Partagez | 
 

 Those lonely days will be long time forgotten

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar
Reese B. Maddox
Administratrice
Métier : Enquêtrice
Informations :

Jeune enquêtrice à la crime » Orpheline » Tempérament solitaire, souvent cynique, elle a un humour particulier et un certain franc parler » Particulièrement observatrice, elle est douée en déduction » Commence à nourrir des sentiments pour Ayden, même si elle refuse de l'admettre » Elle raffole du chocolat » A un chien, Malinois, du nom de Clint » Chante bien, grande fan de musique » A un sérieux penchant pour l'alcool et a tendance à facilement se noyer dedans » Agi comme une connasse lorsqu'elle a la gueule de bois » Annexes


Véhicule : Moto Yamaha MT-125
Inventaire : Beretta 92 à sa hanche, un tazer et un SIG P225 à la cheville. Boîte d'Ibuprofène 200mg (30 comprimés), Flacon de Vogalène 0,1% (150mL, avec seringue doseuse graduée en kg), Boîte de Tramadol 200mg (30 comprimés), Kit de soins spécial rhume (1 boîte de Paracétamol 1g, 1 boîte d'Ibuprofène 400mg, 1 boîte de Vitamine C 1g)

Sam 2 Déc - 17:58

« Cuisiner ? Pour quoi faire ? » Demanda-t-elle avec un sourire amusé par sa proposition. « Qui a envie de cuisiner quand on peut prendre des pizzas ? »

Elle ne put s’empêcher d’en rire. Sans trop savoir ce qu’il se passait dans la tête d’Ayden. Et puis, elle réalisa partiellement que tout était étrangement agréable avec Ayden. Elle le fixa d’un air complice en déballant ses sacs, se demandant pourquoi tout semblait si simple désormais entre eux. C’était comme si les pics et les disputes étaient loin. Comme si ses longues soirées de beuverie avec Heather n’avaient plus aucune raison d’être. De quoi avait-elle à se plaindre désormais ? Les tensions étaient apaisées, en espérant que ça ne soit pas que brièvement.

Reese s’installe à côté de lui, s’enfonçant dans l’assise de son canapé en attrapant déjà deux baguettes. Si Ayden n’était pas un expert, elle, elle s’en tirait à bon compte. Il fallait dire qu’elle avait eu le temps et l’occasion de s’exercer à manger avec, vu qu’elle ne cuisinait pas pour elle. Et il valait probablement mieux pas. Elle se redressa avec surprise lorsqu’il alluma sa télévision et mit la première image de Sanders. Figée, elle ne put s’empêcher d’éclater de rire en apercevant le visage du légiste, chutant sur une blague toujours aussi lourde.

« J’imagine déjà la tête du chef en regardant ça… » Commenta-t-elle entre deux rires. « Bon sang, ce type est incroyable. »

Ils mangèrent sans trop se faire prier. Finalement, Reese se retrouva la tête sur sa cuisse, fixant le plafond de son salon alors qu’Ayden regardait les informations en faisant quelques remarques qu’elle n’écoutait que d’une oreille distraite. Il y eut un moment de flottement, avant qu’elle ne se redresse soudainement en se tournant vers lui :

« Bon, tu me montres comment les faire ces pancakes ? » Demanda-t-elle de but en blanc.

Oui, ils venaient d’engloutir quasiment toute la bouffe qu’elle avait ramené, mais elle n’avait pas oublié qu’autre chose les attendait tous les deux.

___________________________

« Il ne t’a pas loupé. » Souffla-t-elle doucement en récupérant le steak emballé et congelé qu’elle venait de lui appliquer doucement sur la tempe.

Il fallait dire qu’ils avaient eu une après-midi mouvementée, avec une sacrée altercation. Pour le coup, Ayden avait ramassé : un conducteur en était venu aux mains avec lui, alors qu’ils tentaient de rétablir la circulation autour d’un lieu fermé. Peine perdue. Ils avaient embarqué son agresseur, et son coéquipier avait été contraint de rester sage une bonne partie de la soirée. Soucieuse, elle tenta de ne rien à montrer. Mais la plaie était ouverte et aurait mérité des points. Ça avait saigné, goûté sur sa chemise souillée par l’hémoglobine, et un bleu lui mangeait l’œil.

« Le capitaine ne t’a pas demandé de passer à l’infirmerie plutôt ? » Demanda-t-elle en baissant le regard vers le sien, un sourire taquin aux lèvres. C’était chez elle qu’il était venu, étrangement. Probablement pour ne pas inquiéter les Rivera. « Parce que chez moi, c’est pas vraiment l’infirmerie… » Blagua-t-elle.

Elle se redressa, se détournant de lui pour aller chercher son attirail médical. Elle avait de quoi faire les premiers soins, mais elle n’assurait pas que ça serait parfait. Elle avait cependant appris à se recoudre toute seule, avec la boxe notamment. Ça ne serait pas non plus totalement sale du coup.

« Tu peux rester ici ce soir, si tu préfères. Je te laisserais tranquille. » Lui proposa-t-elle en revenant avec des bandages et du désinfectant.


Something
to believe in
I'll face the night and I'll pretend, I got something to believe in
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ayden W. Forestier
Administrateur
Métier : Inspecteur de police
Informations :

◘ A tendance à vouloir tuer Reese et à l'insulter en français quand elle lui tape sur les nerfs, même s'il l'aime et qu'il ne l'admet pas
◘ Est très proche de son frère Seth et de leur mère. A contrario, il refuse de parler à son père mais fait quand même l'effort d'échanger parfois avec Dylan, son demi-frère.
◘ Est très renfermé niveau sphère professionnelle
◘ Aime cuisiner, aime les sensations fortes
◘ Déteste les bruits répétitifs
◘ Prend des médocs pour calmer ses maux de tête et en abuse parfois
Véhicule : Ford Taurus 2014
Inventaire : Beretta 96 + matraque téléscopique

Sam 2 Déc - 23:06

" Le chef est certainement en train de mourir devant son post et sa femme doit lui taper dans le dos pour qu'il recrache ce qu'il a avalé de travers" fit simplement Ayden avec un sourire en coin à Reese face à ses remarques. Bonté Divine. C'est clair que le chef devait voir la vie en rouge parce que Devyn Sanders aimait bien trop faire le malin, surtout quand il avait un public. Évidemment, il aurait pu balancer toutes les informations qu'il avait, là, en une fraction de seconde et la population de Boston pourrait devenir incontrôlable face à la gravité de la situation. Combien de temps il aurait fallut pour que les gens retournent la ville et outrepassent les droits et devoirs de citoyen ordinaire ? Très peu, à vrai dire. Les révoltes, dans ce pays, partaient au quart de tour alors... Étrangement, le français trouvait foi en Dieu, là, maintenant, et priait pour que le légiste ne lâche pas trop d'infos de but en blanc ou même que quelqu'un lui retire le micro. Et puis les blessés dans toutes cette histoire... Eux aussi finiraient au MIT comme les suspects qu'ils avaient eu ? Et s'ils ne trouvaient pas de vaccin ? Reese allongée sur ses jambes, l'homme suivait le bulletin du soir tandis que ses doigts glissèrent d'eux même le long de la femme, la caressant lentement jusqu'à ce qu'elle reprenne son attention en réclamant plutôt les pancakes. Sourire en coin, l'homme se laissa guider simplement, oubliant tout de suite leur supérieur qui faisait un ulcère devant son écran. En même temps, ce n'était pas difficile de choisir entre les mauvaises nouvelles et la cuisine en binôme. Tranquillement, il détailla la femme avec douceur et prit la peine de lui expliquer chaque étape de la préparation, lui montrant ses trucs et astuces, la guidant dans la cuisson et le reste.


Et puis le boulot avait reprit. Comme tous les jours. Le dossier, les patrouilles, les soucis de voisinages. Heureusement qu'ils avaient pu se reposer, peu de temps auparavant. Mais cette fois, il avait eu "un accident de travail", comme l'avait écrit le médecin sur sa feuille d'arrêt. Un arrêt, sérieusement ? Reese tamponnait sa tempe et une partie de son visage d'une poche glacée. Ayden serra les dents en grimaçant sous la brûlure froide qui lui mordillait la peau, rendant la douleur plus désagréable qu'elle ne l'était déjà. Elle le taquinait et lui osait un sourire quand son épiderme ne lui rappelait pas que ses mouvements faciaux rendaient sa blessure plus vive. "Ah ? On est pas à l'infirmerie ? Je crois que je me suis trompé de porte alors. " fit le flic en se massant doucement la pommette qui le démangeait. Prenant son téléphone, il activa la caméra avant pour voir l'état de sa tronche et fit une moue de déplaisir. Forcément, il avait un coquard et la blessure qu'il avait n'était pas très belle à voir. Super... Merci au ducon qui avait pas été foutu d'attendre que tout reparte normalement. La femme s'était éloignée et lui avait eu une vague envie de vomir et un léger vertige. Ok, alors ça, c'était normal... Ça lui arrivait quand sa blessure à l'arrière du crâne se réveillait par temps froid. Le français ferma les yeux quelques secondes pour empêcher le monde de tourner et sortit de sa poche son tube de pilule quasiment vide. Note pour plus tard, allez voir le médecin pour qu'il lui refile une ordonnance de médocs... Reese revint au moment même où il rangeait la petite boîte et lui offrit un sourire amusé à sa proposition. "Oh tu sais, tu peux m'embêter, ça devrait aller. Je ne suis pas en sucre tu sais. fit-il en haussant les épaules légèrement, comme pour signaler l'évidence de la chose.

La brune s'approcha de lui avec son kit de secours et appliqua un coton humide contre les bords de sa blessure, le faisant grimacer à cause des picotements. A vrai dire, ça s'imprimait tellement dans sa chaire qu'il grogna un peu et peinait à garder la tête immobile pour permettre à la jeune femme de le soigner. "Ceci dit... Aïe !... Le médecin a demandé un arrêt et je pense qu'il l'a déjà transmis au chef. Du coup j'serai pas là demain pour encaisser les coups à ta place. Prévois une armure. voulut-il plaisanter sans y arriver, grimaçant un peu plus à la pression de ses doigts. "Qu'est-ce que tu fais là ? Dis moi que tu mets juste les pansements là, tu sais... Aïeuh ! " qu'il s'insurgeait en reculant son visage pour qu'elle cesse de le torturer. Dans un réflexe, il voulu essuyer sa tempe où un liquide se baladait tranquillement sur sa peau mais n'en fit rien, stoppant son geste d'un seul coup avant de soupirer. A nouveau, un peu tout se mit à tournoyer mais il ferma les yeux quelques secondes pour stopper la tourmente de son esprit. Ça allait, ça devait aller et ses cachets feraient bientôt effet, évidemment. S'adossant un peu mieux contre l'assise de la chaise où il était installé, il présentait à nouveau son visage aux bons soins de sa coéquipière.

Alors qu'elle reprenait son action, l'homme fermait les yeux en priant que tout cela cesse rapidement. C'était très désagréable, même s'il appréciait la douceur des doigts de Reese. Peut-être, qu'effectivement, éventuellement, il aurait pu passer à l'infirmerie, c'est vrai mais il ne voulait pas entrer dans ce genre d'endroit... Déjà parce qu'à tous les coups Devyn était encore coincé là-bas à essayer de draguer l'assistante du médecin et surtout parce qu'il en entendrait parler de cet oeil au beurre noir... Pendant des heures... Parlons pas des blagues qu'il aurait et il aurait fini par le cogner. Parce que oui, sur le coup, ça ne l'avait pas amusé de se faire ouvrir la tronche par la bague d'un type infoutu de comprendre la situation et le fait qu'il ne pouvait pas agir comme il le souhaitait. Et puis d'où il se croyait tout permit ?! En tout cas, pour Ayden, c'était clair, la plainte était posée et il ferait en sorte de... " Non attend ! Prend des photos. Il va morfler devant le juge, ce naze !" grommela l'inspecteur sur un ton qui laissait entrevoir sa colère, même après coup. Pourtant, ses épaules s'affaissèrent au moment de reprendre le traitement. Ça valait pas le coup mais au moins, c'était une preuve.

Une fois l'épreuve passée, le français se dirigea vers le canapé et se laissa tomber lourdement à côté de Clint qu'il caressa lentement, avec énormément de douceur. "Comment tu vas mon grand ? Bien ? T'es beau tu sais ! " disait le brun, comme pour charmer l'animal. Il n'était pas particulièrement l'ami des animaux mais celui-là, il l'aimait bien. Sans doute parce qu'ils commençaient à se connaître. Entre deux, il récupéra sa boite de gélules et prit un nouveau comprimé, l'avalant sans plus attendre, souhaitant que ça fasse plus d'effet que le premier prit une poignée de minutes auparavant puis recommençait à s'occuper de l'ami canin en jouant tranquillement avec lui.


That old saying, how you always hurt the one you love, well, it works both ways. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Reese B. Maddox
Administratrice
Métier : Enquêtrice
Informations :

Jeune enquêtrice à la crime » Orpheline » Tempérament solitaire, souvent cynique, elle a un humour particulier et un certain franc parler » Particulièrement observatrice, elle est douée en déduction » Commence à nourrir des sentiments pour Ayden, même si elle refuse de l'admettre » Elle raffole du chocolat » A un chien, Malinois, du nom de Clint » Chante bien, grande fan de musique » A un sérieux penchant pour l'alcool et a tendance à facilement se noyer dedans » Agi comme une connasse lorsqu'elle a la gueule de bois » Annexes


Véhicule : Moto Yamaha MT-125
Inventaire : Beretta 92 à sa hanche, un tazer et un SIG P225 à la cheville. Boîte d'Ibuprofène 200mg (30 comprimés), Flacon de Vogalène 0,1% (150mL, avec seringue doseuse graduée en kg), Boîte de Tramadol 200mg (30 comprimés), Kit de soins spécial rhume (1 boîte de Paracétamol 1g, 1 boîte d'Ibuprofène 400mg, 1 boîte de Vitamine C 1g)

Dim 3 Déc - 0:09

« Oh tu es pas en sucre, vraiment ? » Se moqua la brune avec un regard amusé, devant son collègue qui cherchait à faire comme si ça n’était pas grand-chose. « Tu sais que j’ai été témoin de la scène et que je t’ai vu te faire cogner ? » Fit-elle avant de se moquer ouvertement de lui.

Elle n’avait aucune envie d’être à sa place, clairement. Reese avait vu comment tout ça s’était déroulé, de sa position, avant de pouvoir intervenir. Si elle était venue à son secours très rapidement, menottant l’agresseur pour l’éloigner de sa victime, ça n’avait pas empêché les premiers coups d’amocher Ayden. Triste, mais qu'y pouvait-elle ? Esquissant un petit sourire, elle appliqua sans grand ménagement un coton imbibé de désinfectant sur les chaires à vif, maintenant la pression quand il tenta de s’esquiver.

L’homme avait besoin de repos. Pour s’être déjà pris des droites qui sonnaient, elle avait plus que conscience qu’il fallait pouvoir se ressourcer ensuite. Il avait de quoi être fatigué, il avait de quoi souffrir aussi, ou être en colère envers tout ça. Fatalement, les tensions grimpaient dans les rues, et les grognes étaient de plus en plus bruyantes. Ça arrivait, ça devait arriver, et malheureusement, c’était tombé sur lui. Monsieur tout le monde avait frappé, sans vergogne aucune, contre le seul qui ne pouvait vraisemblablement rien y faire.

« J’ai pas peur de prendre des coups, moi, t’en fais pas pour ça. » Souffla-t-elle sans qu’aucune émotion ne trahisse le fond de sa pensée.

La brune avait sorti ça rapidement, sans se soucier de l’effet que ça pourrait avoir sur lui. Ayden avait eu l’occasion de voir ses cicatrices, et s’il ne lui avait jamais posé la question sur leur provenance, il devait se douter que ça n’avait jamais été l’issue d’un moment de bonheur. Son histoire était encore nébuleuse, tout comme celle de l’homme l’était à ses yeux. Elle n’avait que de vagues détails, tirés des conversations sur l’oreiller, alors qu’ils cherchaient l’un comme l’autre à ne pas s’impliquer.

Pas autant qu’un couple le ferait auprès de sa moitié. Ils n’étaient pas un couple : c’était ce qu’ils s’étaient dit en entamant cet accord. Reese était trop têtue pour revenir dessus pour sa part, et ne se voyait pas s’engager auprès de quiconque. Lui, moins que les autres, à dire vrai. Elle ne le laissa, d’ailleurs, que pour aller ranger ses affaires après les quelques soins, revenant au bout d’une poignée de minutes en le fixant un temps. Elle s’inquiétait :

« Tu es sûr que ça va ? » Demanda-t-elle en venant se poser sur le bord de l’assise, calant son bras contre le dossier. Clint posa son museau sur l’épaule de l’homme, sans cacher son air de chien battu. C’était le comportement de l’animal qui lui mettait la puce à l’oreille. « Je peux appeler un médecin sinon… » Souffla-t-elle pour demander confirmation.

Ses doigts se mêlèrent doucement à ses cheveux pour les dégager de sa plaie. Lèvres pincées, elle se pencha doucement pour lui voler un court baiser. Ayden semblait sonné, et eut du mal à suivre ses sollicitations. Si bien qu’au bout d’une dizaine de minutes, Reese s’absenta pour le laisser un instant tout seul. Elle ne revint que pour le sortir de sa courte sieste, et le ramener avec elle dans sa salle de bain. Jambes nouées autour de sa taille, elle l’enlaça par les épaules alors qu’il était allongé contre elle et avait l’autorisation express de se délasser dans cette baignoire qu’elle n’usait que peu.

« Tu vois que tu es en sucre. » Lui souffla-t-elle avec un sourire mutin aux lèvres, à son oreille. « Tu as prévenu Maria ? » Lui demanda-t-elle en jouant du bout de ses doigts avec la mousse flottant à la surface de l’eau.


Something
to believe in
I'll face the night and I'll pretend, I got something to believe in
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ayden W. Forestier
Administrateur
Métier : Inspecteur de police
Informations :

◘ A tendance à vouloir tuer Reese et à l'insulter en français quand elle lui tape sur les nerfs, même s'il l'aime et qu'il ne l'admet pas
◘ Est très proche de son frère Seth et de leur mère. A contrario, il refuse de parler à son père mais fait quand même l'effort d'échanger parfois avec Dylan, son demi-frère.
◘ Est très renfermé niveau sphère professionnelle
◘ Aime cuisiner, aime les sensations fortes
◘ Déteste les bruits répétitifs
◘ Prend des médocs pour calmer ses maux de tête et en abuse parfois
Véhicule : Ford Taurus 2014
Inventaire : Beretta 96 + matraque téléscopique

Sam 9 Déc - 21:48

En vérité, Ayden ne savait plus trop ce qu'il se passait autour de lui. Son esprit s'embuait et s'endormir lui semblait totalement normal. En fait, il sursauta lorsque Reese l'entraîna avec lui, le faisant sortir d'une torpeur dont il ne s'était pas rendu compte. C'était rare qu'il soit autant dans le gaz. Il se rendait compte que c'était vraiment critique quand il constata qu'il était dans l'eau seulement quand sa peau devint humide et qu'il se retrouvait avec la femme tout contre lui. Se prélasser ? Il le faisait sans même qu'elle le lui ordonne, chaque parcelle de lui s'exécutant automatiquement. Les lèvres du français venaient embrasser l'épaule de la jeune femme par moment alors que ses yeux se fermaient sans qu'il ne parvienne à lutter. Peut-être que c'était pas une bonne idée de prendre aussi rapidement ses deux médicaments. Enfin, il pensait toujours ça mais ça ne l'empêchait pas de le faire généralement, pourquoi ce serait l'exception ce soir ? Un soupir s'échappa d'entre les lèvres du brun alors qu'il tentait d'ouvrir les yeux pour observer la jeune femme qui se moquait de lui. "Non et non." fit-il simplement en se serrant un peu plus contre la jeune femme.

Sans vraiment prévenir, l'homme s'assoupissait à nouveau contre l'épiderme pâle de la jeune femme. Ce furent les mouvements de sa partenaire qui le réveilla. Ça et l'eau devenue froide. Ayden peinait à ouvrir les yeux, les frottant longuement et se mouillant le visage pour forcer le sommeil à le quitter. Un grognement lui échappa, tandis qu'il se détachait de Reese avec difficulté. "Purée..." marmonna le flic en se massant les tempes afin de calmer ses maux de têtes, se souvenant par la même occasion qu'il était blessé en touchant à sa plaie par mégarde. "Pu..." qu'il commençait avant de s'arrêter pour simplement serrer les dents. Au moins, ça avait le mérite de le sortir de sa torpeur. "Je t'interdis de dire que je suis en sucre !" prévint-il pour anticiper toutes les remarques alors que la jeune femme quittait la baignoire. D'un coup d’œil, il se mit à l'observer avec envie. Étrangement... Il se sentait suffisamment d'attaque pour une séquence de câlins. D'ailleurs, il n'attendit pas vraiment d'être sec pour se permettre quelques avances au sortir du bain, se contentant d'enlacer la brunette et de l'embrasser délicatement dans le cou.

Et pourtant, les désirs d'Ayden s'arrêtèrent bien vite pour être remplacés par des vertiges assez conséquents et quelques nausées. Non, clairement, c'était foutu pour ce soir. Lentement, le franco-américain se passa une main sur le visage comme pour stopper l'avancée de son mal sans pour autant y parvenir. "Ok, appelle un médecin..." déclarait le brun tout en passant une serviette à sa taille, cherchant au passage la force de pouvoir s'habiller, le faisant d'ailleurs à moitié sans parvenir à mettre plus que son sous-vêtement et son pantalon. Aussi, il s'était dirigé à pas lents jusqu'au lit de la belle pour s'y écrouler en attendant la personne qui s'occuperait de lui. De sa poche, l'inspecteur récupéra son téléphone mais la luminosité de l'écran lui fila de nouvelles migraines. Désagréable, tout ceci était désagréable. Se sentir aussi impuissant le faisait rager de l'intérieur et il n'était pas vraiment possible de l'exprimer puisqu'il n'avait même pas assez d'énergie pour manifester son mécontentement. Quelle merde...

S'assoupir pour calmer le mal qui le rongeait, c'est tout ce qu'il pouvait faire de toute façon. Et puis en plus, il n'avait pas le courage de lutter contre ses envies de sommeil, se laissait volontiers bercer par la respiration et la chaleur de Clint qui l'avait rejoint dans le lit et posé la tête contre son ventre. Les doigts de l'homme se perdirent dans les poils du chien, caressant tranquillement, au passage, l'animal. Il était amusant d'ailleurs, de voir l'animal aussi proche. Pas qu'ils ne s'aimaient pas mais le toutou préférait forcément la présence de sa maîtresse à celle de l'amant. D'une voix basse, Ayden se mit à chantonner, mélangeant différents morceaux, que ce soit d'anciens groupes mythiques ou de jeunes artistes récents comme il pouvait s'agir de BO de films. En bref, il se perdait volontiers dans un univers musical qui l'apaisait gracieusement. "Dis, Reese. Tu pourrais prévenir Maria ? J'ai pas la force, moi. Puis tu connais le mot de passe de mon téléphone donc t'as pas d'excuse pour pas le faire." lançait le trentenaire en souriant en coin, amusé par la situation.


That old saying, how you always hurt the one you love, well, it works both ways. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Reese B. Maddox
Administratrice
Métier : Enquêtrice
Informations :

Jeune enquêtrice à la crime » Orpheline » Tempérament solitaire, souvent cynique, elle a un humour particulier et un certain franc parler » Particulièrement observatrice, elle est douée en déduction » Commence à nourrir des sentiments pour Ayden, même si elle refuse de l'admettre » Elle raffole du chocolat » A un chien, Malinois, du nom de Clint » Chante bien, grande fan de musique » A un sérieux penchant pour l'alcool et a tendance à facilement se noyer dedans » Agi comme une connasse lorsqu'elle a la gueule de bois » Annexes


Véhicule : Moto Yamaha MT-125
Inventaire : Beretta 92 à sa hanche, un tazer et un SIG P225 à la cheville. Boîte d'Ibuprofène 200mg (30 comprimés), Flacon de Vogalène 0,1% (150mL, avec seringue doseuse graduée en kg), Boîte de Tramadol 200mg (30 comprimés), Kit de soins spécial rhume (1 boîte de Paracétamol 1g, 1 boîte d'Ibuprofène 400mg, 1 boîte de Vitamine C 1g)

Sam 16 Déc - 15:51

« Sanders. » Soupira-t-elle en lui ouvrant la porte de chez elle, le laissant rentrer.
« Enfin tu admets que… » Elle l’interrompit d’un geste de la main, ferme.
« J’admets rien du tout, Ayden est vraiment pas bien. »

C’était pour ça qu’elle l’avait appelé. Parce qu’elle s’inquiétait, vraiment. Parce qu’elle n’avait pas réussi à joindre quelqu’un d’autre, et que par dépit, c’était lui qu’elle était allée chercher en lui demandant de venir rapidement. Son avis valait ce qu’il valait, mais elle avait besoin de lui. Ses yeux sombres évitèrent soigneusement ceux du légiste, qui ne la quittait pourtant pas du regard.

« Ok, qu’est-ce qu’Ayden fout chez toi au juste ? » Demanda-t-il, à la fois surpris et agacé devant cette révélation. Elle crut y déceler une pointe de jalousie, se mêlant à l’inquiétude que cette nouvelle créait.
« Ferme-la et viens m’aider. » Soupira-t-elle.

Devyn rala un temps avant de lui suivre jusqu’à sa chambre, où Ayden n’avait pas vraiment bougé. Elle souffla le nom de son collègue, pour le réveiller, et vint se poser de l’autre côté du lit pour l’extirper de son sommeil cotonneux. L’homme semblait vraiment extenué, et elle remarqua qu’un de ses points ne tenait pas bien, qu’il venait d’imbiber de sang son oreiller.

« Putain mon grand, on t’a pas arrangé. » Commenta Devyn avec une mine sérieuse, extirpant de son sac son outillage pour essayer de réparer la casse. Ils aidèrent tous deux Ayden à se redresser, pour qu’il puisse l’ausculter. « J’pense pas qu’il y ait une fracture, mais y’a peut-être bien une commotion ou un truc du genre. » Ses yeux se posèrent sur Reese. « Il a pris des médocs ? Quoi ? »

La brune se redressa, et alla fouiller dans les affaires d’Ayden pour revenir avec le flacon qu’elle avait vu. Le légiste l’attrapa, regarda le nom, la formule, et esquissa un petit soupir qui n’augurait rien de bon.

« Demain, amène le aux urgences… » Ordonna-t-il après avoir refait le pansement de son ami. Il se redressa, et tous deux s’esquivèrent de la chambre pour le laisser se reposer en paix. Dans le salon, Devyn évita soigneusement le regard de Reese, en remballant méthodiquement ses affaires. Elle l’observa : il semblait nerveux, irrité, inquiet. Mais plus encore, il était comme une bombe à retardement. « Vous sortez ensemble ? » Demanda-t-il soudainement en plantant ses yeux sombres dans les siens.

La brune se raidit.

« Bien sûr que non ! » Glapit-elle, trop farouche pour que ça ait l’air innocent.
« Pourquoi tu m’as appelé moi ? » Enchaîna-t-il, comme s’il essayait de se satisfaire de cette réponse.
« Le numéro des urgences est totalement saturé… » Souffla-t-elle. Elle secoua la tête, nerveusement. « Ecoute, je-… Y’a pas grand-chose à dire mais s’il te plait, ne dis rien. A propos de ça… C’est pas ce que tu crois, et… »
« Reese, tu sais… C’est super cliché de sortir avec un collègue, c’est pas ton genre… » La coupa-t-il. Elle écarquilla les yeux sous la surprise :
« Je sors pas avec ! » Se défendit-elle avant de se faire interrompre une seconde fois :
« Ouais, c’est ça ! En tout cas, c’est un sacré cinéma que vous nous jouez tous les jours au boulot pour nous faire croire que vous vous appréciez pas ! ça rime à quoi ? »

Elle n’en croyait pas ses oreilles. A bout de mots, de souffle, d’idées, elle lui fit un geste de la main pour qu’il se stoppe immédiatement. Devyn eut un mouvement de recul, conscient qu’il venait de l’énerver pour de bon, et que ça n’était jamais de bon augure.

« Ok, maintenant, tu t’en vas. » Lui fit-elle en désignant la porte de l’index.

Cette même porte qu’il prit la minute d’après, en essayant de se rattraper. Elle la claqua sans demander son reste, et poussa un long soupir désapprobateur en retournant vers sa chambre. Les mains moites à cause de l’énervement, elle retourna vers son lit pour venir se poser à côté d’Ayden. Sa tête contre son épaule, elle l’enlaça doucement.

« J’ai prévenu, demain il faudra que tu ailles à l’hopital. » Lui souffla-t-elle. « Et Devyn croit qu’on est ensemble maintenant. T’as trouvé le jour pour t’abimer, toi, hein… » Râla-t-elle doucement.


Something
to believe in
I'll face the night and I'll pretend, I got something to believe in
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ayden W. Forestier
Administrateur
Métier : Inspecteur de police
Informations :

◘ A tendance à vouloir tuer Reese et à l'insulter en français quand elle lui tape sur les nerfs, même s'il l'aime et qu'il ne l'admet pas
◘ Est très proche de son frère Seth et de leur mère. A contrario, il refuse de parler à son père mais fait quand même l'effort d'échanger parfois avec Dylan, son demi-frère.
◘ Est très renfermé niveau sphère professionnelle
◘ Aime cuisiner, aime les sensations fortes
◘ Déteste les bruits répétitifs
◘ Prend des médocs pour calmer ses maux de tête et en abuse parfois
Véhicule : Ford Taurus 2014
Inventaire : Beretta 96 + matraque téléscopique

Sam 6 Jan - 0:07

S'endormir, se faire réveiller, bouger, se faire ausculter, peiner à ouvrir les yeux... Chaque effort rendait sa situation douloureuse, d'autant plus à cause des maux de tête. Il peinait à reconnaître les mots que prononçaient Reese et... Qui était l'autre personne ? Quelque part dans son esprit la réponse cherchait à se faire connaître sans pour autant qu'il parvienne à la trouver mais son instinct lui disait qu'il s'agissait d'une personne de confiance. En tous les cas, il se laissait faire sans chercher à se défaire de l'emprise qu'on avait sur lui. Les deux autres protagonistes s'éclipsèrent et au français de recommencer à somnoler sans réellement comprendre ce qu'il se passait.

Plus tard, il sentit un poids se poser près de lui puis une caresse et une étreinte. La voix de sa partenaire s'éleva légèrement, faisant sourire le blessé en coin, lorsqu'il comprit le sens des paroles avant de froncer légèrement les sourcils. Devyn ? "Tu veux me dire que c'est Sanders qui était là ?..." fit-il en tentant d'ouvrir les yeux, surpris. Alors ça, il ne s'y était pas attendu... Reese avait prit le parti d'appeler un collègue et pas le plus discret en plus... Néanmoins, il ricana tant bien que mal lorsqu'il comprit les propos de la brune. Devyn les croyait en couple et en plus de ça, elle se permettait de râler alors que c'est à lui qu'on annonçait qu'il devrait aller à l'hôpital le lendemain. Lentement, il glissa sa main sur l'avant-bras de la jeune femme, caressant délicatement sa peau avec un léger sourire en coin. "Tu l'as menacé, je suppose. Si c'est le cas, il ne dira rien... Et puis si ça te tracasse tant que ça, tu aurais dû lui dire que j'étais venu ici parce que j'allais pas bien et que conduire dans mon état, c'était pas une bonne idée..." marmonna t-il en se retenant de coller sa tempe contre le front de la femme. "Et puis si Devyn crache le morceau, qui le croira ? On se dit à peine bonjour au boulot et on s'engueule continuellement du coup, tout le monde pensera à une blague, tu crois pas ? Donc même si on était un couple, à moins d'avoir une preuve, les autres ne pourront jamais avaler ça..."

Et puis, sans prévenir, il se rendormit sagement dans les bras qui l'enserrait. Malgré sa blessure, il eut un sommeil reposant, ne se réveilla pas une fois, enfin pas dans ses souvenirs. Le matin, en revanche, fut plus ardu. Ouvrir les yeux fut la première épreuve de la journée. Dans la pénombre de la chambre, Ayden parvint difficilement à discerner ce qui l'entourait, la vision trop floue encore pour pouvoir se repérer comme il le voudrait. S'il avait voulu se lever comme chaque matin, son crâne lui rappela que ce n'était pas possible à cause de sa plaie. Tournant son visage, il rechercha celui de sa partenaire, endormie, près de lui. De ses mirettes endormies, le français la fixait avec tendresse avec un doux sourire. Si Sanders les voyait ainsi, forcément il aurait toutes les raisons de croire que les deux enquêteurs formaient un couple. Est-ce qu'il était loin de la réalité pour beaucoup trop proche ? La question effleura l'esprit de l'homme sans pour autant l'inquiéter plus que ça. Il n'avait pas de sentiments pour Reese... Pas le cœur battant la chamade quand il la regardait, pas le souffle coupé quand il l'embrassait, pas chaud quand il la prenait dans ses bras. Il les avait déjà eu ces sentiments mais pas pour Reese alors il y avait pas de risques qu'ils finissent par être un couple, non ? Effaçant le questionnement de son esprit, il vint tout de même la réveiller à l'aide de quelques baisers posés sur ses lèvres avec la plus grande délicatesse qui soit.

"Tu n'es pas obligée de venir avec moi." déclara le brun en ajustant sa veste à ses épaules. "Je peux y aller comme un grand, tu sais." qu'il rajoutait en venant caresser la tête de Clint avant de se pencher pour attacher ses chaussures, manquant tout de même de tomber à la renverse. C'était ça, sa plus grosse épreuve du jour. Parvenir à garder l'équilibre. Après une douche rapide, la jeune femme avait réitérer la nécessité de passer par l'hôpital pour s'assurer qu'il n'avait rien de grave et refaire les points. Bref, passer par un professionnel pour checker qu'aucun souci n'était a déclaré. "Sauf si tu viens juste pour t'assurer que je me rends bien à l'hosto. Si c'est ça qui t'inquiète... Eh bah je t'assure que j'irai, c'est tout." fini-t-il par dire en lisant difficilement le sms qui s'affichait sur l'écran de son téléphone. Maria avait été mise au courant et demandait des nouvelles dès qu'il y en aurait. Un soupir s'échappa d'entre les lèvres du flic lorsqu'il rangea l'objet dans sa poche, prenant son trousseau de clés et s'approchant de la porte avec énormément de concentration pour ne pas tituber comme un débile et prouver qu'il n'était en effet pas capable d'aller chercher ses soins comme un grand. Et pourtant... Pourtant il attendit tout de même la jeune femme et rejoignit le véhicule avec elle, lui laissant le volant de bonne grâce, s'enfonçant dans son siège en fixant la route. "Raye pas ma voiture, je l'aime bien." blagua-t-il sur un ton renfrogné tout de même, n'appréciant pas plus que ça de ne pas être fichu de se débrouiller seul, pour le coup.

Troisième épreuve, affronté l'hôpital. Ayden n'aimait pas ces endroits. Combien de collègues y avaient terminés, combien ont dû rendre leur plaque dans ce lieu, parce qu'ils ne pouvaient plus assurer leur métier pour une raison ou une autre ? Combien y avait rendus les armes ? Le brun pinçait les lèvres, stressé par l'ambiance, par l'odeur de désinfectant, par le bruit des machines ou des gens qui attendaient. Il n'aimait pas ça... Pour se rassurer, il glissa sa main dans celle de sa coéquipière en serrant les dents tandis que son regard fixait le vide. Étrangement, l'arrière de son crâne recommençait à le brûler, la douleur se réveillant exagérément comme pour lui rappeler la dernière fois qu'il se trouvait dans un lieu pareil. Son meilleur ami, leur mission, sa propre blessure... Il avait toujours tout fait pour éviter de se retrouver ici et pourtant il fallait qu'il y soit, il n'avait pas le choix, il ne pouvait pas ignorer ce devoir. Lentement, il voulut se passer la main sur le visage mais se crispa en serrant plus la mâchoire et plus encore les doigts entre les siens quand il effleura sa blessure, inspirant fortement pour retenir l'expression de sa douleur, finissant même par refermer sa main libre en un poing qu'il mordit pour se contenir.

La douleur effacée, les yeux bleus de l'inspecteur se posèrent sur la marque de ses dents puis sur le visage de la femme alors qu'il entendait qu'on appelait son nom pour les emmener dans une chambre. On leur expliquait alors qu'il passerait quelques test mineurs, visuels, auditifs, de réflexe puis il ferait une radio pour voir s'assurer qu'il n'y avait rien de grave et ensuite, ils verraient ce qu'il serait bon de faire. "Je suppose que je peux pas faire marche arrière..." fit-il dans une grimace en se levant pour suivre l'infirmier qui le guidait et qui lui expliquait les démarches. Tout ceci était plus que désagréable mais le policier fit tout de même ce qu'on lui disait puis attendit sagement sur le lit, qu'on donne enfin le feu vert pour la prochaine étape. "J'espère qu'on restera pas trop longtemps..." marmonnait le brun en fixant la pendule devant lui et pianonant des doigts sur le matelas.


That old saying, how you always hurt the one you love, well, it works both ways. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Reese B. Maddox
Administratrice
Métier : Enquêtrice
Informations :

Jeune enquêtrice à la crime » Orpheline » Tempérament solitaire, souvent cynique, elle a un humour particulier et un certain franc parler » Particulièrement observatrice, elle est douée en déduction » Commence à nourrir des sentiments pour Ayden, même si elle refuse de l'admettre » Elle raffole du chocolat » A un chien, Malinois, du nom de Clint » Chante bien, grande fan de musique » A un sérieux penchant pour l'alcool et a tendance à facilement se noyer dedans » Agi comme une connasse lorsqu'elle a la gueule de bois » Annexes


Véhicule : Moto Yamaha MT-125
Inventaire : Beretta 92 à sa hanche, un tazer et un SIG P225 à la cheville. Boîte d'Ibuprofène 200mg (30 comprimés), Flacon de Vogalène 0,1% (150mL, avec seringue doseuse graduée en kg), Boîte de Tramadol 200mg (30 comprimés), Kit de soins spécial rhume (1 boîte de Paracétamol 1g, 1 boîte d'Ibuprofène 400mg, 1 boîte de Vitamine C 1g)

Mar 9 Jan - 13:05

Elle l’avait amené jusqu’à l’hôpital en effet, parce qu’elle ne le voyait pas pouvoir conduire sans elle de toute façon. Mais Reese n’envisagea pas un seul instant de rester avec lui tout du long. Malgré le fait qu’il lui tenait la main, et qu’elle se sentit obligé de la serrer en retour. Incapable, cependant, d’esquisser la moindre parole rassurante à son égard, parce qu’elle ne savait tout simplement pas le faire. Ça n’était pas dans ses habitudes, et ça n’était de toute façon pas comme ça entre eux. Ça ne marchait pas en dehors du lit, pas vrai ? Le ventre noué, elle resta le temps qu’il soit installé et reçu par des médecins, pour s’assurer de son état. Elle relâcha sa main comme si celle-ci la brûlait, et lui assura de revenir plus tard pour le ramener chez lui.

Et la journée – loin de lui – passa très étrangement de son côté. Songeuse, elle se contenta de faire quelques rondes, la tête clairement ailleurs. Dans les faits, elle était inquiète, mais Reese se refusait tout simplement à l’admettre. Ça n’était pas dans les règles qu’ils avaient établi. Et ça n’était pas de l’inquiétude qu’elle pouvait offrir seulement à son coéquipier. Guettant son téléphone, en attendant tout simplement des nouvelles de lui, elle arrêta son service lorsque la nuit fut bien installée, et se chargea d’aller le rejoindre. Ayden avait pu être installé dans une chambre, qu’il devait partager avec un autre patient tant l’hôpital était surchargé.

Dépassant le paravent en toile qu’ils lui avaient laissé pour qu’il puisse se reposer, la brune se glissa contre le mur et s’adossa à celui-ci lorsqu’il la remarqua finalement.

« Toujours pas de nouvelles ? » demanda-t-elle avec une pointe de gêne qu’elle ne parvenait pas à cacher.

La jeune femme osa s’approcher, venant se poser sur le bord du lit. Ayden n’avait toujours pas l’air à son aise, et elle l’avait abandonné toute la journée dans un endroit qu’il détestait. Parce que si elle était restée, alors elle aurait eu l’impression que c’était trop sérieux entre eux, et elle ne pouvait pas l’accepter. Ça n’était pas le genre de choses qui pouvait faire l’un pour l’autre. Comme lorsqu’elle glissa doucement sa main dans la sienne, en relevant ses yeux sombres vers lui. Ça n’était pas des sentiments, se jura-t-elle d’une petite voix dans sa tête.

« Monsieur. » Un homme en blouse blanche s’avança vers eux. Reese ne l’écouta pas immédiatement, les yeux rivés sur Ayden. Elle loupa la moitié de son discours, alors que ses doigts se mêlaient aux siens. « … On a trouvé une légère commotion, ainsi qu’une fracture de la pommette. Les deux se résorberont d’eux même, mais il faudra quelques jours de repos. Vous ne pourrez pas reprendre le service avant au moins une semaine. »

Reese n’intervint pas. Sentant que de toute façon, toutes ces déclarations seraient des coups durs pour son coéquipier, elle resta sagement discrète.

« Je me charge de vous faire faire un certificat médical, vous pourrez le récupérer en sortant et votre compagne vous ramènera chez vous. » Lui annonça-t-il dans la foulée. « Désolé du retard d’ailleurs, les urgences sont surchargés et… » Ses yeux passèrent de l’un à l’autre. « Bon, vous êtes policiers, alors le couvre-feu ne vous concerne pas. »

Le médecin s’éclipsa, ils se retrouvèrent à nouveau ensemble. Elle le relâcha en se redressant à son tour, venant croiser les bras sur sa poitrine en esquissant un sourire :

« Je vais te chercher ta fiche de sortie et tout le reste, prépare-toi. » Parce qu’elle allait le ramener, oui. Chez lui. Là où elle ne passerait pas le voir.


Something
to believe in
I'll face the night and I'll pretend, I got something to believe in
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
Those lonely days will be long time forgotten
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Brazava ♦ Long time no see...
» long time no see. ➢ CRASHWOOD. {pv. crash}
» It's Been A Long Time [with Faith] (RP MIS EN PAUSE)
» MEGHAN ♔ Forever is an awfully long time
» Long time ago (Aloysia&Sebastian)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Apocalypse :: North End :: Cambridge Street-
Sauter vers: