Partagez | 
 

 Those lonely days will be long time forgotten

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
Reese B. Maddox
Administratrice
Métier : Enquêtrice
Informations :

Jeune enquêtrice à la crime » Orpheline » Tempérament solitaire, souvent cynique, elle a un humour particulier et un certain franc parler » Particulièrement observatrice, elle est douée en déduction » Commence à nourrir des sentiments pour Ayden, même si elle refuse de l'admettre » Elle raffole du chocolat » A un chien, Malinois, du nom de Clint » Chante bien, grande fan de musique » A un sérieux penchant pour l'alcool et a tendance à facilement se noyer dedans » Agi comme une connasse lorsqu'elle a la gueule de bois » Annexes


Véhicule : Moto Yamaha MT-125
Inventaire : Beretta 92 à sa hanche, un tazer et un SIG P225 à la cheville. Boîte d'Ibuprofène 200mg (30 comprimés), Flacon de Vogalène 0,1% (150mL, avec seringue doseuse graduée en kg), Boîte de Tramadol 200mg (30 comprimés), Kit de soins spécial rhume (1 boîte de Paracétamol 1g, 1 boîte d'Ibuprofène 400mg, 1 boîte de Vitamine C 1g)

Ven 17 Nov - 5:39

« A quoi ça sert ? » Répéta Reese en s’en offusquant à moitié, adressant à Ayden un regard surpris. Il devait se foutre d’elle. Déjà raidit par sa remarque sur le fait que ce qu’elle disait, c’était nul, elle n’avait pas l’intention de le ménager. Bon, en fait, un peu, parce que lui ne l’épargnait pas en caresses taquines et tout ce qui allait avec. Comment devait-elle s’y prendre quand il tirait sur la corde sensible ? « T’es sérieux là ? » Elle pouffa d’un rire à sa remarque, faisant l’impasse sur ses propos. Sur le fait qu’elle regrettait ensuite. Parce que c’était bizarre. « Si t’es pas ça, t’es quoi Ayden ? »

Avait-elle vraiment besoin de les ranger dans une case ? Pour le coup, oui, un peu. Parce que ce qu’il y avait entre eux était trop hors norme pour ne pas se laisser définir par quelque chose. Ça la perturbait, dans son travail surtout, et elle ne pouvait s’empêcher d’y penser. Dès la première fois, certes formidable, elle avait fait tourner ça dans sa tête dans l’espoir de comprendre comment ils en étaient arrivés là. C’était bien. C’était mieux que bien, vu qu’Ayden était attentif à son plaisir. Elle avait connu de bons amants, mais rarement une complicité pareille. Etonnant pour deux personnes qui se détestaient fondamentalement. C’était en ça que c’était parfaitement étonnant…

« Vraiment, éclaire-moi de tes lumières parce que t’as l’air de mieux t’y connaître que moi en la matière. T’as sans doute une expérience que tu veux partager, donc va y, parle. » L’invita-t-elle ironiquement en se redressant finalement pour lui faire face. Les draps tombèrent sur son ventre, emmêlés dans ses longues jambes alors qu’elle adressait à l’homme un sourire à la fois mutin et provocateur. Se tenir la main ? S’embrasser ? Oula, non. « Non ? C’est justement parce que je nous vois pas faire ça, que je veux pas particulièrement que ça arrive parce que ça serait ridicule que j’en parle. »

Ça n’était pas du cinéma, mais il ne pouvait pas lui reprocher de vouloir mettre les choses au clair. Il ne pouvait pas lui dire qu’elle en faisait trop, lorsqu’elle exigeait que ça reste dans l’intimité d’une chambre, que ça soit à eux. Dès lors, elle était certaine que ça irait mieux, qu’elle pourrait se détendre, recommencer sans se gêner, ne pas se laisser impressionner. Elle irait quand elle en aurait besoin, simplement, et il en allait de même pour lui.

« Franchement, parfois, tu m’agaces. » Soupira-t-elle en se passant une main dans ses cheveux emmêlés, alors qu’il la força à se rallonger pour recommencer à jouer avec ses humeurs. Elle avait l’impression d’enchaîner les douches chaudes et les douches froides, c’était honnêtement désagréable. « J’ai pas peur, pourquoi tu fais exprès de pas comprendre ? » Murmura-t-elle en plantant son regard dans ses yeux clairs. Il cherchait les emmerdes en disant ça, n’est-ce pas ? « Tu vas voir si t’es le seul à savoir quoi faire pour rendre fou l’autre… » Grogna-t-elle en se redressant à nouveau, venant lui grimper dessus pour le surplomber.

Elle pressa son épaule pour le maintenir contre le matelas, l’empêcher de se surélever pour venir jouer avec elle. Elle décidait désormais. Il avait suffisamment parlé. Tout ça pour quoi, au fond ? Elle eut un rire amusé :

« Tout ça pour reprendre les mêmes règles que moi au bout du compte. C’est juste une question d’égo ou comment ça se passe ? » Taquina-t-elle en attrapant ses mains, qu’elle ramena au-dessus de lui pour les coincer et qu’il ne puisse plus l’effleurer. Elle se baissa, joua de la distance entre leurs lèvres, sans déposer de baiser. Il était puni. « Par définition, tes règles sont donc aussi nulles que les miennes, c’est pas mal tout ce blabla pour arriver au même résultat. »

Elle jouait avec le feu, c’était à croire qu’elle avait du mal à ne pas le faire. De la même manière, elle en avait autant à tenir cette conversation. Pas après qu’il se soit amusé avec elle tout le long de son laïus pour l’empêcher de s’exprimer ou alors en se moquant de ce qu’elle avait à dire. Reese esquissa un sourire mutin, plantant ses yeux sombres dans ceux de son partenaire. Leur passe-temps commun reprenait doucement, et tant pis s’ils y passaient la nuit.

« J’ai pas honte de toi, ou de ça. » Murmura-t-elle contre ses lèvres, se réhaussant sensiblement lorsqu’il tenta de l’embrasser pour l’empêcher de le faire. « Ce qu’on fait, c’est pas mal, pas vrai ? » Demanda-t-elle comme confirmation. Même si c’était bien trop tard pour s’en inquiéter.


Something
to believe in
I'll face the night and I'll pretend, I got something to believe in
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ayden W. Forestier
Administrateur
Métier : Inspecteur de police
Informations :

◘ A tendance à vouloir tuer Reese et à l'insulter en français quand elle lui tape sur les nerfs, même s'il l'aime et qu'il ne l'admet pas
◘ Est très proche de son frère Seth et de leur mère. A contrario, il refuse de parler à son père mais fait quand même l'effort d'échanger parfois avec Dylan, son demi-frère.
◘ Est très renfermé niveau sphère professionnelle
◘ Aime cuisiner, aime les sensations fortes
◘ Déteste les bruits répétitifs
◘ Prend des médocs pour calmer ses maux de tête et en abuse parfois
Véhicule : Ford Taurus 2014
Inventaire : Beretta 96 + matraque téléscopique

Sam 18 Nov - 20:00

Le jeu entre eux avait reprit à force de caresses. Il fallait dire que c'était plus intéressant que cette discussion qui n'avait lieu d'être. Ayden s'était amusé à l'empêcher de parler, l'écoutait à peine lorsqu'elle requérait son attention dans le but de clarifier les choses. Rapidement, il se trouvait sous elle et elle semblait profiter de sa domination. Sagement, il se laissa faire, se contentant d'être celui qui paierait cher sa moquerie, même si ce n'était pas pour lui déplaire. Tranquillement, il laissait Reese décider du jeu, de la rapidité, grognait parfois de frustration quand elle empêchait un baiser ou une caresse. D'ailleurs, avec appétit, il se contentait de la détailler longuement. "La différence entre ce que tu dis et ce que j'ai dis c'est que ce ne sont pas des règles. Ce sont des faits établis qui répondent à une logique..." Murmura-t-il en parvenant à se libérer pour lui poser les mains sur les hanches. "Une logique qui vise à protéger son jardin secret et à éviter les suppositions, les questions et à profiter de la vie. " chuchota-t-il en griffant légèrement sa peau avant de se redresser pour planter le regard dans le sien.

"Ce qu'on fait n'est pas mal. On est deux adultes consentants, Reese... " qu'il marmonnait en reprenant le dessus sur sa partenaire, se contenant de l'observer longuement dans les yeux. "Je ne suis pas ton plan cul. Enfin, quelque part, si. Mais je n'aime pas cette définition... On a qu'a dire qu'on est juste des amants." dit-il en l'embrassant à nouveau puis se rallongeant de son côté en la regardant, sourire taquin au coin des lèvres. Lentement, il lui passa la main dans les cheveux et l'attira contre lui, venant marmonner un "Je peux t'agacer, tu peux me trouver bête mais... Selon moi, c'est vraiment juste de la logique. Je pars du principe que je ne ferai rien qui te mettra dans l'embarras et tu feras pareil. Puis comme dit, suffit de voir le comportement que tu as eu, c'est simple de comprendre que tu ne veux pas que ces moments existent sauf en dehors d'une chambre ou d'un endroit clos où personne ne nous verrait." fit-il en tentant d'hausser les épaules sans que cela ressemble vraiment à quelque chose. Parler de ça, venait en fait, de dissiper son désir, prenant un sérieux qu'il ne se connaissait pas réellement sur l'oreiller.

Tranquillement, il se passe un bras sous la nuque alors qu'il se couvrait à partir de la taille et soupira en fermant les yeux. "Tout ce qu'on aurait à perdre, de toute façon, c'est bien notre crédibilité. Plus personne ne croirait qu'on se déteste." ajoutait le brun en essayant d'imaginer les différents scénarios qui pourraient éventuellement se profiler à l'annonce de la nouvelle. Lentement, il se pianota le torse avant de bailler légèrement puis se mit à sourire en coin. "En plus, j'avoue que les règles, ça me passe un peu au dessus, quand ça ne concerne pas le boulot." ricanait le français avant de s'étirer et de récupérer son téléphone pour regarder l'heure. D'ici quelques heures, ils devraient se séparer, se préparer et se retrouver comme si de rien n'était, comme s'ils n'avaient jamais eu ce genre de discussions ou de relations. Ils se détesteraient à nouveau et chacun ferait comme bon lui semblait, vivrait comme il l'a toujours fait jusque là. Tranquillement, il se gratta la joue et retint un rictus amusé. Il garderait sa barbe pour les prochains jours, histoire que le bleu que Reese lui avait offert ne se voit pas trop et ainsi qu'on lui demande ce qu'il s'était passé. Même s'il excellait dans le fait de ne jamais parler de lui, ça n'empêchait généralement pas les gens de poser des questions. Boarf, après, il suffisait d'un regard mauvais pour passer l'envie de savoir.

Baillant à nouveau, Ayden fit mine de prendre toute la place dans son lit, poussant légèrement la brune à se contentant de pouffer de rire quand elle se retint à lui. Doucement, il la recolla à nouveau contre lui et l'embrassait délicatement du bout des lèvres, la serrant fortement contre son torse. Finalement... Il n'était peut-être pas si fatigué que ça, d'après la sensation de chaleur qui parcouru son corps. La femme avait déjà recommencé les quelques prises pour rappeler qu'à la base, il devait subir son courroux et sans plus de façon, il lui laissait les commandes, faisant tout de même semblant de résister par moment. Le contact de sa peau effaçait les longues minutes de discussion de son esprit, le faisant déjà perdre pied et réclamait déjà des attentions qui ne concernait pas le fonctionnement professionnel de leur duo.


That old saying, how you always hurt the one you love, well, it works both ways. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Reese B. Maddox
Administratrice
Métier : Enquêtrice
Informations :

Jeune enquêtrice à la crime » Orpheline » Tempérament solitaire, souvent cynique, elle a un humour particulier et un certain franc parler » Particulièrement observatrice, elle est douée en déduction » Commence à nourrir des sentiments pour Ayden, même si elle refuse de l'admettre » Elle raffole du chocolat » A un chien, Malinois, du nom de Clint » Chante bien, grande fan de musique » A un sérieux penchant pour l'alcool et a tendance à facilement se noyer dedans » Agi comme une connasse lorsqu'elle a la gueule de bois » Annexes


Véhicule : Moto Yamaha MT-125
Inventaire : Beretta 92 à sa hanche, un tazer et un SIG P225 à la cheville. Boîte d'Ibuprofène 200mg (30 comprimés), Flacon de Vogalène 0,1% (150mL, avec seringue doseuse graduée en kg), Boîte de Tramadol 200mg (30 comprimés), Kit de soins spécial rhume (1 boîte de Paracétamol 1g, 1 boîte d'Ibuprofène 400mg, 1 boîte de Vitamine C 1g)

Sam 18 Nov - 20:38

« C’est quoi ? C’est le mot « cul » que t’aime pas, c’est ça ? » S’étonna-t-elle alors qu’il appuyait à nouveau cette idée.

Celle qui disait qu’il n’était pas son « plan cul. » Si ça n’avait été que ça, elle aurait probablement choisi quelqu’un d’autre pour se satisfaire. Si elle n’en dit rien sur l’instant, elle le sentait au fond d’elle : c’était viscéral. Elle haïssait Ayden autant qu’elle le désirait. Se venger de son comportement en le dominant sur un lit, c’était bien tout ce qu’elle avait en main pour se satisfaire. Elle y gagnait, plus qu’elle ne l’imaginait. Elle l’écouta avec une certaine patience, en le sentant pas la même se refroidir le long de la discussion.

« Amant, ça sonne mieux, c’est plus poli. » Ironisa-t-elle en le provoquant volontairement. « T’es vraiment français en fait, guindé, coincé, tout ce qui va avec. »

Et elle ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin. Elle se moquait ouvertement de lui, usant d’une hardiesse nécessaire pour éveiller son agressivité. Tout ça pour quoi ? C’était évident. Il voulait jouer avec elle, elle lui rendait la pareille. Et dressée sur lui avec un sourire mutin, elle lui adressa une œillade pleine de promesses pour reprendre là où elle avait laissé ses mots quelques instants plus tôt :

« Tu m’en voudras pas de dire des gros mots j’espère. Je sais que tu es coincé, mais pas moi. » Elle fronça les sourcils, se pencha doucement tout contre ses lèvres pour y murmurer : « Comme putain, merde, fait chier, fuck »

Sur le reste de la nuit, elle en dit quelques-unes d’ailleurs. Juste pour l’agacer davantage, le provoquer, le faire sourire aussi. Si elle ne voulait pas l’avouer, si rien ne l’y forçait, elle aimait bien son sourire.

__________________

Ça devenait une sorte d’habitude, qui faisait souffrir son sommeil. Une habitude qu’ils avaient pris l’un comme l’autre pour passer le temps, pour convenir de ce qu’ils avaient discuté. Et ça marchait plutôt bien en définitive. Reese ne pouvait pas dire qu’elle s’ennuyait, par contre, elle était clairement épuisée. Elle profitait de ses nuits off pour essayer de grapiller quelques heures de sommeil. Mais tout lui faisait bizarre désormais, surtout depuis qu’ils avaient pris un pli avec Ayden : seule, elle dormait mal. Avec lui, elle dormait peu.

« Tu pars en premier. » Lui annonça-t-elle en cherchant dans ses tiroirs de quoi s’habiller. Portant uniquement la chemise de l’homme, qui lui tombait jusqu’aux cuisses, elle se tourna vers lui sans un sourire. Ses cheveux bouclaient à cause de l’efforts de la nuit, et des nœuds que son oreiller avait faits. Ça méritait de la contrarier. « Je serais en retard, et t’as intérêt à être chiant quand j’arriverais. »

Depuis que les Rivera vivaient chez lui, c’était plutôt chez elle qu’ils se retrouvaient. Allez savoir ce qu’il trouvait comme excuse pour justifier de son absence sur place. « Le boulot », probablement, la meilleure disquette depuis l’invention du mensonge. La même qu’elle sortait à Heather quand celle-ci lui proposait de sortir pour une bière et qu’elle préférait s’envoyer en l’air. Parfois, elle culpabilisait. Mais de moins en moins.

« T’as l’air crevé. » Analysa-t-elle sans prendre de gants. « Viens. » Lui ordonna-t-elle sans lui laisser le choix, tirant sur le drap pour l’extirper de là.

La douche fut donc plus longue que d’ordinaire. Elle réveilla, surtout lorsqu’elle appuya sans faire exprès sur l’eau froide en se tenant à elle, et en les arrosant tous les deux. La brune ne put s’empêcher de jurer avant d’exploser de rire sur le coup. Même avec du shampoing plein les yeux, ça la faisait marrer. Puis, serviette nouée autour de la poitrine, une autre autour des cheveux, elle leva les yeux vers lui :

« Tiens, tu m’as jamais dit. » Fit-elle en posant son sèche-cheveux et en le regardant dans la glace. « Tu viens de Paris, non ? Ou tu y as déjà été ? » Car comme pour cent pour cent des américains, il n’y avait vraisemblablement que Paris comme ville en France. « C’est comment ? Et pourquoi t’es venu ici en fait ? » Demanda-t-elle.


Something
to believe in
I'll face the night and I'll pretend, I got something to believe in
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ayden W. Forestier
Administrateur
Métier : Inspecteur de police
Informations :

◘ A tendance à vouloir tuer Reese et à l'insulter en français quand elle lui tape sur les nerfs, même s'il l'aime et qu'il ne l'admet pas
◘ Est très proche de son frère Seth et de leur mère. A contrario, il refuse de parler à son père mais fait quand même l'effort d'échanger parfois avec Dylan, son demi-frère.
◘ Est très renfermé niveau sphère professionnelle
◘ Aime cuisiner, aime les sensations fortes
◘ Déteste les bruits répétitifs
◘ Prend des médocs pour calmer ses maux de tête et en abuse parfois
Véhicule : Ford Taurus 2014
Inventaire : Beretta 96 + matraque téléscopique

Sam 25 Nov - 18:23

Les premières nuits avaient été plutôt étranges. Et puis ils avaient pris l'habitude. Assez fréquemment ils se retrouvaient. Assez fréquemment, ils s'aimaient une grosse partie de la nuit avant de se détester au regard d'autrui. Les premières fois chez Reese donnaient la sensation à Ayden de ne pas être le bienvenu. En fait, il sentait qu'il empiétait sur une zone privée mais avec le temps, il oubliait ce sentiment, se sentant parfaitement à sa place entre les bras de la jeune femme. Ou peut-être était-ce son instinct animal qui parlait. Il ne savait mais en tout cas ça ne lui déplaisait pas. Évidemment, il dormait peu, collé contre la brune. Sa chaleur corporelle le berçait et semblait le rassurer de ses quelques restes de terreur nocturne. En tout cas, jusque là, l'enquêtrice n'avait pas eu à se plaindre d'un quelconque geste brusque ou autre étrangeté. En y réfléchissant, il ne savait plus trop comment c'était de dormir de dormir seul, peu habitué aux siestes, il profitait des seuls instants de repos de la nuit que daignait lui laisser Reese après leurs ébat, avant le début du boulot.

Cette fois ne faisait pas exception. Allongé dans le lit qui gardait l'odeur de la femme, il se contentait de l'observer d'un œil endormi, la laissant se mouvoir. L'épuisement le guettait et l'idée de deux ou trois tasses de cafés germait dans son esprit. Bon sang, il devrait avaler le jus de chaussettes du boulot pour tenir la journée... Et si ce soir il disait non et en profitait pour dormir entière ? Il s'en sentait capable là, carrément. En réalité, le français n'était même pas certain de pouvoir bouger tant son corps semblait lourd mais c'était sans compter sur sa coéquipière, l'obligeant à se bouger, le faisant soupirer et grimacer de déplaisir. Sous l'eau, il n'y mit pas du sien. L'eau chaude le détendait et lui donnait juste envie de retourner dormir. Tout dans son attitude voulait faire comprendre à Reese qu'elle allait au boulot et qu'elle serait clairement seule à bosser parce qu'il comptait bien retrouver ses oreillers. Mais non. Le hasard fit bien les choses lorsque les gouttes glaciales lui tombèrent dessus pour le congeler immédiatement après l'avoir fait sursauter. "Reese !" s'insurgea-t-il alors qu'elle était explosée de rire. Heureusement, bien vite il se réchauffa sous le bon jet d'eau, tout à coup réveillé et plus en forme. Le souffle de fatigue s'était dissipé mais pour combien de temps ? Il ne se demandait pas vraiment. Il serait comme à chaque fois mort de fatigue vers seize heures, attendrait dix-huit pour partir chez lui pour saluer les femmes Rivera et sans doute qu'il irait fermer les yeux sur le canapé ensuite, exeptionnellement. Maria n'était pas aveugle. Elle se doutait qu'il passait ses nuits ailleurs, pour autre chose que le travail mais elle ne disait rien, proposant plutôt d'avoir une location ailleurs quand lui argumentait que c'était dépenser de l'argent pour rien quand elle avait tout à disposition. C'était un débat sans fin et généralement, c'était l'intervention d'Elena qui faisait donnait gain de cause à son parrain qui mettait fin à la négociation.

La voix de Reese le coupa dans ses pensées alors qu'automatiquement, il enfilait son pantalon. La question de la femme lui fit levé un sourcil interrogateur tandis qu'il se dirigeait vers un petit sac dans lequel il mettait ses vêtements de rechange, sortant sa chemise pliée sans être froissée. "On se parle de nos vies maintenant ?" fit-il en lui offrant une œillade taquine. tranquillement, il passa les bras dans les manches et observa tranquillement sa collègue avec une moue légèrement mystérieuse au visage. "Je suis franco-américain et j'ai vécu un moment à Paris oui. Mes parents voulaient y ouvrir un restaurant là-bas. C'est sympa à visiter mais disons que les gens y sont pas forcément... Agréables." lançait l'homme en haussant les épaules, ajustant ensuite sa chemise, venant glisser les pans dans son pantalon pour être présentable. "Je suppose qu'avec le temps, ça ne s'est pas améliorer. Ils sont un peu comme les américains. Ils se sentent comme le centre du monde." disait le franco-américain en s'asseyant sur le bord du lit pour mettre ses chaussettes et ses chaussures. "Évidemment, je ne dis pas que tout le monde est comme ça. Mais majoritairement, c'est ce qu'on perçoit." finissait le brun en terminant la boucle de ses lacets.

Tranquillement, il se rallongea et fixait la jeune femme qui s'habillait, la dévorant sagement du regard. Plus ils passaient du temps ensemble, plus il sentait qu'ils trouvaient chez l'un et l'autre des aspects humain. Sans doute qu'ils parvenaient à retrouver ces côtés si longtemps oubliés du reste du monde et d'eux-même. Ou alors il se faisait des idées et ça ne venait que de lui, ce genre de philosophie de bar. En tout cas, il se passa les bras sous la nuque et ferma les yeux, retenant un bâillement à peine discret. "Et pour répondre à tes dernières questions... Ma mère a divorcé de mon père quand elle a apprit qu'il l'avait trompé avec une autre américaine. A croire qu'il n'aimait que ça. Enfin, c'était pas vraiment ça le coup de grâce. C'était de savoir qu'il avait une maîtresse avec qui il a eu un enfant. Il s'appelle Dylan et a un an de moins que moi. Ça a détruit le peu à sauver et elle a décidé qu'on venait aux États-Unis, elle, Seth et moi." L'envie d'hausser les épaules se fit sentir, pour montrer à quel point cette histoire était banale. Ce n'était plus vraiment étonnant ce genre de séparation et si longtemps elle avait affectée le français, en grandissant, il avait comprit.

Les deux minutes après son histoire, il se mit à somnoler, se sentant partir petit à petit et sans réellement réfléchir, ses lèvres laissèrent échapper un "Et toi, t'as déjà voyagé en dehors de Boston ?" dans un murmure qu'il pensait venir de sous son cerveau. Sa respiration se fit lentement, si lentement et calme qu'il se demandait si à l'extérieur on pouvait voir sa poitrine se soulever ou non. Déjà, la voix de la brune se perdit dans les quelques informations que le cerveau d'Ayden voulait bien enregistrer alors qu'il sombrait de plus en plus. Finalement, il aurait peut-être dû prendre une longue douche uniquement glacée, sans doute que ça aurait suffit à le maintenir dans le monde des éveillés. "Tu veux pas qu'on retourne dormir plutôt ?" laissa-t-il échapper en français alors qu'enfin, il cessait de lutter.


That old saying, how you always hurt the one you love, well, it works both ways. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Reese B. Maddox
Administratrice
Métier : Enquêtrice
Informations :

Jeune enquêtrice à la crime » Orpheline » Tempérament solitaire, souvent cynique, elle a un humour particulier et un certain franc parler » Particulièrement observatrice, elle est douée en déduction » Commence à nourrir des sentiments pour Ayden, même si elle refuse de l'admettre » Elle raffole du chocolat » A un chien, Malinois, du nom de Clint » Chante bien, grande fan de musique » A un sérieux penchant pour l'alcool et a tendance à facilement se noyer dedans » Agi comme une connasse lorsqu'elle a la gueule de bois » Annexes


Véhicule : Moto Yamaha MT-125
Inventaire : Beretta 92 à sa hanche, un tazer et un SIG P225 à la cheville. Boîte d'Ibuprofène 200mg (30 comprimés), Flacon de Vogalène 0,1% (150mL, avec seringue doseuse graduée en kg), Boîte de Tramadol 200mg (30 comprimés), Kit de soins spécial rhume (1 boîte de Paracétamol 1g, 1 boîte d'Ibuprofène 400mg, 1 boîte de Vitamine C 1g)

Dim 26 Nov - 10:46

Elle l’écouta patiemment, s’habillant tout en lui jetant quelques regards. L’histoire qu’il lui racontait était presque tristement ordinaire. Au moins avait-il eu l’occasion de voir la France, pour de vrai. Comme pour pas mal de gamine, Reese avait eu des envies de voyage. Paris en faisait partie. Elle avait vu des films qui s’y passaient, des photos qui avaient éveillé son côté aventurière. Mais l’occasion ne s’était jamais présentée, et finalement elle n’avait jamais vraiment quitté Boston. Inutile de parler de ce voyage scolaire à Washington, pour visiter des musées. Ça remontait à trop loin, l’intérêt était discutable, et ça n’avait pas été la grande aventure comme elle l’avait voulu à ce moment-là.

« Non, je ne suis jamais partie de Boston. » Déclara-t-elle en venant passer son pull par-dessus sa chemise, ajustant juste après son col. « J’y suis née, j’y ai grandi, y’a rien d’autre à dire. »

Avec le recul, elle n’avait pas eu une si belle vie que ça, faite de voyage et d’amitié. Son cercle de proche était on ne peut plus restreint, elle consacrait son temps à son travail et au bar qu’elle squattait à l’occasion. Il n’y avait qu’Ayden désormais pour apporter un petit peu de piment. Pas les grands sentiments cependant, mais Reese doutait être capable de ce genre de choses. Les sentiments, elle laissait ça aux autres.

« J’ai rien compris. » Souffla-t-elle en se retournant vers l’homme, le scrutant un temps. Il s’endormait. Bon… Elle lui laissa du répit : ça lui donnait l’occasion d’aller promener Clint. Elle ne manquerait pas de le réveiller en revenant. Ce qu’elle fit : clope coincée au coin des lèvres et verre d’eau à la main qu’elle lui envoya à la figure. S’attendait-il à un peu de douceur ? bah voyons. Il était temps de se détester, de toute façon… « Allez, bouge-toi. »

____________________

La journée avait été longue. Comme la suivante. La nuit fut des plus inconfortables en plus de ça. Les deux n’avaient pas pu fermer l’œil, du moins pas correctement. Reese était parvenue à squatter deux petites heures le canapé du bureau, avant de laisser sa place à Ayden. Plus gentiment cette fois – enfin, peut-être – elle l’avait réveillé avec le café goût jus de chaussettes du bureau. Dans l’intimité de leur pièce, ils avaient repris le travail jusqu’à avoir enfin l’autorisation de rentrer chez eux. L’homme n’avait même pas pris la peine de faire un détour par chez lui : elle vivait plus près, son lit était donc bien plus accessible.

En montant, elle installa les affaires de Clint pour qu’il prenne ses aises – son compagnon l’avait suivi toute la journée, et il était aussi épuisé qu’elle – avant de se tourner vers Ayden. Reese ne pouvait pas mentir : elle était fatiguée et affamée en même temps. Mais elle n’avait jamais eu la patience de l’homme pour faire la cuisine, et ses placards étaient quasiment vides. Par miracle, il devait rester des pattes et de la sauce tomate, pas de quoi casser trois pattes à un canard, mais qui ferait probablement l’affaire. S’approchant d’un pas de l’homme, elle ne le prit pas dans ses bras pour amorcer autre chose, comme ils avaient pris l’habitude de le faire :

« Tu vas trouver ça bizarre mais… » Elle croisa les bras sur sa poitrine, un peu gênée. Un frisson lui remonta l’échine alors que la fatigue la faisait grelotter. « Tu… Tu veux pas qu’on dorme ? » Lui demanda-t-elle d’une petite voix.

C’était parfaitement absurde, elle le sentait. Elle était juste dans un tel état qu’elle ne se sentait pas la force de faire quoi que ce soit sans prendre le risque de s’endormir. Qu’importait la performance d’Ayden. Qu’importait qu’elle apprécie ces échanges. Elle rêvait d’une nuit de plus de trois heures.


Something
to believe in
I'll face the night and I'll pretend, I got something to believe in
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ayden W. Forestier
Administrateur
Métier : Inspecteur de police
Informations :

◘ A tendance à vouloir tuer Reese et à l'insulter en français quand elle lui tape sur les nerfs, même s'il l'aime et qu'il ne l'admet pas
◘ Est très proche de son frère Seth et de leur mère. A contrario, il refuse de parler à son père mais fait quand même l'effort d'échanger parfois avec Dylan, son demi-frère.
◘ Est très renfermé niveau sphère professionnelle
◘ Aime cuisiner, aime les sensations fortes
◘ Déteste les bruits répétitifs
◘ Prend des médocs pour calmer ses maux de tête et en abuse parfois
Véhicule : Ford Taurus 2014
Inventaire : Beretta 96 + matraque téléscopique

Mar 28 Nov - 0:29

S'endormir quelques minutes fit le plus grand bien au cerveau d'Ayden. La mini douche froide, en revanche, son corps n'appréciait pas trop, le forçant à se redresser immédiatement et à laisser échapper un "Putain mais Reese !" alors qu'il s'essuyait le visage. Si elle le voulait de mauvaise humeur, elle avait réussi. Il faisait la gueule en arrivant au bureau avant elle et à sa vue, il se renfrogna un temps, râlant intérieurement du peu de tact qu'elle possédait. Et le pire dans cette journée, c'est qu'au final... Eh bah la fatigue le surplombait toujours. Le boulot les inondait à n'en plus finir, si bien que finalement, ils firent une sieste, chacun son tour sur le canapé. La fin tardait à venir, prenant sans doute tout le temps qu'elle voulait juste pour torturer les enquêteurs. Le français laissa sa collègue partir avant lui puis une poignée de minutes plus tard, il la suivit jusqu'à chez elle, baillant au volant, larmes aux yeux à cause de l'épuisement. En arrivant dans l'appartement, il posa ses clés sur la table basse et s'étira, laissant Reese faire ce qu'elle devait pour Clint tandis que lui prenait le temps de se défaire de sa veste et des premiers boutons de sa chemise.

La voix de sa coéquipière le ramena sur Terre alors qu'il imaginait déjà le matelas sous son dos, fermer les yeux et... Pourtant il haussa un sourcil au début de phrase. Qu'est-ce que ça annonçait de mauvais cette histoire ? Finalement, la sentence tomba et il répondit par un soupir de soulagement. Dans un réflexe qui confiait sa reconnaissance, il enlaça la brune et lui vola un baiser avant de lui prendre la main et l'entraîner dans la chambre. Arrivés au pied du lit, le français fit tomber ses vêtements de boulot et s'allonger en soupirant de bien-être. "C'est la chose la plus excitante que tu aurais pu me dire, vraiment... " fit-il d'une voix déjà cassée par la fatigue. Il observa la jeune femme un instant avec beaucoup de tendresse, une tendresse qu'il ne se connaissait pas à vrai dire. Il avait eu envie de la prendre contre lui, de l'embrasser et de s'endormir mais le Marchant de Sable était plus rapide. A peine avait-il fermé les yeux qu'il sombra sans demander son reste.

Quelques heures plus tard, il sentit une présence à ses côtés. Sans ouvrir les yeux, l'inspecteur enserra le corps qui se blottissait contre son torse et de quelques caresses, il reconnu Reese. Ayden, qui était sur le dos, roula sur le côté pour laisser le loisir à son corps d'épouser le sien, de sorte à pouvoir dormir sans être gêné. Sa respiration lente se perdait dans les cheveux de la jeune femme alors que ses doigts s'étaient inconsciemment glissés entre les siens. A nouveau, il ne chercha pas à comprendre et se laissa endormir sans plus de forme. Pourtant le manège recommença sauf que cette fois, il manqua de tomber hors du lit. Pour le coup, la frayeur le réveilla suffisamment pour qu'il comprenne que Clint s'était joint à eux. Ce chien était adorable mais c'qu'il prenait comme place... En même temps, depuis le temps que le manège entre les policiers, ils n'avaient jamais eu de vrai nuit de sommeil alors c'était sûr que ça surprenant. Néanmoins, son corps réclamait cette dose qu'il lui manquait, exigeait la relaxation et surtout un endroit où il pourrait dormir tout son saoul sans manquer de se casser la gueule.

Avec délicatesse, Ayden se défit de Reese, évitant au mieux de la déranger. Son repos à elle était aussi important alors il n'irait clairement pas la réveiller. Il récupéra son oreiller et sur la pointe des pieds, il quitta la chambre. Là, le canapé de la femme attendait et hurlait à l'homme de venir se poser. Bon dieu, ce que c'était tentant. Sans se faire prier, s'installa au creux du seul objet de ses désirs et ferma les yeux. Tant pis s'il ne possédait pas de couverture ou la place de s'étaler, tout ce qu'il voulait, c'était rejoindre Morphée et cette fois, il en était certain, il y parviendrait. Sans réfléchir à l'heure qu'il était, où au jour où à tout ce qui l'entourait, il s'étira un long moment pour détendre son corps, ajusta le coussin sous sa tête et ferma à nouveau les yeux, sourire presque béat aux lèvres tandis qu'il se sentait à nouveau partir. Le lendemain, il le savait, il irait au boulot de très bonne humeur, si bien qu'il ne pourrait pas être désagréable avec quiconque mais il s'en foutait. Il avait l'impression de réaliser son plus grand fantasme en se laissant aller à déconnecter du monde plongé dans la pénombre. Dormir. Enfin. Pour de bon...


That old saying, how you always hurt the one you love, well, it works both ways. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Reese B. Maddox
Administratrice
Métier : Enquêtrice
Informations :

Jeune enquêtrice à la crime » Orpheline » Tempérament solitaire, souvent cynique, elle a un humour particulier et un certain franc parler » Particulièrement observatrice, elle est douée en déduction » Commence à nourrir des sentiments pour Ayden, même si elle refuse de l'admettre » Elle raffole du chocolat » A un chien, Malinois, du nom de Clint » Chante bien, grande fan de musique » A un sérieux penchant pour l'alcool et a tendance à facilement se noyer dedans » Agi comme une connasse lorsqu'elle a la gueule de bois » Annexes


Véhicule : Moto Yamaha MT-125
Inventaire : Beretta 92 à sa hanche, un tazer et un SIG P225 à la cheville. Boîte d'Ibuprofène 200mg (30 comprimés), Flacon de Vogalène 0,1% (150mL, avec seringue doseuse graduée en kg), Boîte de Tramadol 200mg (30 comprimés), Kit de soins spécial rhume (1 boîte de Paracétamol 1g, 1 boîte d'Ibuprofène 400mg, 1 boîte de Vitamine C 1g)

Mar 28 Nov - 9:09

« Laisse-moi de la place. » Grogna-t-elle en venant se poser contre lui, entraînant dans son sillage sa couette pour les recouvrir tous les deux.

Elle ne l’avait pas senti partir. En fait, Reese s’était endormie en quelques minutes, lovée dans ses draps, d’un sommeil incroyablement lourd. Elle n’avait pas cherché à lutter : les enchainements de garde, le temps passer en voiture, à aller d’une intervention à l’autre, et les disputes aussi, tout était venu à bout de son énergie. Elle avait besoin d’une vraie nuit, incroyablement longue, sans problème pour venir lui faire ouvrir l’œil. Ça ne fut pas le cas… Ou presque pas. Si elle ne s’éveilla pas, elle fut tout de même perturbée par la présence de Clint venant squatter le matelas. A bout de force, elle ne lutta pas pour le faire descendre, préférant se reculer contre Ayden.

Sa présence à ses côtés, son étreinte, n’en fut pas moins agréable. Elle se réchauffa, se rendormit aussitôt, ses doigts se mêlant aux siens, en se calant sur son souffle pour s’apaiser. Et il y eut un moment ou la brune se réveilla, au bord du côté d’Ayden, seule, avec un chien qui prenait absolument toute la place sur son matelas pourtant bien grand. Un soupir lui échappa, alors qu’elle se relevait péniblement sans avoir davantage de force pour entamer une séance de dressage avec son malinois. Tirant sur sa couverture, elle l’amena dans son sillage en gagnant son salon, là où son coéquipier avait élu domicile sur le canapé.

Elle cala sa tête sur son épaule, l’étreignant doucement alors qu’il passait ses bras autour de sa taille en grommelant un peu. Remontant sa couverture jusqu’à lui, elle mit à peine quelques secondes à se rendormir.

Jusqu’à ce que son réveil ne sonne. Une fois. Deux. Six fois. Dans la chambre, et qu’elle, elle ne tâtonne maladroitement sur la table basse en essayant de le trouver sans y parvenir. Elle ne sut dire depuis combien de temps le son strident retentissait dans la chambre d’à côté, au point où Clint lui-même s’était levé pour venir les ennuyer. Elle ouvrit un œil péniblement, scrutant son chien qui cherchait à lui lécher le visage pour la réveiller, avant d’aller tirer violemment sur la couverture et les laisser apprécier la morsure du froid.

« Merde… » Grogna-t-elle en se redressant, sans vergogne, prenant appui à moitié sur ce pauvre Ayden alors qu’elle cherchait du regard l’horloge de sa radio. Déjà l’heure et demi. Ils étaient en retard ! « MERDE. »

Ça faisait vraiment chier ! Reese avait l’impression d’avoir pris une sacrée douche froide alors qu’elle n’avait même pas mis les pieds dans sa salle de bain. C’était quand même un monde ! Et tout lui revenait à la figure d’un seul bloc, alors qu’elle n’était même pas encore réveillée. S’ils arrivaient en même temps, ça poserait question. Mais comme ils seraient tous les deux en retard de toutes évidences, c’était déjà peine perdue. Elle ne voyait pas comment s’organiser, comme faire les choses. Abandonnant Ayden à sa besogne, elle se rendit dans sa salle de bain pour commencer à se préparer, et en croisant son visage dans la glace, elle poussa un long soupir.

Elle avait, grosso-modo, dix minutes pour faire un miracle. La seule bonne chose de l’histoire, c’était qu’elle avait vraiment bien dormi. Tout ça pour se lever de très mauvaise humeur. Ce pauvre Ayden allait devoir encaisser sans broncher, parce que sinon, elle en ferait du petit bois.


Something
to believe in
I'll face the night and I'll pretend, I got something to believe in
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ayden W. Forestier
Administrateur
Métier : Inspecteur de police
Informations :

◘ A tendance à vouloir tuer Reese et à l'insulter en français quand elle lui tape sur les nerfs, même s'il l'aime et qu'il ne l'admet pas
◘ Est très proche de son frère Seth et de leur mère. A contrario, il refuse de parler à son père mais fait quand même l'effort d'échanger parfois avec Dylan, son demi-frère.
◘ Est très renfermé niveau sphère professionnelle
◘ Aime cuisiner, aime les sensations fortes
◘ Déteste les bruits répétitifs
◘ Prend des médocs pour calmer ses maux de tête et en abuse parfois
Véhicule : Ford Taurus 2014
Inventaire : Beretta 96 + matraque téléscopique

Mar 28 Nov - 14:34

Malgré les premières heures compliqués, l'homme avait pu se reposer autant que possible, laissant à son corps le loisir de se complaire dans ce lâché prise tant désiré. Quel bonheur de pouvoir se détendre... Il sentit, à un moment, un poids contre lui et un léger sourire en coin naquit, reconnaissant la femme qui venait de le rejoindre. Venait-elle de se faire virer par le chien, elle aussi ? Dans tous les cas, ils pouvaient dormir paisiblement.

Après de nombreuses heures, le réveil se fit brutal. Reese s'était levée en pestant alors que l'alarme de son horloge criait dans la chambre, comme tous les matins et que son téléphone à lui vibrait contre la table basse. L'appui qu'elle prit sur le torse du français le fit grimacer, le forçant à se réveiller. Merde, il était si bien dans les bras de Morphée ! Difficilement, il se mit en position assise alors que son amante courrait déjà dans tous les sens pour se préparer. Ayden bailla longuement alors qu'il venait flatter Clint d'une dose de caresses amicales. Quelle heure il était pour que le monde s'agite ainsi autour de lui. Récupérant son téléphone sur la table pour couper son alarme, il vérifia l'heure, ayant du mal à faire le lien entre l'affolement de sa partenaire puis il vérifia ses mails et messages. Il vit alors le nom de l'expéditeur. Le chef de brigade avait envoyé des mots plutôt exquis aux yeux du brun qui se redressa pour héler la demoiselle.

"Reese ?" fit-il d'une voix lasse. Pas de réponse mais plutôt une demi fureur mal contenue qui le fit sourire en coin. L'inspecteur laissa son regard océan détailler la silhouette qui continuait de s'exciter face à la précipitation, venant même à l'engueuler parce qu'il ne prenait pas la peine de s'habiller. Lentement, il s'étira et se leva pour venir se placer devant elle et l'enlacer pour l'empêcher de bouger. "Reese ?" demandait le brun, une nouvelle fois tandis que les pupilles sombres de la belle le foudroyaient furieusement. Lentement, le français arrangea une mèche fille qui finissait de barrer le front plissé de la jeune femme tout en gardant un sourire taquin. A pas lents, il attira avec lui Reese il l'a força à faire faire au canapé. "On peut dormir. Le chef nous a envoyé un mail et un message pour dire qu'on était de repos. Respire. Déshabille toi et viens te reposer." déclara-t-il enfin en se laissant tomber contre l'assise, se rallongeant alors puis tapotant la place à ses côtés. "Viens." laissait-il échapper sans lui laisser le choix.

Tranquillement il regarda la femme qui ne bougeait pas d'un pouce, sans doute qu'elle ne semblait pas le croire. Il se passa la main dans les cheveux et soupira en se redressant et vint prendre son portable, le déverrouillant puis sélectionna le SMS pour le présenter le contenu.

"Vous êtes de repos, j'ai trouvé une équipe pour vous remplacer aujourd'hui. Reposez vous, ça vous évitera de vous endormir en service sur l'éponge qui sera de canapé.
Bonne journée.
"

Ayden laissa à Reese le temps d'assimiler l'information tandis qu'il repassait sous la couverture, passant les bras sous sa tête en attendant qu'elle se décide à bien vouloir passe la majeure partie de cette journée à roupiller.


That old saying, how you always hurt the one you love, well, it works both ways. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Reese B. Maddox
Administratrice
Métier : Enquêtrice
Informations :

Jeune enquêtrice à la crime » Orpheline » Tempérament solitaire, souvent cynique, elle a un humour particulier et un certain franc parler » Particulièrement observatrice, elle est douée en déduction » Commence à nourrir des sentiments pour Ayden, même si elle refuse de l'admettre » Elle raffole du chocolat » A un chien, Malinois, du nom de Clint » Chante bien, grande fan de musique » A un sérieux penchant pour l'alcool et a tendance à facilement se noyer dedans » Agi comme une connasse lorsqu'elle a la gueule de bois » Annexes


Véhicule : Moto Yamaha MT-125
Inventaire : Beretta 92 à sa hanche, un tazer et un SIG P225 à la cheville. Boîte d'Ibuprofène 200mg (30 comprimés), Flacon de Vogalène 0,1% (150mL, avec seringue doseuse graduée en kg), Boîte de Tramadol 200mg (30 comprimés), Kit de soins spécial rhume (1 boîte de Paracétamol 1g, 1 boîte d'Ibuprofène 400mg, 1 boîte de Vitamine C 1g)

Mar 28 Nov - 20:27

Reese poussa un long soupir, fixant Ayden l’air de ne pas y croire, un regard plein de lassitude. Tout ça pour ça ? ça l’agaçait plus qu’autre chose. Il n’y avait pas eu l’étreinte de l’homme pour la calmer qu’elle aurait probablement ragé au point d’aller justement au travail et y faire un scandale. Mais elle n’était pas en position de force. Pas avec son coéquipier la tirant à lui pour l’enlacer doucement, alors qu’elle lui rendait son téléphone en abdiquant. Ça ne menait à rien, et finalement, elle était bien contente de pouvoir rester chez elle. Ses yeux sombres se posèrent sur son amant, esquissant un bref sourire avant de soupirer.

« Ok, t’as gagné. » Murmura-t-elle en basculant avec lui sur l’assise du canapé.

Elle se rattrapa doucement sur le coussin, venant l’embrasser doucement. Il n’y avait qu’un point qui serait à discuter avec lui : Se déshabiller ? Oui, mais pas sans son aide.

_______________________

« Qu’est-ce que tu fais ? » L’interrogea-t-elle en retirant son écharpe après avoir relâché Clint de son harnais.

Ses yeux le fixèrent, alors qu’elle se défaisait de son manteau pour le poser sur le dossier d’une de ses chaises. S’approchant doucement de l’homme, elle se glissa près de lui, sur le plan de travail de sa cuisine en se mordillant la lèvre. Sourire amusé sur les lèvres, elle déposa à côté d’elle les deux grands sacs qu’elle portait, sans y faire allusion sur le moment.

« Tu sais… » Commença-t-elle d’une petite voix en minaudant : « Cette cuisine est un espace sacré que personne n’a le droit d’approcher. » Elle eut un rire : « En vrai, je l’utilise jamais et y’a rien à préparer… »

L’alimentation de Reese n’était pas ce qu’on pouvait appeler « variée ». C’était même tout le contraire, dans le genre ! Le soir, elle se nourrissait presque exclusivement de bières bon marchés, qu’elle n’aimait pas vraiment. Elle n’avalait que des plats gras, sans saveurs, fades. Est-ce qu’elle le vivait mal ? En fait, Reese s’en moquait. Elle n’avait jamais vraiment goûté de la grande cuisine, et n’entendait pas pouvoir vivre bien. Il n’y avait que chez Peter, certains dimanches où son ex-femme l’invitait, qu’elle avait pu apprécier l’ambiance d’un repas en famille, bien préparé. Est-ce que ça lui manquait ? Parfois, un petit peu.

Mais le fait même d’avoir une famille était un concept compliqué pour elle. Elle ne savait jamais si c’était l’atmosphère qui lui plaisait, ou la préparation, dans ces moments-là. Probablement un petit peu des deux. Elle tourna les yeux vers les deux sacs, sachant pertinemment que l’estomac devait crier famine après l’exercice qu’ils avaient fait ce matin, et le fait qu’ils n’avaient rien avalé depuis la veille.

« J’ai ramené chinois. » Souffla-t-elle simplement.

Comme quoi, elle pensait un peu à lui, parfois.


Something
to believe in
I'll face the night and I'll pretend, I got something to believe in
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
Those lonely days will be long time forgotten
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Brazava ♦ Long time no see...
» long time no see. ➢ CRASHWOOD. {pv. crash}
» It's Been A Long Time [with Faith] (RP MIS EN PAUSE)
» MEGHAN ♔ Forever is an awfully long time
» Long time ago (Aloysia&Sebastian)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Apocalypse :: North End :: Cambridge Street-
Sauter vers: