Partagez | 
 

 It's the baby-sitter | Susana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
Game Master
Métier : Emmerdeur.
Informations : Life is always a test.


Véhicule : Un Tank.
Inventaire : Un GROS Tank.

Mer 10 Jan - 13:20


It's the baby-sitter


Vous parvenez sur les devants de l’embouteillage après quasiment dix minutes de marche. La voie ne se dégage pas pour autant, et vous constatez que pas mal vous accompagnent pour essayer de comprendre. Il n’y a d’ailleurs rien, ni personne, pour ramener au calme et le climat ambiant se tend progressivement alors que vous progressez. Et le spectacle qui s’étale sous vos yeux est pour le moins… Déconcertant.

Un 33 tonne est au milieu de la voie, bloquant toutes les routes. Pas couché, mais il barre l’accès et à enfoncer les glissières après un violent coup de volant. Le plus déroutant n’est pas spécialement l’incident en lui-même, mais le corps coincé entre le phare du camion et la barrière de sécurité. Corps qui gigote toujours malgré la moitié de son buste clairement enfoncé par le choc. Avant ça, un autre cadavre, cette fois-ci complètement déchiqueté, broyés par les roues du véhicule, s’étale sur le bitume.

Devant le spectacle, quelques-uns réagissent : l’idée des protagonistes est de libérer l’individu « vivant » maintenu par le camion. Ils cherchent comment faire pour limiter les dégâts et sont sur le point de rallumer le camion pour le faire reculer de quelques centimètres pour dégager le corps. Vous parvenez à comprendre que les pompiers et les policiers sont en route, mais peinent à accéder à la zone. A l'évidence, ça pourrait prendre des heures.

A vous de déterminer la marche à suivre : les aider, les retenir ou dégager les curieux. Dans tous les cas, la situation est clairement tendue, et vous risquez de rencontrer de la résistance.


Near to the end


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kenneth Weavers
Métier : Soldat chez les SEALs
Informations :
» est divorcé avec un fils » déteste son ex-femme » aime son pays et son métier » s'est mis à fumer depuis le divorce » déprime beaucoup, parle peu, sourit et rit très peu » devient agressif quand il boit » passe beaucoup de temps à travailler » n'hésitera pas à risquer sa peau » prendrait bien un chien » veut à tout prix s'occuper de son fils » a déjà été confronté à des infectés agressifs »
Véhicule : Moto Triumph Thunderbird
Inventaire : Fusil M4, SW1911 .9mm & couteau militaire

Mer 10 Jan - 15:15

it's the baby-sitter
" Pas la moindre idée non, " se contenta-t-il re répondre lorsque la docteur lui demanda son avis sur la situation. Elle non plus ne devait pas avoir d'idées de ce qui se passait, sinon elle n'aurait pas demandé son avis à Kenneth. Il semblait donc évident que ni l'un ni l'autre ne comprenait quoi que ce soit, même si un embouteillage n'était pas la fin du monde, il commençait à être long. Et comme l'avait signalé Susana, il était désormais impossible de faire demi-tour avec la voiture pour trouver une autre voie et continuer leur chemin. Des voitures continuaient d'affluer sur cette voix qui était l'une des principales pour aller au centre hospitalier où ils se rendaient initialement. Un vrai bordel qui énervait beaucoup Kenny. Il n'avait jamais aimé les embouteillages, même quand cela ne signifiait pas forcément un piège mortel tendu à des soldats en patrouille...Combien de personnes avait-il vues mourir ainsi, à cause d'un putain d'embouteillage qui débouchait sur une attaque à bombe...? Beaucoup trop.

Bon ce genre de situations ne risquait pas de se reproduire ici, il fallait qu'il se calme et qu'il déstresse. Facile à penser, moins à faire. Il se savait suivit par la femme et entendait tous les grognements et les plaintes des automobilistes coincés et des passants qui étaient sortis de leur voiture. " Je crains qu'on arrive en retard à votre travail, doc'. Mais on doit pouvoir y aller à pied en laissant la voiture là, si il ne s'est rien passé de trop grave devant nous. " Ils ne devaient plus être très loin de toute façon, peut-être quelques centaines de mètres, et encore, ça ne devait pas faire un kilomètre. Un peu de marche ferait le plus grand bien à Kenny, même si d'aucun aurait trouvé l'air un peu frais pour ça. Il continua donc d'avancer entre les voitures, jusqu'à arriver enfin au nœud du problème.

Un semi-remorque bloquait complètement la chaussée, après avoir eu ce qui ressemblait fort à un accident. Le camion était rentré dans les barrières de sécurité et avait écrasé deux passants au passage : un se trouvait en bouillie sous les roues et l'autre pris au piège entre le camion et la rambarde. Mais le plus inquiétant était que ce mec, pris au piège du camion, bougeait. Il était vivant...? Kenneth n'arrivait pas à le croire, on ne pouvait pas survivre à ce genre d'accidents...mais si il n'y avait eu que ça. Les gens commençaient à s'exciter, ils voulaient que la route soit dégagée au plus vite pour partir, aller au travail ou vaquer à leurs occupations de la journée. Le climat en ville était réellement de plus en plus tendu, cet accident ne semblait que mettre en exergue les problèmes qui imprégnaient toute la ville à cause de cette épidémie et des diverses restrictions que subissait la population...

" Qu'est-ce que c'est que tout ça...? Regardez ce type, il ne peut pas être vivant, ce n'est pas possible... " Kenneth marmonnait pour lui-même, la situation lui échappait totalement, il n'avait pas été confronté à une vraie situation à problèmes depuis quelques semaines et n'avait aucun supérieur là présentement pour en référer et prendre des ordres sur la marche à suivre. Il se tourna instinctivement vers Susana, non pas pour y chercher des ordres mais une alliée dans le problème qu'ils allaient devoir affronter. " Docteur...Je vais tâcher d'éloigner un peu tous les curieux, voyez ce qui se passe avec le blessé...Si c'est vraiment une bonne idée de le dégager ou pas, ça pourrait l'achever au lieu de le sauver. " Kenneth ne pensait plus vraiment à l'épidémie en ce moment précis, juste à ce qui se passait devant lui. Il grimpa sur le capot de la voiture la plus proche pour s'adresser aux automobilistes et aux curieux qui approchaient. Il parla fort et distinctement pour intimer aux passants l'ordre de retourner chez eux et aux automobilistes de rentrer dans leurs voitures, qu'il faisait partie de l'armée et que des secours allaient bientôt arriver pour dégager la route mais qu'il fallait encore que tout le monde fasse preuve de patience.
☾ anesidora




Hush, little baby, don't say a word.
Papa's going to hit this cunt.
If this zombie's still not dead,
Papa's going to shot his head.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Susana L. Sanchez
Administratrice
Métier : Epidémiologiste
Informations :

A grandi à Boston » Partie s'installer à Atlanta pour ses études » Parle couramment Espagnol » Originaire de Cuba » Divorcée, a une fille de cinq ans, Luz » S'occupe seule de Luz » Son travail lui prend beaucoup de temps » Fait tout pour mener sa vie professionnelle et sa vie privée de front » Ne dort pas beaucoup » Tient très bien l'alcool » Déteste la cigarette » Tombe rarement malade » Eloignée de sa famille depuis quelques semaines à cause d'un déchaînement médiatique qui la met en danger » Désespère de trouver un remède au virus » Annexes
Véhicule : 4x4 Jeep

Dim 14 Jan - 13:07

« Santa madre… » Souffla-t-elle devant le paysage pour le moins désolé.

Ça n’était pas tant le camion en plein milieu de la route qui attira son attention dans un premier temps. Plutôt la large voie de tripes broyées à même le bitume qui lui fit faire un haut les cœurs formidables. Puis plus tard, le grognement sinistre émanant de la tête du camion, avec l’individu coincé entre le moteur et la barre de sécurité. Susana se figea de stupeur devant ce spectacle, tournant instinctivement ses yeux sombres vers l’homme à ses côtés. Lui aussi semblait perdu, pour le moins choqué, et si elle ne comprit rien de ce qu’il chuchota pour lui-même, elle savait de quoi il en retournait.

En croisant son regard et ça demande, elle hocha la tête. L’envie n’y était cependant pas. Susana se fraya un chemin dans la petite foule amassée, et alors que Kenny commençait à faire reculer les gens pour lui laisser de l’espace, elle joua des coudes pour progresser jusqu’à la victime de cet incident :

« Ecartez-vous, je suis docteur ! » Exigea-t-elle d’une voix forte.
« Faut le sortir de là, il va pas tenir le choc sinon ! » Intervint un homme, proche du blessé.

Susana progressa, et se planta à quelques pas. Ses yeux se plantèrent dans le regard vitreux de l’individu, alors qu’elle fit un geste de la main pour pousser les autres à ne pas s’approcher davantage de lui. Mais comment dire ? Comment expliquer aux volontaires pour aider que c’était la pire idée du monde ? Elle s’approcha davantage, pour n’être qu’à quelques pas de la créature qui tendait son bras meurtri vers elle pour essayer de l’attraper. Ses doigts fracturés se mouvaient toujours difficilement :

« Laissez-moi faire, d’accord ? Je vais voir si c’est une bonne idée… Vous risquez d’aggraver la situation si vous le bougez, il… » Elle prit une profonde inspiration, l’estomac retourné par le dégoût. Elle en avait vu des choses dans sa vie. Mais alors que ses talons ripèrent dans de la chaire broyée, elle n’était pas persuadée d’avoir envie d’être ici : « Je ne devrais même pas avoir besoin de le dire, vous voyez très bien ce qu’il se passe ! » S’énerva-t-elle.

De son sac, elle tira une trousse de soin, prit même sa lampe pour essayer de comprendre tout ce qu’il se passait. Le véhicule avait fait éclater la cage thoracique de la victime, et la créature était coincée par la hanche. Le souci était dans le fait qu’il ne devrait même pas être en vie. Et en voyant l’incapacité de l’individu à articuler quoi que ce soit, ou tout simplement le vide profond dans ses yeux, Susana comprit :

« Mierda… » Souffla-t-elle. « Ne l’approchez pas, je reviens tout de suite ! »

Ses investigations s’arrêtaient là, il s’agissait d’un mort. Il n’y avait pas de sursis, de blessures : cette personne était décédée depuis un petit moment déjà, et ne pouvait se mouvoir qu’à cause du virus qui l’obligeait à le faire pour chercher sa nourriture. Tournant le dos à l’individu, elle se pressa de retourner vers Kenny, posant une main sur son épaule pour attirer son attention :

« Kenneth, c’est un infecté, il est déjà mort. » Lui chuchota-t-elle hativement. « S’il se libère, les autres ne vont pas savoir comment le gérer et-… »
« PUTAIN ! Non mais il est malade ! » Susana se retourna tout d’un coup. Ses yeux se posèrent sur l’homme avec qui elle avait discuté, qui tentait de déloger l’infecté de son piège d’acier. Il se tenait maladroitement la main pour éponger le sang qui en coulait : « Cet abruti m’a mordu ! » Grogna-t-il de frustration.


Guilt makes people do stupid shit. See, I hate that. I want everything to be my fault. Good or bad. Means I have some control. Obviously. But it keeps me dreaming I can change things for people. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kenneth Weavers
Métier : Soldat chez les SEALs
Informations :
» est divorcé avec un fils » déteste son ex-femme » aime son pays et son métier » s'est mis à fumer depuis le divorce » déprime beaucoup, parle peu, sourit et rit très peu » devient agressif quand il boit » passe beaucoup de temps à travailler » n'hésitera pas à risquer sa peau » prendrait bien un chien » veut à tout prix s'occuper de son fils » a déjà été confronté à des infectés agressifs »
Véhicule : Moto Triumph Thunderbird
Inventaire : Fusil M4, SW1911 .9mm & couteau militaire

Dim 14 Jan - 14:33

it's the baby-sitter
Le soldat tâcha de canaliser la foule de curieux et d'automobilistes qui voulaient décidément voir l'accident, comme si leur curiosité morbide était plus forte que la prudence la plus élémentaire et la raison à la plus censée...Il essayait donc de les faire rentrer chez eux, ou au moins dans leurs voitures, mais la foule ne semblait pas vraiment d'accord. Passablement énervé par la situation, il essayait de garder son calme extérieurement, pour ne pas se mettre à hurler sur la foule ou à tirer en l'air pour attirer l'attention des gens et les faire fuir. Mais il allait finir par sortir son arme et le faire, tellement les gens étaient idiots dès qu'ils se retrouvaient à plusieurs. Il en perdit même de vue la médecin sur laquelle il devait veiller, ce qui n'était vraiment pas professionnel de sa part...

" Rentrez tous chez vous ou dans vos voitures ! Les autorités sont en route pour régler la situation ! " Kenneth aurait aimé avoir un talkie-walkie sur lui pour communiquer avec des flics ou n'importe quelle autre autorité de la sorte, ce n'était pas le cas. Il en prendrait un, à partir de maintenant, chaque fois qu'il devait se déplacer seul pour des missions de ce genre. Les gens ne semblaient toujours pas vraiment comprendre la situation, tant pis pour eux. Kenneth descendit de la voiture et rejoignit le lieu même de l'accident, que la foule évitait quand même d'approcher de trop près, à cause des boyaux répandus partout, de l'odeur effroyable qu'ils dégageaient et des bruits du blessé. C'était assez choquant, pour le commun des gens, on pouvait comprendre que ceux qui avaient vu la situation n'avaient pas vraiment envie d'approcher plus.

Alors qu'il s'était frayé un chemin au milieu des gens, le soldat sentit une main sur son épaule. Se retournant, il posa les yeux sur Sanchez et se pencha vers elle pour l'entendre murmurer. Si il ne donna pas de signe extérieurs de son trouble, il l'était pourtant. Il connaissait les rumeurs, les on-dit, sur l'infection mais il savait aussi les faits, les choses terrifiantes que cette épidémie semblait capable de faire aux infectés...Ce que la médecin était en train de lui était terrifiante, pas seulement par rapport à ce que faisait l'épidémie, mais aussi et surtout à cause du fait qu'il y avait beaucoup de personnes présentes, que d'autres avaient pu être contaminées par le virus simplement en se trouvant là et que si la foule comprenait ce qui se passait...Ce serait le chaos purement et simplement. Elle avait raison, il ne devait absolument pas être libéré...

Avant même qu'elle ait pu finir, le cri d'un homme retentit et il insulta le blessé. Kenneth regarda l'homme en question, beugler comme un veau que le type l'avait mordu. Mordu bordel de merde. Le soldat se précipita vers le camion et le malade, écartant les derniers bons Samaritains qui avaient cru bien faire en tentant de trouver une solution pour le garder en vie. Il fit signe au médecin d'approcher et lui souffla à mi-voix : " Si vous avez un téléphone, appelez vos petits copains du MIT d'urgence pour qu'ils viennent récupérer ça. " Il parlait bien évidemment de l'homme écrasé par le camion et fit d'ailleurs un signe de tête pour le désigner. " A deux, on ne va pas pouvoir faire grand chose si une panique générale se déclare, il faut calmer l'autre idiot qui s'est fait mordre... " Kenneth n'avait jamais été confronté à des problèmes de la sorte, le maintien de l'ordre et la pacification des foules n'étaient pas vraiment dans ses attributions. Oh ça ne voulait pas dire qu'il ne pourrait pas le faire, mais il aurait aimé ne pas avoir à s'en charger, il risquait fort d'être peu subtil...
☾ anesidora




Hush, little baby, don't say a word.
Papa's going to hit this cunt.
If this zombie's still not dead,
Papa's going to shot his head.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Susana L. Sanchez
Administratrice
Métier : Epidémiologiste
Informations :

A grandi à Boston » Partie s'installer à Atlanta pour ses études » Parle couramment Espagnol » Originaire de Cuba » Divorcée, a une fille de cinq ans, Luz » S'occupe seule de Luz » Son travail lui prend beaucoup de temps » Fait tout pour mener sa vie professionnelle et sa vie privée de front » Ne dort pas beaucoup » Tient très bien l'alcool » Déteste la cigarette » Tombe rarement malade » Eloignée de sa famille depuis quelques semaines à cause d'un déchaînement médiatique qui la met en danger » Désespère de trouver un remède au virus » Annexes
Véhicule : 4x4 Jeep

Dim 14 Jan - 15:11

Appeler les petits copains du MIT, comme disait Kenny, c’était probablement la première étape la plus logique à effectuer. Maladroitement, elle fouilla dans son sac justement pour en tirer son téléphone, et appeler les locaux gardés par l’armé, où elle devrait être depuis quelques minutes déjà à travailler. Le ventre tordu par l’angoisse, elle avisa son coéquipier d’infortune de la tonalité qui sonna à l’autre bout :

« Docteur Sanchez à l’appareil… » Répondit-elle finalement lorsqu’on décrocha. Et elle expliqua la situation, en prenant soin de regarder qu’au tour, personne n’écoutait. Elle ne voulait pas créer de panique, et comme l’avait très justement dit le SEAL près d’elle, il fallait faire en sorte de garder son calme et de maintenir celui, précaire, de la situation. Elle raccrocha au bout de quelques minutes, nerveusement, en fourrant son téléphone dans son sac : « Ils arrivent, mais avec les embouteillages et tout ça, ça prendra du temps. » Lui souffla-t-elle.

Quant à l’homme qu’il fallait calmer et isoler parce qu’il avait été mordu, elle avait déjà sa petite idée. Secondée par Kenneth, elle s’approcha de lui et l’invita à se mettre un petit peu à l’écart :

« Si on vous demande, dites qu’il est sous l’emprise de substance. De la cocaïne ou de l’ether, et qu’il ne faut pas l’approcher. » Murmura-t-elle à son voisin avant de se tourner vers le blessé : « On va vous faire des points. » Promit-elle.

Ils se placèrent à peine plus loin, sur l’autre glissière de sécurité alors qu’au loin, les alarmes de pompier et de policier retentissaient. Elles n’étaient clairement pas proche, et Susana n’était pas persuadée de les entendre que depuis peu de temps. C’était juste que maintenant, elle les remarquait finalement. Lèvres pincées, elle nettoya la plaie à la main, ou la marque de morsure était des plus visibles. Son cœur se serra, elle savait ce que ça voulait dire, mais n’osa l’évoquer directement. Une désinfection ne suffirait jamais à le sauver, elle tenta tout de même avec les moyens du bord :

« Les pompiers ne sont pas loin… On vous escortera à l’hôpital pour vous faire des rappels de vaccins… » Mentit-elle avec toute l’assurance du monde. Ça n’était pas les pompiers qui l’y amèneraient, mais les forces de l’ordre et des scientifiques du MIT.
« Je peux rentrer chez moi, c’est qu’une blessure ! » Assura l’homme en tentant déjà de se relever. Elle l’en empêcha.
« Il vaut mieux éviter monsieur, question de sécurité. Vous pourriez contracter une infection. Comme pour les morsures d’animaux, il faut faire des analyses… »

Son patient pesta, et elle se redressa ensuite pour retrouver les côtés de Kenny. Les deux ne s’éloignaient jamais vraiment, et s’ils avaient partiellement réussi à garder un périmètre de quelques mètres autour de la victime – l’agressivité de cette dernière aidait vraisemblablement à repousser les plus curieux – elle n’était pas persuadée que ça tiendrait éternellement.

« Qu’est-ce qu’on fait pour lui ? » Demanda-t-elle à Kenneth en croisant les bras sur sa poitrine.

L’attraction qu’il était causerait forcément du souci : ils ne pouvaient pas l’abattre, le maintenir, ni le garder coincé ici éternellement. Si les secours ne se pressaient pas, ou ne trouvaient pas un moyen d’arriver plus vite, ils finiraient par avoir des problèmes, et elle le savait.


Guilt makes people do stupid shit. See, I hate that. I want everything to be my fault. Good or bad. Means I have some control. Obviously. But it keeps me dreaming I can change things for people. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kenneth Weavers
Métier : Soldat chez les SEALs
Informations :
» est divorcé avec un fils » déteste son ex-femme » aime son pays et son métier » s'est mis à fumer depuis le divorce » déprime beaucoup, parle peu, sourit et rit très peu » devient agressif quand il boit » passe beaucoup de temps à travailler » n'hésitera pas à risquer sa peau » prendrait bien un chien » veut à tout prix s'occuper de son fils » a déjà été confronté à des infectés agressifs »
Véhicule : Moto Triumph Thunderbird
Inventaire : Fusil M4, SW1911 .9mm & couteau militaire

Lun 15 Jan - 11:44

it's the baby-sitter
Les sirènes de police et de pompiers étaient lointaines mais ne semblaient pas se rapprocher. Les bouchons empêchaient vraiment tout le monde d'approcher, les secours allaient mettre un temps fou à arriver. Comme les collègues du docteur Sanchez, il allait falloir se montrer patient avant qu'ils n'arrivent pour prendre en charge l'infecté. Kenneth jura dans sa barbe à l'annonce de la femme. Entre l'homme infecté et celui qui avait été mordu, le soldat sentait que ce serait vraiment la merde si l'un des deux foutaient le camp. Bon l'avantage, c'était que l'infecté, lui, aurait du mal à partir sur ses jambes, elles n'étaient pas vraiment en état de l'emmener quelque part. Mais l'autre...Il fallait le calmer et le garder là, l'empêcher de rentrer chez lui et de contaminer d'autres personnes...Il acquiesça à la justification du comportement étrange de l'infecté, dire qu'il était drogué semblait de loin le plus simple.

Le soldat retourna voir l'avant du camion, et l'homme coincé contre la barrière de sécurité. Maintenant qu'il le voyait de près, il n'avait vraiment pas l'air en forme, c'était clair. Et il était agressif, il suffisait à Kenneth d'être à deux pas pour qu'il tente quand même de l'attraper. C'était le première fois qu'il pouvait observer un infecté, du moins comme ça. Il n'y avait plus rien à faire pour lui, déjà qu'un être humain puisse être conscient avec des dégâts pareils, c'était époustouflant mais qu'il reste en vie tous ce temps...Non, ce n'était vraiment pas possible, il ne fallait pas être un génie pour comprendre que quelque chose n'allait pas du tout avec ce mec. D'autres curieux semblaient vouloir s'approcher, certains prirent même des photos avec leur téléphone ou filmaient la scène...Les gens étaient vraiment des crétins...

Kenneth eut soudainement une idée, pour tâcher d'éloigner un peu les curieux. Il fit mine d'inspecter le camion, le moteur et les réservoirs de carburant. Il prit un air inquiet avant de se retourner vers les gens. " Il y a une fuite de carburant, le camion pourrait exploser. Rentrez tous chez vous, la situation est dangereuse ! " s'écria-t-il. Voilà enfin quelque chose qui fonctionna, une grande partie des gens se tira aussi vite que possible, personne n'avait envie d'être là pour voir un semi-remorque exploser. Au moins, ils seraient un peu plus tranquilles pendant quelques temps...Kenny espérait qu'ils le seraient le temps que des secours arrivent. Il marmonna à l'intention de la médecin : " Ce n'est pas le cas, mais ça les tiendra à distance...J'espère en tout cas. "

Il fallait maintenant décider de quoi faire avec ce type...Il était agressif et le soldat craignait qu'il arrive à se dégager à force de bouger. Mais le liquider là comme ça, même si les témoins étaient moins nombreux avec la prétendue fuite, ça ferait très mauvais effet. " Je suppose qu'on ne peut pas simplement le calmer comme l'autre...Ni le tuer...On peut-être tâcher de l'attacher, éviter qu'il se décoince de là. C'est la première fois que je vois ça, je ne sais pas vraiment quoi faire. "
☾ anesidora




Hush, little baby, don't say a word.
Papa's going to hit this cunt.
If this zombie's still not dead,
Papa's going to shot his head.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Susana L. Sanchez
Administratrice
Métier : Epidémiologiste
Informations :

A grandi à Boston » Partie s'installer à Atlanta pour ses études » Parle couramment Espagnol » Originaire de Cuba » Divorcée, a une fille de cinq ans, Luz » S'occupe seule de Luz » Son travail lui prend beaucoup de temps » Fait tout pour mener sa vie professionnelle et sa vie privée de front » Ne dort pas beaucoup » Tient très bien l'alcool » Déteste la cigarette » Tombe rarement malade » Eloignée de sa famille depuis quelques semaines à cause d'un déchaînement médiatique qui la met en danger » Désespère de trouver un remède au virus » Annexes
Véhicule : 4x4 Jeep

Lun 15 Jan - 13:00

« C’était malin. » Admit-elle en levant le regard vers Kenny, un sourire encourageant. Vu le mouvement de foule que ça avait créé pour ramener un semblant de calme dans la zone, ça avait marché. « Au moins, ça les a éloignés… Il ne reste que les plus téméraires. » Et leur patient, à qui elle adressa un signe de la main pour s’assurer qu’il était toujours en place…

Tous deux avaient que trop conscience qu’ils ne pouvaient perdre de vue ni l’infecté coincé par son camion, ni le blessé qu’il avait mordu. Question de principe, de sécurité même. Susana avait cependant l’impression de trahir tous ses principes, et elle n’était pas persuadée que Kenny se sentait mieux qu’elle. Etait-ce plus facile de mentir lorsqu’on était soldat ? Elle doutait. Mais ses yeux sombres ne trahirent pas le fond de sa pensée, ni même les doutes qui lui coupaient par instant le souffle.

« Je n’ai rien qui pourra avoir un effet sur lui. » Reprit-elle. « Les infectés ne ressentent pas les calmants, ou l’adrénaline, ou ce genre de choses, ils… Je n’ai rien pour l’endormir. Et… Il n’a plus rien dans le thorax pour le faire tenir, tout est brisé et il parviendra à se défaire de là malgré la compression. » Transmit-elle le plus sereinement possible en s’armant de toute sa logique : « Il a les deux jambes cassées aussi et plusieurs fractures ouvertes. » Il n’avait fallu que quelques observations pour en avoir la certitude. « Mais quand il se libèrera, ça ne lui fera rien. »

C’était prodigieux, pour le moins étonnant. Il y avait quelque chose de fou dans cette histoire, mais qui remuait les tripes également. Les grognements en arrière plan lui arrachèrent une grimace alors qu’elle se retournait finalement vers lui, pour le regarder sans pouvoir cacher son souci :

« Je ne sais pas ce qu’il vaut mieux expliquer aux autres : pourquoi est-ce qu’on abat un homme sans cérémonie ou pourquoi cet homme est capable de l’impensable dans son état ? » Soupira-t-elle. Pourquoi est-ce que ses collègues mettaient autant de temps à intervenir : « Avec les vidéos qui vont finir sur internet d’ici quelques heures et faire le tour du web, je n’imagine même pas ce qu’on va bien pouvoir dire. » Voilà qui n’aidait pas sa cause… « Dans tous les cas, il ne faut pas que celui qu’il a mordu s’en aille. »

Et tout en disant ça, la brune se retourna pour le ravoir dans son champ de vision. Celui-ci avait bougé de place et se rapprochait d’elle. Susana fronça les sourcils de surprise, avant de se redresser sensiblement pour comprendre ce qu’il voulait :

« Ecoutez, ça commence à faire long, je pourrais aller chez le médecin non ? » Tenta-t-il, un peu tremblant, probablement à cause du choc de sa blessure.
« Les secours ne sont plus très loin, vous les entendez ? » Rétorqua-t-elle aimablement en posant un doigt sur son oreille. « Je viendrais avec vous pour que vos examens soient faits rapidement, d’accord ? »
« Vous êtes gentille… » Soupira l’homme avant de regarder par-dessus son épaule. Elle put admirer le changement dans son attitude, un masque de dégoût recouvrant son teint pâle : « Oh bordel, c’est sordide mais qu’est-ce qu’il fait ! » S’emporta-t-il.

Le temps de se retourner à nouveau, et devoir la créature tenter de se décaler de sa prison d’acier. Un craquement sinistre lui indiqua qu’il se moquait bien d’y laisser plus que des organes sur le bitume, d’autant plus quand quelques côtes supplémentaires éclatèrent dans son mouvement pour se libérer.

« Oh mierda… » Souffla-t-elle en se reculant instinctivement d’un pas pour se mettre derrière Kenny.


Guilt makes people do stupid shit. See, I hate that. I want everything to be my fault. Good or bad. Means I have some control. Obviously. But it keeps me dreaming I can change things for people. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kenneth Weavers
Métier : Soldat chez les SEALs
Informations :
» est divorcé avec un fils » déteste son ex-femme » aime son pays et son métier » s'est mis à fumer depuis le divorce » déprime beaucoup, parle peu, sourit et rit très peu » devient agressif quand il boit » passe beaucoup de temps à travailler » n'hésitera pas à risquer sa peau » prendrait bien un chien » veut à tout prix s'occuper de son fils » a déjà été confronté à des infectés agressifs »
Véhicule : Moto Triumph Thunderbird
Inventaire : Fusil M4, SW1911 .9mm & couteau militaire

Lun 15 Jan - 15:47

it's the baby-sitter
Maintenant que la majorité des curieux avait fichu le camp pour ne pas risquer de finir étalé sur le bitume à cause d'une potentielle explosion de carburant, il ne restait plus que l'infecté et le blessé. Les vidéos de l'accident n'allaient pas tarder à envahir le net et les quelques crétins encore présents ne manqueraient pas de mettre sur YouTube d'autres vidéos si le soldat s'avisait de tirer sur un blessé de la sorte pour l'abattre froidement. Il le ferait sans une once de regret et sans trembler si il n'y avait pas autant de gens et que la docteur n'avait été présente. Mais il ne pouvait pas faire cela, il avait assez de problème dans la vie sans passer en plus pour un tueur sociopathe sur internet.

" Dites...Vous croyez que celui qu'il a mordu...Est-ce qu'il pourrait devenir comme ça ? " chuchota Kenneth à l'intention de la médecin. Il trouvait déjà assez difficile le fait de voir ce mort bouger et grogne en permanence alors si il devait y en avoir un second qui ne serait pas coincé par un camion...Rien que l'idée lui glaçait le sang. De plus, même si il avait pensé à tuer cette chose, il se demandait encore comment tuer une chose qui avait "survécu" à un accident avec un semi-remorque. Il doutait que ce soit seulement possible et se demandait sérieusement ce qu'il devrait faire si jamais il se dégageait ou si l'autre devenait comme lui. Mais avant que Susana ne puisse lui répondre, le blessé arriva, demandant à partir. Heureusement, la médecin s'en occupa, le rassurant gentiment, chose dont Kenny était totalement incapable.

Le soldat ne regardait pas le blessé, il essayait de voir au loin si il apercevait l'origine des sirènes de police, sans rien discerner, malheureusement. Il entendit l'exclamation et se retourna rapidement pour assister au spectacle qui dut dégouter n'importe quelle personne regarder dans la direction de l'infecté. Kenneth eut, lui aussi, une moue passablement dégoutée par tout ça : l'infecté tentait littéralement de s'arracher du camion, quitte à y laisser la moitié inférieure de son corps. Le bruit qu'il émettait était absolument atroce, d'autres exclamations de dégout et des cris retentirent chez les quelques passants qui demeuraient là, rendant le spectacle encore plus glauque.

Kenny sortir son arme d'un geste et le tint des deux mains devant lui, les bras tendus. Susana était venue se réfugier derrière lui, protection précaire mais qui était la seule qu'elle avait. Il pointait l'arme dans la direction de l'infecté qui semblait proche de se "détacher" du reste de son corps. Le calme et le sang-froid, voilà ce qui caractérisait un bon soldat une fois sur le terrain, au milieu des tirs ennemis et des potentiels dangers. C'était le même principe ici, exactement le même principe. Et même si la raison et la logique du soldat étaient mises à rude épreuve, il conservait son sang-froid et son calme, il le fallait.

Le craquement sinistre des côtes se broyant quand l'infecté se libéra définitivement était plus que sinistre. Le corps tomba au sol dans un bruit presque pire et Kenny tendit un bras derrière lui pour intimer au médecin et au blessé de rester dans son dos. Tant pis pour les caméras, les téléphones ou quoi que ce soit d'autre qui aurait pu filmer la scène, Kenny tira. Une fois, mais ça ne changea rien, alors il vida son chargeur dans le corps de l'infecté. Il continuait à bouger, même avec le corps criblé de balles. " Restez derrière. Et dites moi si vous savez comment faire pour que cette chose soit réellement morte, " dit-il en rechargeant rapidement, tâchant le plus possible d'avoir un ton calme.
☾ anesidora




Hush, little baby, don't say a word.
Papa's going to hit this cunt.
If this zombie's still not dead,
Papa's going to shot his head.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Susana L. Sanchez
Administratrice
Métier : Epidémiologiste
Informations :

A grandi à Boston » Partie s'installer à Atlanta pour ses études » Parle couramment Espagnol » Originaire de Cuba » Divorcée, a une fille de cinq ans, Luz » S'occupe seule de Luz » Son travail lui prend beaucoup de temps » Fait tout pour mener sa vie professionnelle et sa vie privée de front » Ne dort pas beaucoup » Tient très bien l'alcool » Déteste la cigarette » Tombe rarement malade » Eloignée de sa famille depuis quelques semaines à cause d'un déchaînement médiatique qui la met en danger » Désespère de trouver un remède au virus » Annexes
Véhicule : 4x4 Jeep

Lun 15 Jan - 16:36

« Je ne le crois pas. » Affirma-t-elle avant de reprendre dans la foulée : « Je sais que c’est ce qu’il va se passer. » Et c’était ce que son travail devait empêcher absolument, sans résultat pour l’instant. « D’ici quelques jours… C’est pour ça qu’on doit l’amener avec nous, il ne peut pas partir… »

Inutile de trop chercher pour trouver l’inquiétude dans les yeux de la cubaine. Elle ne savait pas depuis combien de temps elle se trouvait ici avec Kenny, à essayer d’aller travailler ou au mieux de maintenir un semblant de statu quo dans les environs, mais sérieusement, elle regrettait de s’être levé. En imaginant qu’avec une vingtaine de minutes de retard, les choses auraient été franchement différentes. C’était ça le souci à ses yeux : ils étaient là désormais, à essayer de régler la confusion, l’agitation, le tas d’ennuis qui venait s’ajouter au reste, alors qu’à quelques minutes près, l’endroit aurait pu être un no man’s land plus sordide qu’ils ne pouvaient l’imaginer.

Plus sordide encore que l’homme s’extirpant de son piège sans que la douleur de ses os éclatés ne vienne l’arrêter un seul instant. A quelques minutes près, et c’était une hécatombe qu’ils vivaient tous. Là, il n’y avait qu’un mordu et qu’un infecté qu’ils se devaient de maitriser, et tout n’était pas encore gagné. Alors, certes ! ça n’était pas à Susana d’enfiler la robe de la grande méchante qui se devrait de descendre froidement un blessé ou ce qui y ressemblait, mais elle n’avait pas l’impression que sa place était davantage à envier.

« C’est la drogue qui fait ça ?! » Glapit l’homme à côté d’elle en s’écartant à son tour, venant se placer derrière elle.

Ça n’était visiblement pas le courage qui l’étouffait celui-là. Et lorsqu’elle le remarqua, elle comprit que ça ne serait pas une partie de plaisir pour le maintenir ici. Ceci dit, ses pensées éclatèrent dès lors que Kenny pressa la détente de son arme pour vider son chargeur dans le thorax de la créature s’approchant. Elle avait tressailli à chaque détonation, se figeant davantage alors qu’aucune des balles tirées n’avait eu son effet. Lèvres pincées, elle resta derrière son protecteur sans oser en sortir et sa question ne tomba pas dans l’oreille d’une sourde :

« La tête ! » S’exclama-t-elle en sautillant sur place, désignant justement le crâne de l’individu. C’était là que se logeait le virus, c’était donc le crâne qu’il fallait détruire. « Vise la tête ! »

Et oui, elle en oubliait tout sur le moment : la politesse élémentaire, le vouvoiement qui permettait de garder une certaine distance avec Kenneth. Après tout, vu la galère dans laquelle ils se trouvaient ensemble, à devoir abattre un « homme » devant les caméras des téléphones braquées sur eux, qu’importait qu’ils se tutoient ou non. D’ici peu, ils auraient l’un comme l’autre une sacrée réputation, et alors que la dernière détonation tonna sous les cris effarés de la foule, la brune se retourna pour essayer de voir si le mordu était toujours à ses côtés.

L’affolement l’étrangla alors qu’elle tourna sur elle-même : l’homme avait décampé, et elle ne vit qu’une silhouette s’enfoncer dans la foule et s’éloigner à grandes enjambées !

« Non non non ! » s’alarma-t-elle en prenant immédiatement sa suite. Il ne devait pas partir ! Sinon, ils allaient au-devant de plus gros ennuis encore !


Guilt makes people do stupid shit. See, I hate that. I want everything to be my fault. Good or bad. Means I have some control. Obviously. But it keeps me dreaming I can change things for people. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
It's the baby-sitter | Susana
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Baby-sitter, courage !
» Une tête de piaf' arrive ♪ || Diaval Feathers, étoile, rêveur et baby-sitter à temps plein
» Recrutement d'une baby sitter
» cherche nounou ou baby sitter (majeure)
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Apocalypse :: Allston :: St Elizabeth's medical center-
Sauter vers: