Partagez | 
 

 More than you know

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
avatar
Reese B. Maddox
Administratrice
Métier : Enquêtrice
Informations :

Jeune enquêtrice à la crime » Orpheline » Tempérament solitaire, souvent cynique, elle a un humour particulier et un certain franc parler » Particulièrement observatrice, elle est douée en déduction » Commence à nourrir des sentiments pour Ayden, même si elle refuse de l'admettre » Elle raffole du chocolat » A un chien, Malinois, du nom de Clint » Chante bien, grande fan de musique » A un sérieux penchant pour l'alcool et a tendance à facilement se noyer dedans » Agi comme une connasse lorsqu'elle a la gueule de bois » Annexes


Véhicule : Moto Yamaha MT-125
Inventaire : Beretta 92 à sa hanche, un tazer et un SIG P225 à la cheville. Boîte d'Ibuprofène 200mg (30 comprimés), Flacon de Vogalène 0,1% (150mL, avec seringue doseuse graduée en kg), Boîte de Tramadol 200mg (30 comprimés), Kit de soins spécial rhume (1 boîte de Paracétamol 1g, 1 boîte d'Ibuprofène 400mg, 1 boîte de Vitamine C 1g)

Dim 12 Nov - 10:11

Le ton était monté, et Reese n’aurait vraisemblablement pas parié sur Ayden pour ça. Entre les deux, c’était plus souvent elle qui montait au créneau pour ce genre de choses, et qui en faisait trop. Lui, il gardait son calme, presque de manière olympique. Souvent à ses côtés, elle se sentait ridicule, trop sensible. Elle s’emportait trop facilement, et passait ses nerfs sur tout ce qui bougeait lorsque le résultat n’approchait pas ce qu’elle désirait par-dessus tout. Autant dire que pour le coup, Ayden l’avait étonné. En bien. Si elle ne parvint pas à le contenir, c’était surtout parce qu’elle fut trop surprise par sa réaction, et trop fascinée aussi par cette dernière.

Elle aurait pu en frissonner si tout ça n’avait pas été aussi sérieux. Finalement, quand tout prit un détour trop grave à son goût, Reese assura à son capitaine qu’elle se chargerait de le calmer. Celui-ci lui lança un regard rouge de colère, sans doute parce qu’il n’aimait pas qu’on défie son autorité et qu’on l’affiche comme ça. Oui, il avait failli, oui, il manquait d’information, oui, il avait le cul entre deux chaises et ne savait plus comment faire pour protéger ses hommes. Mais ça, ça n’était pas son problème, à elle. Pour avoir vu ce qu’elle avait vu ce soir, ça n’était en fait pas que son problème.

Aux côtés d’Ayden, elle ne dit quasiment rien. Elle le laissa faire, et ce fut qu’au pied de chez lui qu’elle poussa un long soupir. Reese hésita à sortir du véhicule et à le laisser tout seul. Après tout, il était assez grand pour savoir ce qu’il voulait. Se mettre une caisse par exemple si ça lui chantait. Que pourrait-elle y faire ? L’en empêchait, être responsable ? Elle n’appréciait pas assez Ayden pour ça, et ils n’étaient pas vraiment amis non plus pour en avoir quelque chose à faire. Sauf qu’au fond, si : elle en avait quelque chose à faire. Ça la travaillait autant que lui, et elle ne voyait pas ce qu’elle pourrait dire pour le rassurer.

Un autre soupir la poussa à sortir du véhicule et à claquer la porte. Elle ne prit que son paquet de gâteau. Tant pis pour sa propre cuite, pas vrai ? Elle monta les escaliers, frappa à sa porte pour se faire ouvrir. Sans un mot, elle y rentra et jeta un coup d’œil à l’endroit. Un appartement, sobre, qui lui ressemblait assez tout compte fait. Par réflexe, la brune analyse la pièce à la recherche des sorties possibles, avant de s’en rendre compte qu’il n’y en avait qu’une seule. Elle guetta les autres portes, sans y jeter un coup d’œil. Avant de se tourner vers Ayden :

« Je suis montée seulement pour t’empêcher de faire de la merde. » Souffla-t-elle en remarquant qu’il avait de toute façon déjà commencé.

La bouteille de rhum ouverte et le verre sorti sur la table en était un bon indicateur. Elle pinça les lèvres : l’avantage c’était qu’elle n’aurait pas à lui tenir les cheveux quand il vomirait. Parce que vu ce qu’il avait prévu, soit il allait se taper une gueule de bois monumentale, soit il s’intoxiquerait au point où elle devrait appeler une ambulance :

« Je discuterais avec le capitaine, j’arriverais à récupérer ta plaque. » Lui annonça-t-elle sur le même ton, visant à le rassurer.

Elle ne savait pas vraiment si ça l’embêtait tant que ça, si ça comptait vraiment pour lui. Ayden devait être dans un état de nerf trop important pour en avoir quelque chose à faire pour l’instant. Elle haussa les épaules et se défit de sa veste avant de tomber sur son canapé.

« Tu ne peux pas boire. » Lui annonça-t-elle froidement. Ça n’allait pas lui plaire mais c’était comme ça : « Tu devras me ramener chez moi après. » Ajouta la brune en débouchant déjà la première bouteille pour lui piquer son propre verre. Il ne lui fallut qu’une gorgée pour sentir la brûlure sur son palais et lui esquisser un grand sourire : « Et j’étais la première à annoncer que je me mettrais une cuite. »

C’était elle qui avait tiré. Donc elle avait la priorité.


Something
to believe in
I'll face the night and I'll pretend, I got something to believe in


Dernière édition par Reese B. Maddox le Dim 12 Nov - 13:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ayden W. Forestier
Administrateur
Métier : Inspecteur de police
Informations :

◘ A tendance à vouloir tuer Reese et à l'insulter en français quand elle lui tape sur les nerfs, même s'il l'aime et qu'il ne l'admet pas
◘ Est très proche de son frère Seth et de leur mère. A contrario, il refuse de parler à son père mais fait quand même l'effort d'échanger parfois avec Dylan, son demi-frère.
◘ Est très renfermé niveau sphère professionnelle
◘ Aime cuisiner, aime les sensations fortes
◘ Déteste les bruits répétitifs
◘ Prend des médocs pour calmer ses maux de tête et en abuse parfois
Véhicule : Ford Taurus 2014
Inventaire : Beretta 96 + matraque téléscopique

Dim 12 Nov - 11:31

Le brun avait planté Reese dans la voiture, le temps qu'elle se décide. Il ne s'attendait pas vraiment à ce qu'elle le rejoigne et lui avait donc laissé les clés au cas où elle préférait se mettre une murge dans son coin. Il s'était contenté de rentrer chez lui, les bras plein. Il avait posé ses victuailles sur la table basse, balancé ses clefs et sa veste à-même le sol sans chercher à comprendre ou à poursuivre ses habituelles manies. Ce soir il se fichait totalement de ce qu'il s'imposait généralement. Sa colère l'étouffait et s'il ne disait rien, alors il était quasiment certain d'en mourir. Bizarrement, il se sentait libéré et se fichait même bien d'avoir "été relevé de ses fonctions". D'une part parce qu'il savait que le capitaine ne lui en tiendrait pas rigueur, surtout après avoir frôlé la mort sans être au courant et puis probablement que deux, il aurait bien assez à gérer avec les annonces d'infectés et qu'il faudrait des bras supplémentaires. Enfin, en tout cas, c'est ce qu'il espérait même s'il en doutait. Repenser à cette mâchoire près de son visage lui fila un frisson et il décida d'entamer sa longue soirée de picole en se prenant un verre qu'il remplit au quart avant de le vider d'un trait. Le breuvage lui arrachait la gorge et lui embruma rapidement l'esprit, si bien qu'il dû secouer la tête pour se défaire de l'emprise vaporeuse. Le français vint s'ouvrir un paquet de bonbons lorsque l'on toqua à sa porte. Il leva les yeux au ciel et alla ouvrir à son "invitée" qui venait à reculons. Elle était entrée, avait fait son manège et faisait son pitch. Prétendre qu'elle n'était là que pour qu'il évite de mourir la tête dans la cuvette, qu'elle récupérerait sa plaque, qu'il avait pas le droit de se bourrer parce qu'elle était la première et que ce serait à lui de la reconduire chez elle. Tout ça fit doucement rire le brun qui venait tranquillement manger un bonbon.

"J'ai pas besoin de ma plaque, j'compte pas retourner là-bas. Surtout si on me donne pas les infos pour bien faire mon travail. Même si c'est pas grand chose." commençait Ayden en revenant mastiquer lentement sa mini bouteille de coca acidulée gélanitée. "Je veux dire... Nous, si on s'fait mordre, c'qui qui nous remplace, hein ? Si on sait pas comment éviter la malade, comment on est censés faire en sorte de protéger la population ?" poursuivait-il en venant se servir un nouveau verre de rhum. "Hm, au fait, si tu veux te mettre ta cuite, soit tu la fais ici, soit tu rentres maintenant parce que je compte pas être en état de conduire." dit-il sur un ton léger suivit d'un haussement d'épaules. C'était mignon d'essayer de lui interdire quelque chose alors qu'il avait déjà franchit tant de caps qu'il refusait généralement d'effleurer. Enfin bon. Maintenant c'était fait. Soit il gardait son boulot, soit il le perdait, dans tous les cas, il irait quand même sur le terrain pour aider, qu'importe ce qu'on lui dirait. Parlant d'aider, il tira son téléphone de sa poche, venant taper un message à son frère. Un simple "Tu avais raison. Garde maman en sécurité ou alors venez chez moi ou je reviens à la maison. Je veux pas vous laisser sans protection." suivit d'un second à la veuve de Luis, un simple "L'épidémie est plus importante qu'on ne le pensait. Garde Elena à l'intérieur au maximum, évitez de vous balader la nuit. Je viendrai vous chercher dès que possible pour vous mettre en sécurité." suite à quoi, son portable rejoignit le canapé aux côté de Reese.

Il n'aurait pas dit qu'il se sentait à l'aise avec quelqu'un chez lui, surtout si c'était sa collègue, néanmoins, peut-être la frayeur et l'alcool aidant, il se sentit presque soulagé qu'elle soit là, même s'il ne savait que faire. Elle, en tout cas avait déjà commencé à consommer en utilisant son verre, obligeant l'homme à s'en sortir un second afin de poursuivre la descente des liquides. Se servant un nouveau coup, il vint en prendre une longue gorgée avant de se passer la main dans les cheveux, comme s'il ne suffisait que de ça pour se débarrasser des événements récents. Bon sang... Il fallait qu'il se change les idées, il fallait que... Qu'il s'occupe autrement en plus de boire sinon il deviendrait fou, complètement. Alors, le français fit plusieurs voyage entre sa cuisine et sa table à manger, rapportant des ustensiles, des épices, viandes, légumes, un tas de choses en fait. Ce n'était pas réellement le moment de cuisiner mais c'était un besoin pour évacuer ce trop plein d'émotions qui menaçaient de le noyer s'il n'agissait pas. Tranquillement, il vida le reste du contenu de son verre d'une traite et se resservit, levant l'objet à l'attention de sa coéquipière, accompagné d'un "Santé." en français.

La femme faisait sa vie, avec une bouteille, de son côté tandis que lui prenait le temps de préparer son petit repas sans rien demandé de plus. Il préparait la viande, faisant en sorte de lui donner la viande de steaks assaisonnés à sa façon. Voir la brune lever le coude encore une fois le fit sourire en coin de sorte qu'il lui sorte un "Au cas où, les toilettes sont dans le couloir derrière la porte à côté de toi, deuxième à droite. Salle de bain, première du même côté." avant qu'il ne reporte son attention sur les divers ingrédients devant lui et particulièrement son énième verre d'alcool.


That old saying, how you always hurt the one you love, well, it works both ways. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Reese B. Maddox
Administratrice
Métier : Enquêtrice
Informations :

Jeune enquêtrice à la crime » Orpheline » Tempérament solitaire, souvent cynique, elle a un humour particulier et un certain franc parler » Particulièrement observatrice, elle est douée en déduction » Commence à nourrir des sentiments pour Ayden, même si elle refuse de l'admettre » Elle raffole du chocolat » A un chien, Malinois, du nom de Clint » Chante bien, grande fan de musique » A un sérieux penchant pour l'alcool et a tendance à facilement se noyer dedans » Agi comme une connasse lorsqu'elle a la gueule de bois » Annexes


Véhicule : Moto Yamaha MT-125
Inventaire : Beretta 92 à sa hanche, un tazer et un SIG P225 à la cheville. Boîte d'Ibuprofène 200mg (30 comprimés), Flacon de Vogalène 0,1% (150mL, avec seringue doseuse graduée en kg), Boîte de Tramadol 200mg (30 comprimés), Kit de soins spécial rhume (1 boîte de Paracétamol 1g, 1 boîte d'Ibuprofène 400mg, 1 boîte de Vitamine C 1g)

Dim 12 Nov - 12:30

« Pourquoi tu mens comme ça ? » Demanda-t-elle en fronçant les sourcils, étonnée de pouvoir lire si facilement en lui pour le coup. Elle n’attendait pas spécifiquement de réponse parce que c’était tout simplement évident : « Bien sûr que tu comptes y retourner, et bien sûr que tu as besoin de ta plaque. » Lâcha-t-elle en levant les yeux au plafond. Il l’avait visiblement prise pour une nana née de la dernière pluie. « Je suis sûre que là, tu te sens à poil sans elle. » Ajouta-t-elle.

Elle comprenait parfaitement son laïus sur la nécessité de savoir pour pouvoir agir en conséquence. Elle était la première à le penser d’ailleurs, même si elle comprenait parfaitement aussi que leur capitaine n’était pas en position d’obtenir tout ce qu’il voulait pour eux. Depuis combien d’années se battaient-ils tous pour une nouvelle imprimante ? ça ne se comptait plus. Rien que pour ça, il fallait lutter comme des diables… Alors pour quelque chose de plus important encore, c’était limite peine perdue !

« Ecoute… » Lâcha-t-elle en captant son attention. Elle planta ses yeux noirs dans ceux de son collègue : « On a passé une sale soirée, on le sait, ça va pas aller en s’arrangeant. Maintenant qu’on en sait plus, on cherche tout ce qu’il y a à chercher à ce sujet, et on passera les infos aux autres. » Lui jura-t-elle.

C’était tout ce qu’ils pouvaient faire à leur niveau. Ça pourrait permettre à calmer ses ardeurs. Elle s’enfonça dans son canapé, et poussa un long soupir. L’estomac vide, elle avala rapidement un gâteau pour essayer de faire passer le goût de bile qu’elle avait toujours en bouche. Il s’éloigna pour faire autre chose, elle termina son verre pour s’en servir un autre. Et à sa remarque sur la position des toilettes, elle lui tendit son majeur comme toute réponse.

La brune se redressa et s’aventura dans le salon où elle se trouvait. Sous l’œil vigilant d’Ayden, elle en fit le tour pour regarder ce qu’il y avait à voir. Elle parcourra du regard les quelques photos qu’elle trouva, les quelques livres qu’elle attrapa pour en lire la quatrième de couverture avant de les remettre en place. Ses pupilles s’attardèrent sur ses CDs soigneusement exposés sur une étagère : elle choisit l’un d’entre eux pour le lancer.

La musique couvrit l’ambiance, elle dansa sur ses appuis avant de finir le verre qu’elle avait toujours en main et se retourna vers Ayden :

« Qu’est-ce que tu cuisines ? » Demanda-t-elle en se rapprochant, venant se poser près du plan de travail. Elle attrapa la bouteille qu’il avait, et resservit jusqu’à la limite son coéquipier. Ses yeux noirs se plantèrent dans ceux de l’homme, qu’elle provoqua sans s’en cacher. « Les toilettes sont dans le couloir, derrière la porte là-bas. » Signifia-t-elle en désignant la dite porte de l’index. Elle lâcha un petit rire amusé, juste pour voir s’il était aussi fort qu’il le disait.

Reese avait probablement bien plus d’endurance que lui à ce sujet, il le savait. Mais comme il s’amusait justement à se moquer d’elle, elle ne comptait pas laisser ça passer. Sans doute parce qu’elle-même répondait beaucoup trop bien à la provocation, et qu'elle était sur son terrain. Il s’en plaignait d’ordinaire : combien de fois était-elle venue avec la gueule de bois ? Combien de fois l’avait-il enfermé dans le placard alors qu’elle tambourinait à la porte en hurlant ? ça pouvait devenir violent entre eux lorsqu’ils s’y mettaient, et s’ils en étaient jamais venus à se coller une vraie droite, Reese avait hésité bien des fois.

Ce soir pourtant, elle découvrait une autre personne. Et ça lui faisait tout drôle.


Something
to believe in
I'll face the night and I'll pretend, I got something to believe in
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ayden W. Forestier
Administrateur
Métier : Inspecteur de police
Informations :

◘ A tendance à vouloir tuer Reese et à l'insulter en français quand elle lui tape sur les nerfs, même s'il l'aime et qu'il ne l'admet pas
◘ Est très proche de son frère Seth et de leur mère. A contrario, il refuse de parler à son père mais fait quand même l'effort d'échanger parfois avec Dylan, son demi-frère.
◘ Est très renfermé niveau sphère professionnelle
◘ Aime cuisiner, aime les sensations fortes
◘ Déteste les bruits répétitifs
◘ Prend des médocs pour calmer ses maux de tête et en abuse parfois
Véhicule : Ford Taurus 2014
Inventaire : Beretta 96 + matraque téléscopique

Dim 12 Nov - 16:35

Aux propose de Reese, Ayden haussa simplement les épaules. "Je prendrai conscience quand je serai calmé et que j'enragerai d'avoir une gueule de bois." dit-il d'une voix neutre. En effet, il n'avait absolument pas, pour le moment, conscience qu'il venait de remettre en jeu sa carrière, la seule chose qui le préoccupait encore et encore, c'était de savoir qu'un... Mort-vivant avait tenté de le tuer et qu'il aurait pu se faire mordre. Mine de rien Sanders avait été utile une fois de plus. Sans doute qu'il devrait penser à le remercier d'avoir craché le morceau. Pour le moment, le plus important était d'oublier ou alors d'essayer, histoire de ne pas devenir dingue. Même si la chose le travaillait, il restait focaliser sur sa coéquipière, sur ses mouvements et surtout sur les siens, pour éviter de se couper. A nouveau, il haussa les épaules pour répondre à l'idée de filer les infos aux autres. "Tout ce qu'on sait, c'est qu'on peut crever d'une grippe, revenir à la vie avec une folle envie de meurtre et de bouffer les gens et qu'une balle dans le crâne permet d'éviter le pire." répondit-il simplement. Donc en soi, il n'y avait pas autre chose à partager.

Tranquillement, il prit une poignée d'herbe d'une main, le couteau dans l'autre, replia les doigts pour laisser paraître les phalanges et tailla en petits morceaux la ciboulette. Il fit la même avec deux feuilles de thym et du romarin tandis qu'il se permettait de taper du pied au rythme de la musique de Queen. Elle avait choisit l'artiste, enfin, le groupe qui le mettait toujours de bonne humeur quand il cuisinait et pour ça, il haussa un sourcil surpris. Ou alors était-ce que c'était parce que ça se voyait que la boîte à CD était la plus usée du lot. En tout cas, l'ambiance le fit en sourire en coin, plus encore quand la jeune femme vint le taquiner tout en le resservant généreusement. Se stoppant dans ses actions, il prit le verre, trinqua avec le sien bien que pour l'instant vide et prit deux longues gorgées, se raclant ensuite la gorge pour parer à la brûlure qui faisait déjà effet, le forçant à plisser les yeux tant l'alcool était fort. Putain, c'que ça arrachait. Néanmoins, la sensation passée, il ricana un peu pour lui sortir un "Mon placard t'attend déjà, j'espère que t'es prête. " puis il se rinça à nouveau le gosier, plus sagement que la fois précédente. Après avoir reposé son verre, le brun se contenta de retourner à sa cuisine pour préparer une petit sauce. Une noisette de beurre, les épices ainsi que ses herbes hachées, à feu doux pour quelques minutes, le temps de réduire avant d'y ajouter une touche de vinaigre et de miel. Il revint ensuite auprès de la femme et lui offrit un léger sourire en coin. "J'espère que tu n'as rien contre un burger maison façon maman Forestier. " annonçait-il en mettant dans un plat carré les deux épais steaks en les badigeonnant de sel, poivre et d'un peu de sauce soja en plus. Il vint mettre le tout au frais et revint à nouveau les bras chargés de plusieurs choses. Quelques petites sauces faites maisons, des légumes, divers fromages ou d'autres morceaux de viande et présenta le tout à la jeune femme. " Techniquement, t'as de quoi te faire ton propre burger personnalisé. Et si tu trouves pas ton bonheur ici, t'auras qu'a voir dans la cuisine s'il y a quelque chose qui te tente." fit-il avant de retourner à la cuisine.  

Dans son petit coin, il vint simplement surveiller sa sauce, s'assurant qu'elle n'était ni trop sucrée, ni trop acide ou même trop salée. Se servant d'une petite cuillère, il prit une dose qu'il apporta à sa collègue pour qu'elle goûte, attendant son approbation pour le reste de la recette. Coupant le feu, il touilla le liquide un moment avant de le laisser refroidir. Il s'en servirait comme marinade rapide pour les steak qui passerait à la poêle ensuite. Il mit en route son grille-pain et attendit qu'il soit chaud pour préparer les réceptacles à devenir croustillant. Il aimait son équipement à double fonction. Il s'agissait, au dessus d'un appareil normal. On y mettait une tartine et le petit four intégrer pour tout ce qui ne pouvait pas passer par la fente était exceptionnellement pratique. Ayden revint ensuite vers Reese et termina son verre pour s'en resservir un ensuite. "J'sais plus quand c'est la dernière fois que j'ai pas voulu te tuer, tiens. C'est étrange de pas vouloir t'étrangler. J'dois déjà être bien bourré." ricana le français simplement en faisant de multiples voyages entre la femme et sa cuisine pour s'assurer que rien ne brûlait. Les pains prêts, il les rapporta à la demoiselle pour qu'elle s'occupe de sa propre garniture tandis qu'il mettait enfin la viande à chauffer. "Tu le veux comment ton steak ? Saignant, bleu, à point ? Cru ?" questionnait l'homme en s'occupant de ce petit passage d'avant repas. Une fois qu'il eut la réponse, il se mit à chauffer sa viande et revint auprès de la demoiselle après une poignée de minutes. Tranquillement, il constitua son bien et vint l'emballer dans du papier aluminium pour enfin enfourner le tout, afin que le fromage soit coulant et faire remonter les différents arômes du plat.

Le tour préparer, il apporta des assiettes, récupéra son verre et sa bouteille pour aller se laisser tomber dans le canapé, récupérant son portable au passage pour lire les messages qui s'affichaient sur l'écran, estimant qu'il pouvait y répondre plus tard. Ayden déballa sa création et sourit de plaisir en lorsque le fumet vint lui chatouiller l'odorat. S'énerver et picoler, ça creusait. Il se fit plaisir ne prenant une première bouchée et soupira de plaisir. Au moins, ça, ça ne pourrait pas le contrarier après une journée pareille.  


That old saying, how you always hurt the one you love, well, it works both ways. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Reese B. Maddox
Administratrice
Métier : Enquêtrice
Informations :

Jeune enquêtrice à la crime » Orpheline » Tempérament solitaire, souvent cynique, elle a un humour particulier et un certain franc parler » Particulièrement observatrice, elle est douée en déduction » Commence à nourrir des sentiments pour Ayden, même si elle refuse de l'admettre » Elle raffole du chocolat » A un chien, Malinois, du nom de Clint » Chante bien, grande fan de musique » A un sérieux penchant pour l'alcool et a tendance à facilement se noyer dedans » Agi comme une connasse lorsqu'elle a la gueule de bois » Annexes


Véhicule : Moto Yamaha MT-125
Inventaire : Beretta 92 à sa hanche, un tazer et un SIG P225 à la cheville. Boîte d'Ibuprofène 200mg (30 comprimés), Flacon de Vogalène 0,1% (150mL, avec seringue doseuse graduée en kg), Boîte de Tramadol 200mg (30 comprimés), Kit de soins spécial rhume (1 boîte de Paracétamol 1g, 1 boîte d'Ibuprofène 400mg, 1 boîte de Vitamine C 1g)

Dim 12 Nov - 17:09

« Et tu sais quoi ? C’est déjà beaucoup plus que ce que la majorité sait. Je le dirais à Heather, Max, Peter, et y’aura rien pour m’empêcher de le faire. Et s’ils me pensent dingue, tant pis, parce qu’au moins ils sauront et partiront pas sans rien. » Lui lança-t-elle fermement, lui offrant un regard qui exprimait toute sa détermination.

Et il en ferait autant pour son grand frère, ou sa mère, ou tous les amis qu’il avait et qu’elle ne connaissait pas. A quoi est-ce que ça servait de le nier ? Reese le regarda faire, alors qu’il procédait à la composition du repas avec une certaine expertise et un savoir faire qu’elle ne lui avait jamais vu jusqu’ici. C’était étrange de connaître Ayden sous cet angle, elle avait l’impression d’être une intruse dans le creux de cet appartement. Sans se faire discrète, elle garda le silence en l’admirant simplement. Elle se fit la remarque à elle-même : il avait l’air humain ainsi. Différent. Elle se surprit à penser « charmant » mais mit ça sous le compte de l’alcool.

« Je ne savais pas que tu cuisinais. » Lui fit-elle simplement en s’accoudant un peu plus au plan de travail, jouant avec son verre tout juste vide. Et puis, la constatation s’imposa d’elle-même : de lui, elle ne savait pas grand-chose. La réciproque se tenait aussi. « En fait, je sais juste que t’es un gros coincé. Et que y’a des nanas qui te trouvent du charme. Dernier point totalement énigmatique, il va sans dire. » Le charria-t-elle avant de sourire.

Elle repensa à ce qu’elle s’était dit la première fois en le voyant. « Bel homme ». Elle s’était fait la remarque sans arrière-pensée aucune, avant d’apprendre à le connaître. Bizarrement, le fait qu’il soit un sacré emmerdeur incapable d’un quelconque écart lui avait fait perdre tout le charme qu’elle lui avait trouvé sur le moment. Ça, plus le fait qu’il lui avait fait comprendre tout de suite qu’il ne l’appréciait pas. Jouant toujours avec son verre, elle le remercia pour le repas, alors qu’il attaquait les hostilités :

« Tu pourrais juste admettre que tu m’adores et que tu peux plus te passer de moi. » Lança-t-elle avec un regard mutin. « Si je venais à disparaitre ou à partir, je te manquerais bien trop. »

Elle y goûta, en trouvant ça délicieux. L’espace de quelques secondes, elle se sentit obligée de se taire, et de savourer simplement son plat. Merde ! Depuis combien de temps ne s’était-elle pas posée pour manger un bon repas ? ça remontait à tellement loin. Reese survivait grâce à des plats à emporter, ou tout simplement des préparations toutes faites ! Elle n’avait pas le temps de cuisiner, et de toute façon, elle ne savait pas et elle n’avait pas la patience d’apprendre. Elle ne fit aucun commentaire là-dessus, gardant religieusement le silence.

Jusqu’à ce que sa musique préférée de Queen passe en fond sonore. Elle avala sa bouchée et se redressa avec un grand sourire, battant la mesure de ses mains :

« Buddy you're a boy make a big noise playin' in the street gonna be a big man some day ! You got mud on yo' face, you big disgrace, kickin' your can all over the place…
Singin' !
» Elle fit un petit geste vers Ayden pour lui renvoyer l’ascenseur, le convier à participer. Il garda le silence, la regarda bizarrement : « Allez, chante ! Me dis pas que tu ne la connais pas déjà par cœur ! » S’offusqua-t-elle en le regardant avec les gros yeux.

Elle eut un petit rire en continuant à chanter, d’une voix maitrisée, juste. Reese avait ce petit don, que peu de personnes connaissaient. Heather, Peter. Sa mère. C’était un secret qu’elle ne partageait pas. Sauf ce soir, parce que l’alcool faisait effet, et qu’elle avait besoin de se décontracter.


Something
to believe in
I'll face the night and I'll pretend, I got something to believe in
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ayden W. Forestier
Administrateur
Métier : Inspecteur de police
Informations :

◘ A tendance à vouloir tuer Reese et à l'insulter en français quand elle lui tape sur les nerfs, même s'il l'aime et qu'il ne l'admet pas
◘ Est très proche de son frère Seth et de leur mère. A contrario, il refuse de parler à son père mais fait quand même l'effort d'échanger parfois avec Dylan, son demi-frère.
◘ Est très renfermé niveau sphère professionnelle
◘ Aime cuisiner, aime les sensations fortes
◘ Déteste les bruits répétitifs
◘ Prend des médocs pour calmer ses maux de tête et en abuse parfois
Véhicule : Ford Taurus 2014
Inventaire : Beretta 96 + matraque téléscopique

Dim 12 Nov - 21:43

"Je suis charmant. Juste pas avec toi parce que tu as tendance à vite m'épuiser mentalement." fit Ayden en ricanant alors que les repas cuisaient gentiment. Il s'humecta les lèvres et reprit une gorgée d'alcool avant de soupirer. "En réalité, ma mère est chef cuistot et elle nous a plongé dans le bain très tôt. Du coup... C'est mon passe-temps quand j'ai besoin de me changer les esprits. Et quand j'en ai pas besoin aussi, en y réfléchissant bien." qu'il rajoutait en souriant.

Dans son canapé, tranquillement occupé à mâcher son hamburger, il haussa les épaules et se leva un instant pour prendre des serviettes en papier qu'il plaça entre les deux sandwich. S'essuyant le coin de la bouche, il observa la femme avec un regard pétillant de moquerie. "Oui, si tu n'étais pas là, je ne frôlerai pas la syncope tous les jours, j'aurais personne à enfermer dans le placard et ça ne me ferait pas rire de t'entendre me menacer." qu'il lançait en retenant difficilement un rire à la remarque. Bon sang... On pourrait le croire cruel et injuste avec la jeune femme mais en même temps, quelle idée d'arriver avec une gueule de bois aussi longue que celle de... Depardieu ! Forcément, fallait qu'il la mette en quarantaine avant qu'elle ne détruise un truc ou qu'elle vomisse partout. Et puis quelque part, ça lui évitait à lui de lui crier dessus par pure méchanceté dans le but de la torturer un peu. Néanmoins, ce soir, il appréciait grandement la présence de la femme, savourant ce moment de calme, surtout pour voir qu'elle dévorait son repas avec plaisir. Quel cuisinier n'appréciait pas ces silences divins quand quelqu'un se régalait ? Prenant un nouveau morceau, il profita de cette paix et de la musique pour déguster sa part du ravitaillement. Entendre Reese chanter lui fit hausser un sourcil de surprise. Si elle ignorait qu'il cuisinait, il ignorait qu'elle chantait plutôt bien. Cette information le choqua tellement qu'il resta béat devant l'invitation de la brune à poursuivre les paroles. Il mit un instant avant de comprendre et se mit à rire bêtement. " Ah non, je chante pas, non ! Pas en présence d'un être vivant ! " dit-il avec beaucoup d'amusement. Clairement, s'il l'ouvrait, il faisait tomber la pluie sur le monde entier.

Tranquillement, il se contenta de resservir les verres quasiment vide en écoutant Reese accompagner la voix de Freddy Mercury, se laissant aller à fredonner une fois de temps en temps et faire du air guitar entre deux bonne bouchée du burger qu'il finissait enfin d'avaler. S'affalant dans le canapé, il tournait le liquide dans son verre et le fixait longuement alors qu'une des chansons se terminait pour en lancer une autre. "J'savais pas que tu pouvais avoir au moins une qualité. La chanson, ça te va pas si mal." la taquina-t-il avec un sourire en coin. Il respectait vraiment ce talent. Tout le monde, lui le premier, ne pouvait pas se targuer d'être en harmonie avec la musique et d'avoir les bonnes notes. Parfois, c'était inné, d'autres fois, il fallait travailler et clairement, sa coéquipière faisait partie de la première catégorie, il le sentait. Simplement, il laissa son regard porté sur la femme à ses côtés. Peut-être que l'alcool aidait à voir combien elle pouvait être belle ou sans doute que cette sphère l'aidait à comprendre qu'il n'avait jamais prit la peine de s'intéresser à elle. L'un dans l'autre, il constatait que la demoiselle était agréable à l'oeil et l'espace d'un instant, il se souvint de sa vie d'avant. De ses longues soirées entre amis, quand il jouait au séducteur même si, généralement, c'est pas ce qu'on retenait le plus de lui puisqu'il estimait toujours se débrouiller comme un pied. Enfin... Il savait ce temps révolu mais n'oublia pas, cependant que le liquide se jouait de ses sensations et de ses idées. Peut-être que le lendemain, il revenait la brune et n'éprouverait plus cette sensation...

"Dis moi un truc que je sais pas sur toi. Ça devrait pas être difficile. Tout ce que je sais c'est ton identité et combien tu peux être casse-couilles. demandait le français avec un doux sourire aux lèvres. Il se passa un bras sous la nuque pour la surélever et bien détailler le visage de sa coéquipière. Elle approchait de la trentaine mais les yeux bleus de l'inspecteur pouvait voir combien elle avait traversé dans sa vie. Bien vite, cependant, il détourna le regard pour ne pas donner l'impression qu'il cherchait quelque chose d'autre. Il voulait juste savoir, assouvir cette curiosité qu'il ressentait pour la première fois depuis qu'il la connaissait et qu'il bossait avec elle. Ça n'avait rien d'étrange, après tout. Bon, le temps, si mais sinon... Qui savait, le lendemain, il ne s'en souviendrait plus ou alors, ils se remémoreraient cette soirée et se verraient différemment, même s'il en doutait. Qu'importait. Il voulait juste échangé, pour une fois. Se sentir normal. Rien qu'une fois de plus. Alors, finalement, il recommença à l'observer, sagement en attendant une éventuelle réponse entre deux gorgées. Bientôt,
ils devraient changer de bouteille, la première approchant de la fin de vie.


That old saying, how you always hurt the one you love, well, it works both ways. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Reese B. Maddox
Administratrice
Métier : Enquêtrice
Informations :

Jeune enquêtrice à la crime » Orpheline » Tempérament solitaire, souvent cynique, elle a un humour particulier et un certain franc parler » Particulièrement observatrice, elle est douée en déduction » Commence à nourrir des sentiments pour Ayden, même si elle refuse de l'admettre » Elle raffole du chocolat » A un chien, Malinois, du nom de Clint » Chante bien, grande fan de musique » A un sérieux penchant pour l'alcool et a tendance à facilement se noyer dedans » Agi comme une connasse lorsqu'elle a la gueule de bois » Annexes


Véhicule : Moto Yamaha MT-125
Inventaire : Beretta 92 à sa hanche, un tazer et un SIG P225 à la cheville. Boîte d'Ibuprofène 200mg (30 comprimés), Flacon de Vogalène 0,1% (150mL, avec seringue doseuse graduée en kg), Boîte de Tramadol 200mg (30 comprimés), Kit de soins spécial rhume (1 boîte de Paracétamol 1g, 1 boîte d'Ibuprofène 400mg, 1 boîte de Vitamine C 1g)

Dim 12 Nov - 22:05

« Un jour tu vas te prendre une droite, Forestier, et faudra pas t’étonner. » L’avertit-elle avec un sourire complice. Et ça n’était pas une menace en l’air : elle avait déjà cogné, et elle le referait sans hésiter si l’occasion se présentait. Il suffisait que lui ne s’engage pas dans une voix qu’il regretterait forcément.

Reese ne termina pas son plat. Pas parce que c’était mauvais, mais parce que son appétit n’était pas des plus conséquents. La jeune femme avait plutôt tendance à se nourrir de cochonneries et de bières que d’un vrai repas consistant. C’était mal, mais qu’y pouvait-elle ? Elle se moquait bien de sa ligne, vu qu’elle pratiquait des sports qui avaient forgé sa silhouette athlétique. Ramenant ses cheveux en arrière, elle le bouscula lorsqu’il refusa de se joindre à elle en chanson :

« Allez ! De quoi t’as peur ? Qu’est-ce qu’il peut arriver de pire, hein ? » Demanda-t-elle avant d’en rire, surtout par principe. Ouais, elle avait ça pour elle : une voix magnifique qu’elle tenait de sa mère. Si elle ne se souvenait plus du timbre de la femme qui l’avait vu naître, elle se rappelait de la sensation de bonheur qu’elle éprouvait durant ces brefs instants volés, toujours gâchés par l’apparition de son père. « J’ai aucune raison de te montrer mes qualités : tu dois juste travailler avec moi, pas m’épouser. » Déclara-t-elle un peu sèchement.

La jeune femme termina la première bouteille en versant le contenu dans le verre d’Ayden, elle prit la suivante – de vodka – qu’elle se servit avant de le finir rapidement. Tant pis si la vodka la rendait plutôt euphorique avant de la rendre malade, tant qu’elle avait quelque chose dans le ventre pour éponger tout ça. Ses yeux se détournèrent du fond de son verre pour se poser sur Ayden en croisant son regard. Elle fronça les sourcils, alors qu’il la fixait plutôt longuement en la détaillant ouvertement :

« Quoi ? » Demanda-t-elle. « Tu me mates ? » Blagua la brune sans se douter qu’elle avait raison à ce sujet. Elle eut un petit rire à sa demande, venant se poser contre le dossier du canapé : « Un truc que tu sais pas sur moi ? C’est dur, j’ai pas une vie trépidante. » Fit-elle en se pinçant les lèvres un instant.

Il y avait des choses qu’elle tairait forcément, d’autres qui n’avaient pas sa place entre eux. Elle n’avait aucun talent caché en cuisine ou en autre chose, aucun secret de ce genre qu’elle aurait pu lui dévoiler. Les siens, elle les gardait jalousement depuis des années, et la seule personne au courant de ça était Peter. Un témoin de trop pour assister à son ascension ou son déclin. Instinctivement, elle tira sur la manche de son pull pour cacher les quelques cicatrices qui lui restaient encore et qui ne partiraient jamais :

« Hm… Au lycée, j’étais une bagarreuse. J’ai cassé le nez à une fille qui avait mal parlé à une autre juste par principe. » Fit-elle avant de se tourner vers Ayden. Ça n’était probablement pas ce qu’il voulait savoir car c’était assez évident. Encore aujourd’hui, elle cherchait souvent les coups. « J’ai pris… Cinq heures de colle pour ça, et j’ai failli me faire exclure. C’est Peter qui m’a sauvé, encore une fois. » Fit-elle en levant les yeux au plafond, posant sa tête sur le dossier. « Un autre truc : je connais Peter depuis mes sept ans. »

Ça par contre, il ne devait pas le savoir. Que son histoire avec Peter remontait à plus loin encore. Elle n’était pas seulement l’élève qu’il avait formé, elle était plus que seulement sa protégée. Sa relation avec l’homme était des plus particulières, du genre qui ne se comprenait que lorsqu’on avait une vue d’ensemble sur son existence. Elle termina son verre, attrapa tout simplement la bouteille, en ayant marre d’avoir à se resservir. Ayden ne lui en tiendrait pas rigueur de toute façon.

« A ton tour. A part tes talents cachés pour la cuisine… Pourquoi tu viens jamais aux sorties entre collègues qu’on se fait ? » Elle avait entendu des rumeurs à ce sujet. Elle préférait encore avoir la version de son collègue avant de se faire des idées.


Something
to believe in
I'll face the night and I'll pretend, I got something to believe in
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ayden W. Forestier
Administrateur
Métier : Inspecteur de police
Informations :

◘ A tendance à vouloir tuer Reese et à l'insulter en français quand elle lui tape sur les nerfs, même s'il l'aime et qu'il ne l'admet pas
◘ Est très proche de son frère Seth et de leur mère. A contrario, il refuse de parler à son père mais fait quand même l'effort d'échanger parfois avec Dylan, son demi-frère.
◘ Est très renfermé niveau sphère professionnelle
◘ Aime cuisiner, aime les sensations fortes
◘ Déteste les bruits répétitifs
◘ Prend des médocs pour calmer ses maux de tête et en abuse parfois
Véhicule : Ford Taurus 2014
Inventaire : Beretta 96 + matraque téléscopique

Lun 13 Nov - 16:29

"Tu ne m'as jamais fait peur, Maddox et le jour où tu me mettras une droite, compte sur moi pour te la rendre." marmonna l'homme à la demoiselle, lui aussi en souriant d'un air complice. Les coups, il connaissait et les encaisser aussi, il savait faire alors il était clair que venant de sa coéquipière, il y croyait certes, mais il n'hésiterait pas a se défendre s'il devait être menacé.

Ayden croisa les jambes et bougeait un pied au rythme des chansons qui défilaient à leur allure. Il continuait de fredonner en plus de marmonner les paroles. Yeux clos, il se laissait porter par les notes, le jeu de guitare, la batterie... Tout en fait, le moindre son éveillait en lui une passion pour la musique qui brulait et qui s'éteignait tout aussi rapidement quand la brune insistait pour l'accompagner. " Gratte toi ! Hors de question que je chante !" fit-il en levant les mains pour signifier qu'il ne reviendrait pas sur le sujet. Puis il ferma les paupières en se laissant porter par la musique, se permettant de rouler des yeux et de secouer la tête aux dires de la femme. "C'est clair que je t'aurais épousé si j'avais pour envie de me tirer une balle." lâcha-t-il en haussant les épaules comme s'il disait quelque chose de banal. Sans doute qu'elle le prendrait mal et qu'il se prendrait à ce moment précis la fameuse droite.

En fait, il n'en avait cure, se contentant simplement de regarder son verre se remplir juste après avoir levé le coude pour la millième fois de la soirée si ce n'était moins ou plus. Le compte avait été perdu après deux. Une nouvelle bouteille se fit ouvrir, un verre servit tandis qu'il venait tranquillement se brûler la gorge en suivant les faits et gestes de la dame. Croiser son regard ne l'intimida même pas quand généralement, il préférait éviter montrer un quelconque intérêt. L'alcool rendait les choses plus... moins... Bref, l'alcool changeait les mentalités. Néanmoins, ça ne l'empêchait pas de se passer la main dans les cheveux pour arranger quelques mèches rebelles et sortir un "P't'être, j'sais pas encore." aussi désintéressé que mystérieux. Finalement, il étendit ses jambes, les faisant reposer ses pieds sur la table basse, laissant entrevoir de magnifiques chaussettes noires parsemées d'étoiles de toutes les couleurs, cadeau de son frère.

Ayden avait tranquillement reposé sa tête contre le dossier du canapé et observait silencieusement Reese qui lui offrait le plaisir de répondre à ses questions. La savoir plus ou moins docile et aussi calme le perturbait. Découvrir un nouveau visage sous ce masque de rébellion le rendait à la fois content et inquiet. Qu'est-ce qu'il avait pu arriver à Reese pour que, comme lui, elle se cache derrière un mur aussi imposant que la statut de la Liberté ? Il ricanait bien volontiers lorsque sa collègue lui annonçait qu'elle avait déjà éclaté un nez pour défendre la veuve et l'orphelin, par principe. Il aurait fait la même chose. C'était aussi et sans doute pour ça que la brune s'était enrôlé dans les forces de l'ordre. Combattante du crime à petite échelle mais punie pour avoir fait la Justice en dehors des règles de l'art. C'était pas si surprenant. Pourtant, la mention de son mentor le stoppa. Peter... Enfin, elle racontait qu'elle connaissait Lane depuis ses sept ans et là, le français arrêtait de sourire, se contentant d'un "Ahun." distant. Souplement, il se remit debout, vida son verre d'une traite et retourna se chercher son paquet de bonbecs. Ces putains de trucs acidulés passaient plutôt bien avec la vodka. Au passage, il se dirigea vers son sac de courses pour récupérer ses canettes de boisson énergisantes, les ramenant sur la table basse pour se préparer sa mixture. Il n'aimait pas la vodka basiquement mais ça passait toujours crème avec autre chose, en l’occurrence ces trucs sucrés qui visaient à réveiller les gens. Touillant le tout, l'homme fronça les sourcils lorsque la demoiselle lui posa une question en retour.

Le français ouvrit une première fois la bouche pour répondre et la referma en essayant de réfléchir aux mots qu'il utiliserait. Il avait beau retourner la situation dans tous les sens, l'histoire, les propos, les actes, il ne voyait pas trop comment le rapporter. Finalement, il se contenta d'une longue gorgée de sa vodka red bull et soupira. "C'est à cause de ton cher Peter que je ne sors plus avec personne." accusa-t-il simplement en venant serrer la mâchoire ensuite. Même après plusieurs années, cette anecdote le mettait en rogne. Il se souvenait à la perfection de la soirée dans les moindres détails. Il n'avait pas parlé de lui, restait distant mais écoutait avec plaisir ses collègues. Mais il avait fallut que lui, le fameux Peter Lane vienne rajouter son grain de sel dans ce moment, le seul que c'était autorisé le français pour renouer avec son vrai lui. Il avait fallut que ce type le titille sur la mort de Luis, qu'il rappelle à Ayden sa culpabilité. Forcément, il avait craqué et l'avait cogné. Depuis, il refusait d'essayer de se rapprocher des autres. Le regard froid de l'inspecteur se posa sur sa partenaire. Il comprenait pourquoi il retrouvait autant de Peter en elle, pourquoi parfois il avait envie de lui faire du mal. Elle lui ressemblait sur tellement de point... Il était comme un père qui donnait toutes ses sales habitudes à son enfant. Se mordant la lèvre inférieure un instant, le français soupira et vida une nouvelle fois son contenant du liquide qu'il possédait.

Lentement, il déverrouilla son téléphone et laissait voir à la brune une photo. "Maria et Elena Rivera." qu'il présentait à l'agent Maddox. "Je suis le parrain d'Elena." qu'il ajoutait puis il vint changer de photo, montrant un cliché le représentant avec un homme à peine plus petit. Revoir cette image le rendait furieux, coupable, triste. Son meilleur ami et lui riaient aux éclats, une bière à la main. C'était un beau jour d'été, ils cuisinaient ensemble pour les deux familles. Il se souvenait qu'à cet instant, il avait été le plus heureux du monde. Sans plus de cérémonie, Ayden éteignit son écrit et soupira tout en revenant se préparer sa mixture, corsant le côté alcool. "Luis était mon mentor, mon meilleur ami. J'étais comme toi avant, tu sais. J'en faisais qu'à ma tête et à cause de moi, il a laissé derrière lui une famille." qu'il balançait de but en blanc. Un sourire triste naquit sur ses lèvres pâles puis il avala la totalité de sa vodka, grognant à cause de la brûlure de l'alcool qui le requinquait tout de même. "Le rapport avec Peter ? Quand j'suis venu ici, il m'a simplement rappelé que j'avais fais une erreur. Et depuis, j'évite les collègues. Point.".

Parler de ce passage de sa vie à quelqu'un d'autre que sa famille ou que son psy le bouleversait. Probablement que c'était par fierté, il ne laissait pas échapper les quelques larmes de rage qui tentaient de poindre. Finalement, heureusement qu'il avait acheté des bouteilles en gros. Il pourrait ainsi noyer ces souvenirs dans toutes cette flotte. Automatiquement, il glissa la main sur l'arrière de son crâne, au niveau de sa cicatrice pour la caresser tant la brûlure venait lui rappeler à sa vie passée. Putain.


That old saying, how you always hurt the one you love, well, it works both ways. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Reese B. Maddox
Administratrice
Métier : Enquêtrice
Informations :

Jeune enquêtrice à la crime » Orpheline » Tempérament solitaire, souvent cynique, elle a un humour particulier et un certain franc parler » Particulièrement observatrice, elle est douée en déduction » Commence à nourrir des sentiments pour Ayden, même si elle refuse de l'admettre » Elle raffole du chocolat » A un chien, Malinois, du nom de Clint » Chante bien, grande fan de musique » A un sérieux penchant pour l'alcool et a tendance à facilement se noyer dedans » Agi comme une connasse lorsqu'elle a la gueule de bois » Annexes


Véhicule : Moto Yamaha MT-125
Inventaire : Beretta 92 à sa hanche, un tazer et un SIG P225 à la cheville. Boîte d'Ibuprofène 200mg (30 comprimés), Flacon de Vogalène 0,1% (150mL, avec seringue doseuse graduée en kg), Boîte de Tramadol 200mg (30 comprimés), Kit de soins spécial rhume (1 boîte de Paracétamol 1g, 1 boîte d'Ibuprofène 400mg, 1 boîte de Vitamine C 1g)

Lun 13 Nov - 21:06

Il y eut un instant de silence avant que Reese réagisse vraiment à ce qu’elle venait d’entendre. Le temps d’enregistrer les visages qu’elle voyait, les prétextes qu’il donnait. Elle a vu le moment où il s’était fermé à la discussion : à la mention de Peter. Le même moment où il reportait sur elle le même regard qu’habituellement, comme si elle était la pire des bonnes à rien. La brune écarquilla les yeux sous la stupeur, consciente qu’elle venait de saisir qu’Ayden ne l’avait jamais estimé à sa juste valeur, ni même un minimum respecté depuis qu’ils se connaissaient :

« Tu te fous de moi… » Murmura-t-elle avant de pouffer de rire.

Qu’il ne s’y trompe pas : elle partait dans un fou rire nerveux parce qu’elle venait de se prendre une grosse claque en pleine figure. L’alcool ne l’aidait pas à garder le contrôle de ses émotions. Car passé la crise de rire qui lui en fit mal aux côtes : Reese explosa de colère.

« C’est pour ça ! » S’exclama-t-elle en se relevant, faisant fi du vertige qui la prit soudainement en s’éloignant d’Ayden. Elle était dans un état de nerfs rarement atteint dans sa vie. Sa soirée avait déjà été sacrément pourrie, mais apprendre ça lui foutait tout de même un putain de coup au moral : « C’est pour ça que tu me détestes ! » Lui lança-t-elle en se demandant si elle devait s’énerver davantage ou en rire. « Parce qu’un jour, Peter t’a renvoyé dans la tronche que tu avais fait une erreur, tu le vis pas bien et tu t’es donc transformé en gros connard mal baisé ! »

Elle opta finalement pour s’énerver davantage. Elle ne pouvait pas faire autrement en réalité : ça l’agaçait profondément. Elle ne comprenait pas comment il pouvait s’en prendre à elle gratuitement ! Elle n’avait peut-être pas un comportement exemplaire, et certes, ses méthodes n’étaient pas des plus orthodoxes, mais elle méritait du respect ! Au moins ça ! Pour le coup, elle avait l’impression d’avoir été traité tout à fait injustement, et ça ne lui plaisait pas du tout…

« Tu sais quoi Ayden ? » Lui fit-elle en fronçant les sourcils, plantant ses yeux sombres dans ceux de son vis-à-vis : « T’as jamais été comme moi ! » Elle secoua la tête pour confirmer ses dires : « Tu connais rien à ce que je suis, ce que je fais, ce que je pense, ce que j’ai vécu, t’as même pas cherché à le savoir, tu t’es contenté de me juger dès que tu as su pour Peter ! Tu peux même pas en parler… »

Elle se stoppa seulement pour reprendre sa respiration. Sa tête lui tournait, ses pensées s’entrechoquaient, l’alcool faisait bien trop son effet sur elle présentement. Reese était juste… totalement désemparée, et à la fois furieuse de ce qu’elle venait de réaliser. La seule raison qui l’empêchait de claquer la porte là, c’était qu’elle n’aurait pas été capable de marcher droit jusqu’à la sortie et de rentrer chez elle dans son état. Sauf que, têtue comme elle l’était, elle aurait été tout de même capable d’aller mourir de froid dans la voiture, juste par principe !

« En fait, le seul moment ou tu ne m’as pas catalogué comme la pire des connasses du monde, c’est quand tu m’as serré la main la première fois… ça a duré cinq putains de minutes avant que je dévienne ta némésis ou j'sais pas quoi ! » Ajouta-t-elle avec un rire sans joie : « Et devine quoi : Tout le monde fait des erreurs, c’est pas pour autant qu’on doit se transformer en sale enfoiré ! »

Ça, par contre, c’était gratuit. Il fallait dire qu’il l’avait vraiment cherché, et elle trouvait toujours ça profondément injuste et malhonnête de sa part. Injuste, parce qu’elle ne se définissait pas qu’à ça. Elle n’était pas QUE la protégée de Peter. Si elle avait toujours eu conscience que ça lui causerait toujours un peu de tort, elle s’était distinguée pour d’autres choses dans sa vie. Tout comme elle n’était pas que la gamine planquée dans un placard alors que son père massacrait sa mère avec les poings. elle aurait voulu se distinguer autrement, Reese voulait ne coller à aucune étiquette, se construire sa propre identité. Tout ça pour qu’Ayden la renvoie à une case dans laquelle elle ne rentrait pourtant pas.


Something
to believe in
I'll face the night and I'll pretend, I got something to believe in
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
More than you know
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Apocalypse :: South Boston :: South Bay Center-
Sauter vers: