26

Elle avait le choix, et un allier. Ça lui faisait si bizarre d’avoir quelqu’un à qui en parler, sans pour autant devoir tout dire. Shea passait par tellement d’émotions contraires, tellement de sensations qu’elle ne se connaissait plus. Tout était confus dans son esprit, mais elle parvenait pourtant à faire doucement sa route vers une issue. Comme si, des mois à se noyer, enfin elle reprenait son souffle. Anton était cette main tendue qu’elle se refusait de saisir jusqu’ici. Peut-être était-ce une erreur, d’imaginer que c’était possible, envisageable, seulement raisonnable. Mais elle n’était pas en état de réfléchir :

« Il est à Seattle. » Fit-elle dans un souffle, même s’il n’avait pas posé la question.

Elle voulait qu’il le sache, qu’il ait cette information. Est-ce que ça le rapprochait, bon gré mal gré, de l’identité de son violeur ? Oui. D’une certaine manière, Shea semait des indices, pas forcément précis, mais qui lui semblait si palpable pour elle.

« Je… » Elle se stoppa net, détournant finalement le regard. L’idée de le faire souffrir la soulageait de sa peine, que Keith voit son bonheur s’échappait lui semblait soudainement juste. Mais une petite voix au fond d’elle la sommait de ne pas agir sur un coup de tête : était-elle prête à se confronter à lui ? « J’ai besoin d’y réfléchir. » Fit-elle. « J’ai besoin de… De voir, si… Si ça vaut vraiment la peine. »

Ça faisait si longtemps qu’elle ne l’avait pas vu. Des mois, des années maintenant. Et Maddie ! Etaient-ils toujours ensemble ? Elle avait totalement coupé les ponts avec eux. L’angoisse lui serra le cœur en s’imaginant lui parler, savoir qu’ils avaient pu construire davantage ensemble après sa disparition de leur vie… Et si elle avait laissé sa meilleure amie de l’époque aux mains d’un prédateur ? Est-ce que Keith avait pu se montrer violent avec elle ? Ou Shea était une exception pour confirmer la règle ?

« J’ai surtout besoin de dormir, je te dirais plus tard si ça parait toujours aussi censé, dans ma tête… » Fit-elle en se relevant. La voix un peu enrouée, les yeux rougis et fatigués, elle tâcha de rassembler ce qu’il lui restait d’esprit : « Tu peux prendre le canapé, si tu veux. »

_____________________

« J’ai un cas de conscience, alors… J’ai besoin que tu m’écoutes. » Souffla-t-elle.

La porte venait de s’ouvrir sur sa silhouette. Elle le fixa, la tête relevée, toujours fatiguée certes, inquiète aussi. Ses yeux sombres agrippèrent le regard de son ami, à qui elle n’esquissa pas un bonjour ou un sourire. Il n’était pas si tard, elle n’espérait pas vraiment le trouver. Shea avait pris soin de ne pas le recontacter après cette discussion entre eux, pour se laisser davantage de temps pour y penser. Mais elle avait repris maladroitement le contact avec des membres de l’université, avec qui elle avait échangé quelques mots rapides. Tout ça l’avait sérieusement remué. Ce qui était idiot car deux jours après cette reprise de contact, Maddie avait essayé de l’approcher elle aussi.

Shea n’avait pas répondu, ignorant la notification toujours notée sur son téléphone.

« Selon ce que tu me diras… Mes affaires sont prêtes pour qu’on aille à Seattle. » Lui annonça-t-elle en désignant le sac trônant sur son dos.

Au moins, les choses étaient claires.



And then I felt chills in my bones, the breath I saw was not my own... I knew my skin that wrapped my frame wasn't made to play this game. Then I saw him, torch in hand, he laid it out, what he had planned and then I said, I'll take the grave, please just send them all my way...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Métier : détective privé
Informations : Ancien policier du RAID. Anton est venu aux état-unis pour une femme, mettant un terme à sa carrière. Depuis l’échec de son mariage, il fait mauvaise fortune bon cœur et essaye de se construire une vie en tant que détective privé.
Véhicule : Ford Mondéo
Inventaire : Beretta 90-two
Mar 12 Juin - 23:02

Oui je veux bien prendre le canapé, quand elle le libère pour aller se coucher, je m’écroule dessus sans prendre la peine de retirer mes chaussures. J’ai tourné une partie de la nuit et je suis lessivé. Pourtant, je crois les bras derrière ma tête et je reste là à regarder le plafond, le cœur battant et l’esprit bouillant.
Cette conversation, tout ce qui tournait autour d’elle et cette histoire… Je ne comprenais pas où mon cœur voulait en venir. Pourquoi s’entêtait-il à me pousser dans ses bras ? J’allais me mettre dans une situation de fou et définitivement du mauvais côté de la loi. Seattle n’était pas Boston, la ville était encore dans son état normal. Aller là-bas serait compliqué. Comment faire pour s’y rendre ? Avions ? Voiture ? Train ?
Je me posais trop de questions… rien ne disais que nous irions. Si ça se trouve, quand elle aurait dessaoulée, elle comprendrait la portée de nos paroles et ne voudrait plus me parler. C’est en remuant tout ça que je finis par enfin m’endormir.


***

Deux jours plus tard.

Pour une fois, je vais me coucher à une heure convenable et sobre. Pas de traque, pas de patrouille, pas de problème. Juste moi, une pizza, Téméraire et un film. Sauf que rien ne se passe jamais comme prévu… Depuis notre discussion, Shea ne m’a pas recontactée, en soit ce n’est pas surprenant alors je m’efforce de ne pas prendre mon téléphone pour l’appeler. Je comprends qu’elle ait besoin de temps, j’espère juste que la réponse viendra bientôt et qu’elle sera celle que j’attends.
Des coups retentissent à ma porte. Ils sont vindicatifs, j’espère que ce n’est pas un voisin qui demande de l’aide à cause d’un zombie. J’ouvre et j’ai la surprise de la voir sur le pas de ma porte. Ses yeux sont explosés, à croire qu’elle ne dort jamais. Vu son état, elle a trouvé une réponse.
J’ignore pourquoi et comment, mais elle s’était décidé à aller a Seatle. D’accord, je lui avais promis que je l’aiderais en toute circonstance. Je n’ai qu’une seule parole alors je m’efface pour la laisser rentrer.

- Entre, laisse-moi le temps de préparer mes affaires.

Téméraire vient la saluer, la queue frétillante. Il aime bien Shea, comme je le comprends et semble toujours dans un état second quand il la voit. Je les laisses donc pour sortir mon sac à dos et le remplir de choses et d’autre. Vêtements, menottes, cagoule, gant, protections de corps, coudes et genoux. En faisant ça, je lance à Shea un regard, elle semble un peu remuée, enfin encore plus que d’habitude ! Je tente une approche pour savoir ce qu’elle a dans la tête :

- Tu sembles fatiguée Shea, tu veux me raconter ce qui s’est passé ces deux derniers jours ? Je veux bien partir avec toi à Seatle, tout de suite s’il le faut. Je l’ai promis et je tiendrais ma promesse. Je veux juste m’assurer que toi ça va… aussi bien que possible.

Je commence à poser mes affaires sur la table, ça prend rapidement forme, l’avantage de ne pas avoir beaucoup de biens. Je me retourne vers mon armoire forte pour prendre mon beretta, ce serait fou que de partir sans arme. Je sors également toutes les munitions dont je dispose :

- Je crois qu’on peut déjà exclure l’avion de nos moyens de transport. Prête pour un road-trip ?

Je laisserais Téméraire à la charge de Joshua, mon ami canin l'adorait et puis Josh' m'en devait bien une depuis l'histoire du bar !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Shea A. McLaughlin
Administratrice
Métier : Peintre
Informations :

A une grande soeur » Timide, sensible et introvertie » Connue sur Tumblr pour ses oeuvres, sous le nom de Drenshara » Féministe convaincue » A pris des cours de self-défense après une agression, elle ne sort pas sans son chien, Hulk. » Déteste les hommes et ne se laisse pas facilement approcher » A un appétit de moineau » Tient une radio pirate et un blog-journal » Enquête activement sur l'infection, au risque de se mettre en danger » A depuis peu une arme à feu dont elle ne sait pas se servir » Annexes
Véhicule : Scooter Vespa
Inventaire : Kahr K9, Boîte d'Ibuprofène 200mg (30 comprimés), Kit de premiers soins (4 compresses stériles, produit désinfectant, 8 pansements, 2 bandages), Boîte de Tramadol 200mg (30 comprimés)
Mer 13 Juin - 9:56

« Je sais pas, si ça va… » Admit-elle.

Il avait raison de s’inquiéter, de se poser la question. Parce que Shea se savait partager, et l’idée de ce roadtrip lui tournait en tête. A priori, sa décision était prise inconsciemment : son sac était prêt, elle était devant Anton et soutenait plus ou moins ce que tout ça signifiait pour elle. Simplement, devoir revoir Keith lui donnait mal au ventre. Elle n’était pas persuadée d’en avoir la force.

« Quand j’suis partie de Seattle, j’ai coupé le contact avec tout le monde là-bas, j’avais… Trop honte, et peur, que ça s’apprenne et qu’on me croit pas… » Raconta-t-elle en posant son sac. Elle fut cependant incapable de se poser elle-même. Droite, faisant les cent pas, elle évita soigneusement le regard d’Anton. Ce fut comme si elle se parlait à elle-même : « Et puis, j’savais pas trop non plus… Ce qu’il y avait à croire… J’étais saoule aussi et peut-être que… Je ne lui avais pas dit « non » assez fort… »

Elle eut un rire sans joie : elle savait combien c’était absurde de penser les choses ainsi. A partir de quand un « non » était acceptable s’il n’était pas écouté de toute façon ? Combien de fois aurait-elle dû le dire ? La vérité était sale : Keith n’en avait eu que faire de si elle le voulait ou pas. La seule chose qui la réconfortait un peu, c’était le fait que sa première fois n’ait pas été un viol. Est-ce que pour autant, elle survivait toujours ? Les marques sur ses bras disaient tout le contraire.

« Keith… » Lâcha-t-elle, comme si elle recrachait un morceau de charbon. « C’est le compagnon de ma meilleure amie. » Parce que 80% des victimes connaissaient leur violeur : « C’est lui, qui… » Elle n’osa pas le dire, ça rendait la chose trop réelle : « Enfin, tu vois. »

Elle baissa les yeux. Honteuse toujours. La culpabilité manqua de l’étouffer, et Shea se trouva idiote d’agir ainsi :

« J’ai repris contact avec d’autres amis, avec qui j’ai pu discuter, et… J’ai appris que même après mon départ, Keith et Maddie sont toujours ensemble… » Elle prit une profonde inspiration : « Je sais pas ce que ça m’inspire vraiment, je… Ils ont essayé de me joindre mais selon eux, Keith a fini par lui dire d’abandonner, que c’était… C’était mon choix, mon caprice… » Nouveau rire sans joie : « Ce qui correspond assez à l’attitude de Keith, il était persuadé que… J’étais d’accord, alors qu’il ne m’a jamais… Demandé, et que je sais, je te jure que je m’en souviens, je lui ai dit que je ne voulais pas ! » S’inquiéta-t-elle ensuite, en précisant ce qu’elle savait comme la vérité.

Ça ne pouvait pas être une erreur d’interprétation. La gorge nouée, le ventre creusé, elle se sentit mal et les larmes lui montèrent aux yeux. Elle les ravala rapidement, se jurant de ne pas craquer à nouveau. Si rien qu’évoquer son violeur la mettait si mal, alors l’affronter serait sans doute pire.

« Keith et Maddie sont sur le point de se fiancer. » Ajouta-t-elle. « J’suis qui pour… Compromettre ça ? J’lui rends pas vraiment service, si ? » Pour qui s’inquiétait-elle au fond ? Maddie ? Keith ?

Ou elle-même ? C’était peut-être encore un aveu de faiblesse.



And then I felt chills in my bones, the breath I saw was not my own... I knew my skin that wrapped my frame wasn't made to play this game. Then I saw him, torch in hand, he laid it out, what he had planned and then I said, I'll take the grave, please just send them all my way...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Métier : détective privé
Informations : Ancien policier du RAID. Anton est venu aux état-unis pour une femme, mettant un terme à sa carrière. Depuis l’échec de son mariage, il fait mauvaise fortune bon cœur et essaye de se construire une vie en tant que détective privé.
Véhicule : Ford Mondéo
Inventaire : Beretta 90-two
Mer 13 Juin - 22:18

La vie est compliquée, la vie d’une femme est encore plus compliquée et la vie d’une femme bafouée et humiliée frise l’insoluble. Pour tous les pas que nous faisons en avant, Shea recule toujours au moins de moitié. Mais pas cette fois, ce soir, elle s’ouvre comme une fleur et lâche dans un puissant torrent ce qu’il s’est réellement passé ce soir-là. Je l’écoute, suspendant mes gestes.

C’est… c’est malheureusement une histoire commune que j’ai déjà entendue plusieurs fois. L’homme abuse d’une jeune fille un peu innocente, son esprit embrumé par l’alcool et… voilà, elle ne peut se défendre correctement.

En France, 8 femmes sur 10 connaissent leur violeur et c’est la même chose un peu partout dans le monde. Que ce soit l’homme de sa meilleure amie qui ait fait ça ne me surprend même pas… ça me dégoute et me révolte, mais je ne tombe pas des nues. Mais au fur et à mesure de ses révélations, elle se « tasse » chancelle et semble de plus en plus réticente à l’idée d’aller réclamer la justice qu’elle mérite.

J’essaye de comprendre tout ce qu’elle me dit et d’en saisir toutes les implications. Pour moi, il semble assez clair que personne à part Keith n’est au courant et que ça lui va très bien comme ça. La fuite, la honte que Shea peut éprouver lui a servi à camoufler son crime. Il est lâche en plus d’être un monstre. Raison de plus pour le détester, je m’approche de Shea et je fais pour la première fois un geste envers elle. Je la prends par les épaules et j’essaye de la rassurer :

- Keith est un lâche, un menteur et un manipulateur. Il a autant de respect pour ton amie qu’il n’en a eu pour toi. Il va la tromper et la bafouer durant toute sa vie. Shea, ce qu’il a fait avec toi, il peut le refaire à ton amie ! Tu crois lui rendre service en la laissant vivre une parfaite illusion de sécurité ? Je ne crois pas, Shea… Si nous y allons, ce ne sera pas uniquement pour te venger et obtenir la justice que tu aurais dû avoir. Nous irons là-bas pour sauver ton amie d’une vie avec un criminel.


Je lui relâche les épaules et continu à faire mon sac :


- Je sais d’experience que les prédateurs sexuels ne se repentissent jamais… Maintenant, d’après ce que tu m’as dit, il a peur de toi. Il a peur que tu reviennes et que tu dises tout ! Shea ! IL A PEUR ! Tu as du pouvoir sur lui ! Tu peux TOI, lui faire perdre le sommeil et nous pouvons le confondre ! Nous pourrions obtenir des aveux de sa part, les diffuser à tous ! Alors, ça se moment-là, il ne lui resterait plus rien.


SI je voulais des aveux c’était pour les rendre publiques et ainsi permettre de brouiller les pistes. Pourquoi donc ? On parle d’agresser et de mutiler un homme, il y aura forcément une enquête et Seattle fonctionne encore, la police peur faire son travail correctement. En déployant des aveux, nous ouvrons une large gamme de suspects, nous laissant le temps de rentrer à Boston.

- Shea, je te promets qu’y aller aidera le monde à se débarrasser d’un monstre comme lui. Tu verras que rien n’est éternel, quand tu le verras te supplier et comprendre ce que tu as subis. Tu comprendras que tu es plus forte que lui. Shea… Je suis prêt à faire tout le sale travail pour toi. Tu es mon amie et… je n’ai plus grand-chose à perdre… s’il y a un après, je sais ce que je risque. Un de plus ou un de moins.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 
A good way of leaving you weak
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» A weak state by the non-virtue of our constitution?
» 05. If You're too Weak, I Will Take Advantage of You... [Sakura Kami]
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Good Morning England - Demande de partenariat
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Apocalypse :: Dorchester-
Sauter vers: