Long time no see...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Max Anderson
Modératrice
Métier : SWAT et Police de Boston (BPD)
Informations :
Véhicule : Dodge Challenger de 75
Inventaire : Pistolet 'Kimber of America', Fusil à pompe et couteau militaire
Mar 1 Mai - 18:59


Long time no see...

Susana & Max


Aux paroles de l’épidémiologiste Max ne put retenir un sourire. Et ses pensées aussi. Elle songea également à Tyler qui au final était aussi proche d’elle que de son père. Et en y réfléchissant bien, il était sa famille. Elle ne pouvait pas s’imaginer un dimanche après-midi sans lui autour de la table de famille. Certainement pas. Sur ce point, elle avait raison. Les membres de sa famille n’étaient pas forcément ceux qui avaient le même sang que nous. — Vous avez bien raison d’y croire. C’est également mon cas. Certains amis deviennent votre famille. . Par chance, Max aperçut le livreur sur le parking de l’hôtel et abandonna quelques instants la jeune femme dans sa chambre d’hôtel. Ce fut bref et elle était de retour moins d’une minute plus tard avec leur repas.

Confortablement installée, elle appréciait les premières bouchées de son repas. C’était un vrai régal et son ventre semblait se satisfaire de la nourriture qu’elle mangeait. Max releva les sourcils avec un air surpris mais surtout impressionné. — Wow, dit-elle simplement avant de reprendre une bouchée. La navy seal était… très exigeante. Ils étaient d’ailleurs réputés pour être des machines de guerre, têtu en plus de ça. Ils ne changeait pas facilement d’avis sur leur plan d’action et n’aimait pas être commandé par d’autres. S’il y avait bien un corps de l’armée qui aurait pu intéresser la policière c’était bien eux. Mais comme dit, c’était une section bien trop difficile et qui demandait trop de sacrifices. Sacrifices qu’elle n’était certainement pas prête à faire. — C’est chouette pour elle, c’est sûre.. mais pour votre famille ça ne doit pas être facile tous les jours, non ? Les Seals posaient souvent le pied en pleine guerre et quand on les appelaient c’était souvent car toutes les autres issues étaient obsolètes. Pas toujours évident quand on vous attend sur le sol américain.

— C’est génial. Je pense même que c’est la meilleure parti de mon boulot ! répondit Max avec amusement. En soi, c’était calme. Et un peu de calme en ce moment, c’est tout ce qu’elle voulait. — Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais je fais également partie de la SWAT. Et pour vous dire la vérité, c’est plutôt un répit appréciable… Bien sûr, pour Susana, cette situation n’était pas aussi calme que pour Max. — Ah, donc je dois être catalogué comme celle qui parle beaucoup, c’est ça ? rigola la cubaine avant de prendre une nouvelle bouchée de son repas. Puis, en y songeant, ce nom lui rappela effectivement quelque chose. — Kenneth.. oui je vois qui c’est ! dit-elle en plaçant sa main devant sa bouche tandis qu’elle riait de bon coeur. — Ah ? J’ignorais qu’il était impliqué avec vous. Je l’ai croisé une fois dans un stand de tir… il a dû me prendre pour une folle c’est certain ! J’étais un peu trop admirative de son métier… dit-elle en souriant. Elle ignorait si Susana savait qu’il était également des Seals et préférait ne pas en dire trop sur lui si c’était le cas. Elle ne l’avait que croisé et elle disait vrai : c’est un homme peu bavard.

Un bruit à l’extérieur figea la policière. Brusquement elle se releva du lit déposant à la hâte son plat sur la table. Elle récupéra son arme et se plaça près de la fenêtre. Discrètement, elle souleva un coin du rideau et un flash l’aveugla quelques secondes. Elle s’éloigna de la fenêtre en laissant le rideau tiré. — Merde ! jura-t-elle. Elle chercha sa veste et plus particulièrement son talkie. Par chance elle l’avait pris sur elle et ne l’avais pas laissé dans la voiture. Elle chercha rapidement la bonne fréquence tout en voulant rassurer Susana : — Reste là. Surtout ne t’approches pas de la fenêtre, on a été suivi. . La jeune femme se détourna légèrement de la cubaine et fit un nouveau pas vers la fenêtre. Elle alluma son talkie — Ici l’agent Anderson. Je demande renforts sur zone. Des journaliste sont sur place. Je répète : renfort sur zone. Une dizaine d’individus sur place. Dès à présent, la scientifique ne pourrait plus rester ici. Et seule, Max serait incapable de faire face à cette foule. — Anderson, nous vous envoyons deux patrouilles. Aucun mouvement avant leur arrivée. On reste en contact La brune pinça les lèvres. —Bien reçu. répondit-elle en soupirant. Se tournant légèrement vers Susana, elle ajouta simplement : — Je suis désolé. Vous feriez mieux de vous préparer.






I'm bad at love, but you can't blame me for tryin'. You know I'd be lyin' saying you were the one, that could finally fix me. Lookin' at my history, I'm bad at love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Susana L. Sanchez
Administratrice
Métier : Epidémiologiste
Informations : A grandi à Boston » Partie s'installer à Atlanta pour ses études » Parle couramment Espagnol » Originaire de Cuba » Divorcée, a une fille de cinq ans, Luz » S'occupe seule de Luz » Son travail lui prend beaucoup de temps » Fait tout pour mener sa vie professionnelle et sa vie privée de front » Ne dort pas beaucoup » Tient très bien l'alcool » Déteste la cigarette » Tombe rarement malade » Eloignée de sa famille depuis quelques semaines à cause d'un déchaînement médiatique qui la met en danger » Désespère de trouver un remède au virus » Annexes


Véhicule : 4x4 Jeep
Inventaire : Flacon de solution hydroalcoolique (50 mL, environ 40 utilisations), Kit de premiers soins (4 compresses stériles, produit désinfectant, 8 pansements, 2 bandages), Demi-masque filtrant anti-particules (FFP3) : filtre 99% des particules
Mar 15 Mai - 14:35

« Non effectivement, ça ne l’est pas. » Avoua Susana avec un petit soupir, en songeant à sa sœur Eva. « Eva est… Plus solitaire que Lupe, ou moi. Ma mère était folle d’inquiétude dès qu’elle lui a annoncé rentrer dans l’armée. » Pourtant, cette dernière avait fait en sorte de ne rien en montrer. Toutes étaient partagées entre la peur de la perdre et la fierté de la savoir si accompli. Sa cadette repoussait toutes les limites, elle était faite pour ça. « C’est normal pour une mère de s’inquiéter comme ça, je crois même que c’est un métier : Inquiéteuse professionnelle. » Plaisanta-t-elle plus légèrement.

Le cœur y était, Suzie avait l’impression d’être normale désormais. A la portée du commun des mortels. Certes, dans une chambre d’hotel un peu miteuse où elle devait faire semblant, évidemment. Mais c’était un premier pas. Tout le monde n’était pas comme Max : prêt à discuter avec elle. Alors elle profitait, doucement, de ce répit qu’on venait lui offrir. Et elle ne manqua pas d’en rire sans avoir l’impression d’avoir un poids sur la poitrine qui l’empêchait de respirer.

« Oui, on m’a prévenu ! Tu as apparemment eu un beau parcours toi aussi. Même si tu te retrouves Baby Sitter ce soir, on ne m’a dit que du bien de toi ! » Plaisanta-t-elle. Et au sujet de Kenneth, elle ne put s’empêcher d’en rajouter une couche : « Vraiment ? Parce que c’était lui ma nounou avant ! »

Finalement, ils étaient pareils. Kenneth et Max. Même si Max était à l’évidence plus bavarde, plus douce. Pas forcément plus humaine, nota la cubaine pour elle-même. Elle savait à quel point les gens étaient capable de cacher leur ressenti pour s’éviter de souffrir. Le métier de Kenny l’impliquait continuellement, et elle comprenait ça. Pouvait-elle s’attendre à mieux ? Non. Elle avait pu s’en plaindre, le considérer comme étant désagréable. Sauf qu’aujourd’hui, ce quotidien avec lui manquait.

« Sérieusement ? » Lorsque la méfiance gagna la pièce, que le bruit leur parvint, et que Max réagit avec tout son professionnalisme, Suzie se sentit blêmir. Ce fut comme si le sang quittait finalement son visage d’un seul coup. Les extrémités glacées, elle se redressa : « Mierda… » La voix au bout du talkie lui arracha un frisson. Elle devait se tenir prête : « C’est comme si c’était fait… » Assura-t-elle à Max.

Le temps de boucler le peu de choses qu’elle avait sorti de ses valises, la brune sentit comme une boule creuser son estomac. Elle avait envie de pleurer. Qui était fait pour cette vie ? Elle ne comprenait pas comment des artistes pouvaient supporter ça… Elle n’était pas prête. Tout ça l’écoeurait. Davantage le fait d’être séparé de sa chaire, de ne pas pouvoir prendre sa fille dans ses bras en rentrant après une journée largement éprouvante.

« Si mes supérieurs et le gouvernement se décidaient à communiquer sur ça, je ne serais pas obligée de me planquer… Mais ils se fichent visiblement des vies qu’ils gâchent… » Grogna-t-elle en fermant son sac et en le hissant sur son épaule. « Que fait-on ? » Demanda-t-elle ensuite.

Bouger ? Rester là ? La suite ne dépendait que de Max.



Guilt makes people do stupid shit. See, I hate that. I want everything to be my fault. Good or bad. Means I have some control. Obviously. But it keeps me dreaming I can change things for people. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Long time no see...
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Brazava ♦ Long time no see...
» It's Been A Long Time [with Faith] (RP MIS EN PAUSE)
» MEGHAN ♔ Forever is an awfully long time
» Long time ago (Aloysia&Sebastian)
» Long time no see, eh? - Hollyham

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Apocalypse :: North End :: Boston International Airport-
Sauter vers: