Truth is a Beautiful Thing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Métier : Journaliste
Informations : A une petite sœur, Shea. - Manipule très bien les mots - Passionnée de lecture - Est du genre solitaire
Véhicule : KYA Cerato
Inventaire : /
Ven 16 Fév - 0:13

En une fraction de seconde je me retrouve au sol, prise au piège. Les choses sont allées si vite que je n'ai pas eut le temps de comprendre ce qui était en train de se passer. Je tente de me débattre, mais il n'y à rien à faire, mon assaillant me retient frénétiquement au sol. Son visage est si près que je peux sentir sa respiration rauque venir agresser ma peau, son odeur attaquer mes narines à m'en donner la gerbe. Je peux entendre à plusieurs reprises ses dents claquer, sa mâchoire se refermant violemment dans le vide, bredouille.

La scène se répète encore et encore, sans que je ne puisse y faire quoi que ce soit. Je suis comme condamnée à revivre se moment en boucle à chaque fois que je ferme les yeux. Je n'arrive pas à m'en détacher... un peu comme si j'avais loupé quelque chose d'important et que mon subconscient voulait me permettre de mettre le doigt dessus. En attendant... je reste coincée dans cette galerie, à devoir survivre à cette haleine insupportable qui se dégageait de ce type qui a bien failli avoir ma peau. Il y a aussi le comportement étrange de Shea face à la situation qui m'interpelle, dans le sens où j'ai cette impression qu'elle n'avait pas l'air étonné de ce qui était en train de se passer. Et puis... y'a ces flics aussi, qui semblent dissimuler la véritable histoire concernant les derniers événements. Avec tout ça mit bout à bout, je me pose de plus en plus de questions, ce qui revient à créer un bordel monstre dans ma tête.

La respiration haletante, je me réveille en sursaut. Une fois de plus... je commence à en avoir l'habitude depuis quelques jours. Plongée dans une atmosphère silencieuse, je viens briser l'obscurité de la nuit pour allumer mon téléphone. 23h00. Je soupire, me laissant envahir par la sensation que les prochaines heures risquent d'être longues. Shea ne devrait pas trop tarder à rentrer, mais je doute qu'elle soit très en forme pour me tenir compagnie ce soir. Je le vois venir, aussitôt aura-t-elle franchi le seuil de l'atelier qu'elle ira s'enfermer quelque part pour y trouver sa tranquillité.

Enfin bref, autant ne pas trop m'attarder là dessus. Peut-être que les choses vont s'arranger pour moi après un café. Me délogeant de mon canapé, je me dirige vers l'espace cuisine à l'aveuglette, confiante dans ma connaissance des lieux pour affronter le noir total. Mauvaise idée, je percute quelque chose, un chevalet à priori, qui se fracasse bruyamment sur le sol. « Et merde ! » Pour s'ajouter à la malchance, la pochette à dessin qui se trouvait posé dessus éparpille tout son contenu dans la pièce. Le bruit du papier volant sonne comme le coup de grâce de ma soirée.

Du moins c'est ce que je croyais. Je ne suis pas en train de ramasser des croquis, mais ce qui ressemble le plus à des notes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Shea A. McLaughlin
Administratrice
Métier : Peintre
Informations :

A une grande soeur » Timide, sensible et introvertie » Connue sur Tumblr pour ses oeuvres, sous le nom de Drenshara » Féministe convaincue » A pris des cours de self-défense après une agression, elle ne sort pas sans son chien, Hulk. » Déteste les hommes et ne se laisse pas facilement approcher » A un appétit de moineau » Tient une radio pirate et un blog-journal » Enquête activement sur l'infection, au risque de se mettre en danger » A depuis peu une arme à feu dont elle ne sait pas se servir » Annexes
Véhicule : Scooter Vespa
Inventaire : Kahr K9, Boîte d'Ibuprofène 200mg (30 comprimés), Kit de premiers soins (4 compresses stériles, produit désinfectant, 8 pansements, 2 bandages), Boîte de Tramadol 200mg (30 comprimés)
Dim 4 Mar - 18:16

Anton n’avait pas comme volonté de l’épargner, loin de là. L’entraînement ne ralentissait pas, et Shea sentait qu’elle s’améliorait. Il fallait dire qu’elle partait de nulle part, elle revenait de loin. Forcément, elle ne pouvait que s’améliorer, que mieux faire. Un soupir lui échappa : les muscles endoloris par les exercices réguliers, la fatigue la couvait. Elle ne se ménageait plus, parce que les temps changeaient, parce qu’il fallait évoluer, il fallait comprendre aussi. Un prêté pour un rendu, la brune partageait ses quelques informations avec l’homme, ce qu’elle parvenait bon gré mal gré à glaner de ses escapades nocturnes, de ses recherches fructueuses ou moins.

Le policier était le seul dans la confidence de ses tentatives – peut-être vaines – de saisir le fonds de commerce de cette nouvelle mort agressive. Comment pouvait bien fonctionner le virus, par exemple ? Comment il se transmettait ? Les articles sur son blog pullulaient, les quelques informations qu’elle transmettait lors de ses podcasts également. Mais souvent, Shea se demandait si ça avait un vrai but, si l’objectif était atteignable, si tout ça avait vraiment un intérêt. La chute de la Floride n’avait pourtant rien bousculé autour d’eux, Boston semblait pareil à elle-même, d’une certaine manière.

C’était ça le plus perturbant en réalité : que le quotidien ne s’en trouve que partiellement changé par tout ça. Quelques semaines plus tôt, pourtant, Christa manquait de se faire arracher le visage par un infecté durant son tout premier vernissage. Ce qui aurait dû être l’un des plus beaux jours de sa vie avait sérieusement tourné au cauchemar, et elle restait marqué par les images de cette soirée. Pas plus que Christa. Pas plus que lors de la sortie avec Eustache, lorsqu’elle les avait vu à travers ce hublot, en cherchant à le suivre.

Pressant le pas, ce fut d’une allure rapide qu’elle retrouva le pallier de son appartement. Sa clé s’enfonça dans la serrure, elle en tourna la clenche la seconde d’après en essayant de ne pas faire de bruit, des fois que Christa soit déjà endormie. Hulk s’engouffra avant elle, s’ebrouant puis retrouvant son panier pour s’y installer scrupuleusement. Le bruit non loin de la cuisine attira son attention, elle alluma la lumière de concert, s’avançant en direction de son aîné…

« Qu’est-ce que tu fais ? » Demanda-t-elle un peu sèchement, avisant la brune d’un regard curieux.

Encore plus lorsqu’elle remarqua ce qu’elle était vraiment en train de faire. Sa pochette a dessin ouverte au sol, ses notes éparpillées autour d’elle, un silence de plomb s’imposa entre elles. Shea passa de ses feuilles à Christa, en sentant alors une boule lui creuser le ventre…



And then I felt chills in my bones, the breath I saw was not my own... I knew my skin that wrapped my frame wasn't made to play this game. Then I saw him, torch in hand, he laid it out, what he had planned and then I said, I'll take the grave, please just send them all my way...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Métier : Journaliste
Informations : A une petite sœur, Shea. - Manipule très bien les mots - Passionnée de lecture - Est du genre solitaire
Véhicule : KYA Cerato
Inventaire : /
Lun 5 Mar - 17:34

Plus j'avance dans ma lecture et plus les écrits de Shea confirment mes doutes, mes craintes. Je commence à peine à mener mon enquête de ce côté là, à explorer les quelques pistes que j'ai en ma possession... mais il semble que ma petite sœur a une certaine longueur d'avance sur moi. Et visiblement ça ne date pas d'hier, ça fait déjà un bon petit moment qu'elle se penche sur le sujet, rassemblant le plus d'informations possibles au sujet de cette grippe. D'un coup, j'y vois un petit peu plus clair sur beaucoup de choses, tout s'explique enfin. Sa réaction face à l'infecté durant le vernissage, le fait d'avoir voulu éloigner les gens pour ne pas les exposer à celui-ci. Sa panique - dissimulée tant bien que mal - face à la police lorsqu'il a fallut prendre en charge les convives, par peur qu'il me soit arrivé quelque chose. Aucun doute là dessus, elle savait ce qui était en train de se passer à ce moment précis.

Perdue dans mes réflexions, je ne fais même pas attention au chien qui se précipite vers l'entrée, indice infaillible qui me confirme neuf fois sur dix le retour de Shea à la maison. Et comme à son habitude, à une heure si tardive, elle s'arrange pour s'engouffrer à l'intérieur sans trop faire de bruit. Ce n'est que lorsque sa voix vient rompre le silence que je suis brusquement ramenée à la réalité, mon cœur s'emballant en l'espace d'un instant. Et pour amplifier encore plus l'effet dramatique de la scène, après un léger sursaut, je laisse échapper les quelques feuilles que je tiens en main. Celles-ci s'éparpillant tout autour de moi rajoutant encore un peu plus de bordel dans la pièce. « Je... euh... » commençais-je prise un peu au dépourvu. « J'ai voulu jouer les ninjas et me déplacer dans le noir. Ton chevalet se tenait en embuscade. Comme tu peux le voir, je lui ai cassé la gueule... avant de réaliser que j'aurais pu crever y'a quelques semaines. » Une pointe d'humour, une pointe de cynisme, ouais ça c'est tout à fait moi dans mon naturel. Et encore plus lorsqu'il s'agit de quelque chose de sérieux.

« Tu comptais peut-être m'en parler un jour ? » Je sais pas, peut-être avant qu'un autre dégénéré essaye encore de me bouffer. « Ou tu attendais qu'il nous arrive la même chose qu'en Floride ? » Sur le coup, je suis assez sèche et cassante mais ce n'est absolument pas contre Shea. C'est le contre-coup de ces dernières semaines, je sors totalement de mes gonds. Bon... peut-être bien que j'aurais aussi voulu qu'elle m'en touche quelques mots. Connaissant mon affinité avec les médias et la presse, elle aurait pu se douter que j'aurais pu l'aider dans ses recherches. « Ah... et au cas où il m'arrive un truc. Me laisse pas devenir comme cette... chose. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Shea A. McLaughlin
Administratrice
Métier : Peintre
Informations :

A une grande soeur » Timide, sensible et introvertie » Connue sur Tumblr pour ses oeuvres, sous le nom de Drenshara » Féministe convaincue » A pris des cours de self-défense après une agression, elle ne sort pas sans son chien, Hulk. » Déteste les hommes et ne se laisse pas facilement approcher » A un appétit de moineau » Tient une radio pirate et un blog-journal » Enquête activement sur l'infection, au risque de se mettre en danger » A depuis peu une arme à feu dont elle ne sait pas se servir » Annexes
Véhicule : Scooter Vespa
Inventaire : Kahr K9, Boîte d'Ibuprofène 200mg (30 comprimés), Kit de premiers soins (4 compresses stériles, produit désinfectant, 8 pansements, 2 bandages), Boîte de Tramadol 200mg (30 comprimés)
Sam 17 Mar - 15:04

Les explications de sa sœur lui arrachèrent un froncement de sourcil. Son cœur s’agita dans sa poitrine, violemment. Elle n’aimait vraiment pas ça, mais n’osa pas bouger pour autant. Elle ne pouvait pas trouver d’excuse pour expliquer le pourquoi du comment de toutes ses notes. Elle ne pouvait pas non plus en vouloir à Christa pour être tombé dessus sans faire exprès. Quand même : ça l’agaçait. Une colère folle grimpa dans sa cage thoracique, comme de la culpabilité mal placée. Lèvres pincées, la brune se crispa l’instant d’après. Le cynisme n’aida pas à faire décanter. Ce fut même assez pour mettre le feu aux poudres.

« Non. » Trancha-t-elle sèchement. Elle n’avait pas l’intention de partager ses recherches, ses sources, avec qui que ce soit. Parce que ça la mettait en danger, suffisamment pour que ça impacte ses proches, et Christa avait déjà subi la dernière fois.

Ça allait comme ça. Elle le prendrait comme elle le voudrait, pour sûr. Shea n’avait nullement l’intention de partir en guerre contre elle, elle estimait ne pas avoir à se justifier devant elle. Christa pouvait très mal le vivre, la brunette était probablement trop insensible sur ce sujet pour essayer seulement de le comprendre. Ses bras se croisèrent sur sa poitrine, signe qu’elle se fermait de toute façon à la discussion à cet instant.

« Au cas où il t’arrive un truc, je ferais ce qu’il faut. » Assura-t-elle finalement, en s’approchant pour récupérer ses notes des mains de sa sœur et de les remettre en place. « En attendant, ne remet pas ton nez dans mes affaires. » Trancha-t-elle sèchement, rassemblant le reste pour le remettre en place.

Parce que son histoire d’être tombé dessus par hasard sous couvert d’humour, Shea n’y croyait pas vraiment. Elle suspectait autre chose – à tort. Comme le fait que Christa avait cherché, consciemment, à trouver ses notes. Et ça, elle n’aimait pas.



And then I felt chills in my bones, the breath I saw was not my own... I knew my skin that wrapped my frame wasn't made to play this game. Then I saw him, torch in hand, he laid it out, what he had planned and then I said, I'll take the grave, please just send them all my way...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Métier : Journaliste
Informations : A une petite sœur, Shea. - Manipule très bien les mots - Passionnée de lecture - Est du genre solitaire
Véhicule : KYA Cerato
Inventaire : /
Lun 19 Mar - 21:41

Ma mère m'avait habitué à ça, à toujours ressentir le besoin de diriger, d'être maîtresse de la situation. Et c'est totalement ça, qui très souvent, m'emmène à de violentes prises de bec avec Shea. Parce qu'elle n'est pas comme ces clients qu'on arrive à tenir en laisse, qu'on manipule facilement pour obtenir d'eux ce que l'on souhaite. Non. Elle s'est une adolescente, paumée, qui ressent ce besoin de tenir tête à quelqu'un. Imprévisible, incontrôlable, il y a cette part d'inconnu chez elle qui m'effraie, et qui doit sans doute être une des raisons pour lesquelles je l'ai repoussé durant toutes ces années. Qu'est-ce que je peux la détester quand elle m'fait ça, vraiment. « T'insinues quoi là ? Que c'était volontaire de ma part ? » Je laisse échapper un rire, plutôt amer, outrée que cette idée ait pu lui traverser l'esprit. « Si j'avais voulu échouer à être ta sœur une seconde fois, j'me serais pas gênée à le faire si tu veux savoir. » Bien qu'elle puisse en douter fortement, j'ai quand même un minimum de respect pour sa vie privée.

Quoi qu'il en soit, c'est impuissante que j'observe la jeune femme se fermer totalement à la discussion. C'est pas vraiment une première, je commence à m'y habituer, dans ce genre de cas il est rare que je parvienne à quoi que ce soit vis à vis d'elle. Ne voulant pas aller à la confrontation avec elle, au risque que les choses dégénèrent rapidement entre nous, je préfère couper court à notre échange. Sans un regard, je tourne les talons, la dépassant en la frôlant presque de l'épaule, pour aller récupérer mon manteau sur le canapé qui me sert de lit. « Je serais pas longue, » balançais-je sèchement avant de m'engouffrer à l'extérieur, accueillie par un vent glacial qui me déclenche un frisson tout le long du corps.

Faut que je fasse un petit tour. J'irais pas trop loin, je sais pertinemment que je n'ai pas le droit de me trouver là. Je brave le couvre-feu, mais j'en ai pas grand chose à faire sur le coup, ce besoin de prendre l'air est comme vital. C'est une question de minutes, de longues minutes... quoi qu'il en soit je serais prudente. La rue est déserte, il n'y a pas âme qui vive, une ambiance bien triste et sinistre. Je suis toutefois un peu réticente à avancer, restant plantée devant la porte du bâtiment pendant un petit moment encore.

Finalement, mes pieds se débloquent.
Un petit aller-retour sur la rue, ça ne devrait pas être trop dangereux. Puis, dans le pire des cas, si je tombe sur un flic... j'aurais de quoi m'expliquer avec ces connards qui nous cachent des choses et qui refusent de nous dévoiler la vérité sur toute cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Métier : Emmerdeur.
Informations : Life is always a test.


Véhicule : Un Tank.
Inventaire : Un GROS Tank.
Sam 31 Mar - 11:38

Truth is a beautiful thing


Christa, tu decides de prendre l’air. La dispute avec ta soeur a eu de quoi te remuer, et de voir qu’elle ne te fait pas confiance d’autant plus. Tu ne sais pas combien de temps tu marches pour t’aérer l’esprit. Il fait nuit noire, la température reste des plus fraîches pour la saison, la morsure du froid te fait frissonner.

Mais alors que tu te penses seule, une vive lumière t’interrompt dans ta marche bénéfique. Tu te retrouves face à un groupe de personne : ils sont quatre. Mais pas des policiers. Le quartier dans lequel tu vis ne laisse pas passer les forces de l’ordre : il s’agit des membres d’un gang, assurant la sécurité du quartier. Ils sont tous hispaniques, l’air patibulaire, mais pas hostiles pour autant. Juste méfiant :

« Hey, t’es qui, toi ? qu’est-ce que tu fais là ? » Que le premier te demande.

La lampe t’aveugle, celui qui la tient la baisse doucement pour mieux te détailler et te permettre de voir.

« Tu devrais rentrer chez toi, c'est pas sûr ici... » Qu'il rajoute.


Near to the end


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 
Truth is a Beautiful Thing
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SORAYA › sunshine and rain make a beautiful thing.
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» Hidden Truth [ Partenariat ] Fermé
» beautiful dream

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Apocalypse :: Dorchester-
Sauter vers: