Partagez | 
 

 More than you know

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Reese B. Maddox
Administratrice
avatar
Métier : Enquêtrice
Informations : Jeune enquêtrice à la crime » Orpheline » Tempérament solitaire, souvent cynique, elle a un humour particulier et un certain franc parler » Particulièrement observatrice, elle est douée en déduction » Ne supporte pas son coéquipier, Ayden » Elle raffole du chocolat » A un chien, Malinois, du nom de Clint » Chante bien, grande fan de musique » A un petit penchant pour l'alcool



Annexes
Véhicule : Moto Yamaha MT-125
Armes : Beretta 92 à sa hanche, un tazer et un SIG P225 à la cheville

Lun 6 Nov - 22:44

Elle ralentit la voiture, laissant les phares allumés. Sur les lieux qu’on leur avait indiqués, la brune scruta du regard l’endroit en question à la recherche de ce qu’ils étaient venus chercher. Un soupir lui échappa. Elle coupa le moteur, fourra les clés dans la poche de sa veste en cuir avant de se tourner vers Ayden, veillant à ce qu’il soit prêt lui aussi :

« On y va. » Fit-elle en attrapant la poignée de sa portière pour la tirer vers elle.

Cette dernière s’ouvrit en un grincement caractéristique. Leur véhicule était vieux, usé, mais il roulait toujours chichement. C’était plus que suffisant. Le froid lui mordit la peau. Elle expira de la buée, plissant les yeux pour essayer de discerner une quelconque ombre dans le noir qui les entourait. Un lampadaire à quelques mètres d’eux se mit à grésiller, la lumière faiblit sensiblement avant de reprendre de plus belle. Elle pinça les lèvres avant de poser ses yeux sombres sur Ayden.

Ils devaient avancer. Rester planter près de la voiture ne servirait à rien, surtout si une agression avait en effet lieu ici. Mais sur le coup, Reese avait un doute : et si c’était un piège ? Et s’il n’y avait rien ? Si on cherchait juste à les attirer quelques parts pour les braquer ou les tabasser ? C’était arrivé plusieurs fois dernièrement, à des coéquipiers bien plus avertis qu’eux. Boston était devenu une ville compliquée, surtout avec les derniers événements.

Sa semelle pressa contre du verre brisé, l’écrasant de plus belle. Reese baissa le regard, éclairant le bitume de sa lampe torche. Elle discerna sur les reflets brillants des traces de sang. Un coup d’œil sur le côté, elle remarqua que la voiture à quelques pas avait une fenêtre fracturée. La brune voulut s’en approcher pour vérifier tout ça, mais un cri étouffé la figea sur place, avant de lui glacer le sang :

« C’est quoi ce bordel ? » Lâcha-t-elle en se tournant vers Ayden.

Ils n’eurent besoin que d’un regard pour poser la main sur leurs armes respectives et avaler la distance qui les séparait de ce bruit. Le cri se transforma en gargouillis étranges, qui lui soulevèrent le cœur. Le souffle court, ils contournèrent un muret pour s’engager tous deux dans une ruelle où ils discernèrent deux silhouettes penchées au-dessus d’une troisième au sol. Putain… Putain !

« Police ! Reculez ! » Hurla-t-elle en en braquant son arme et en avisant les protagonistes d’un regard qui ne souffrait d’aucun refus.

Elle n’avait pas le doigt sur la gâchette, mais il ne lui suffirait que d’une milliseconde pour tirer et toucher sa cible. En s’approchant, elle ralentit légèrement la cadence et discerna bien mieux ce qu’il se passait. Son flingue et la lumière braqués, elle éclaira une scène tout ce qu’il y avait de plus absurde sur le coup. Absurde et sordide. Un grognement attira son attention, elle illumina un visage blême, deux yeux vitreux, la bouche pleine et dégoulinante de sang. C’était quoi ça ?

« Putain de merde ! » Hoqueta-t-elle en sentant son ventre se retourner.

La silhouette se redressa, posant ses yeux vides sur elle. L’espace d’un instant, elle se sentit frémir d’horreur. Mais Reese fit de son mieux pour garder ses émotions sous cloche. Elle devait les contrôler. Sa prise se raffermit autour de son arme.


Something
to believe in
I'll face the night and I'll pretend, I got something to believe in


Dernière édition par Reese B. Maddox le Sam 11 Nov - 22:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayden W. Forestier
Administrateur
avatar
Métier : Inspecteur de police
Informations :

◘ A fortement envie de tuer sa coéquipière, Reese et l'insulte en français même s'ils couchent ensemble
◘ Est très proche de son frère Seth et de leur mère. A contrario, il refuse de parler à son père mais fait quand même l'effort d'échanger parfois avec Dylan, son demi-frère.
◘ Est très renfermé niveau sphère professionnelle
◘ Aime cuisiner, aime les sensations fortes
◘ Déteste les bruits répétitifs
◘ Prend des médocs pour calmer ses maux de tête et en abuse parfois
Véhicule : Ford Taurus 2014
Armes : Beretta 96 + matraque téléscopique

Mar 7 Nov - 21:58

Toujours sur son éternel siège passager, Ayden fixait les ténèbres de la nuit à travers la vitre. Le calme des rues rendait l'ambiance plutôt pesante et donnait froid dans le dos. Ils avaient été appelé car le voisinage avait entendu des bruits étranges, des cris, probablement une bagarre de ce qu'on leur avait dit. Sur les lieux, le manque de lumière faisait grimacer le français qui en venait à renifler de dédain. Déjà qu'il n'était pas de bonne humeur parce qu'on l'avait réveillé alors qu'il s'était assoupi qu'une dizaine de minutes... Putain comment c'était chiant ça... Depuis le début du merdier, autant Reese que lui n'avait pas connu de réel repos. Comme une grosse partie de la police en général, des militaires et autres porteurs d'armes à la botte du gouvernement. En tout cas, l'endroit ne lui disait rien qui vaille. D'un geste habitué, l'homme arrangea le col de sa veste et ouvrit sa portière en même temps que la brune. Immédiatement, la gifle glaciale du vent vint rencontrer ses joues et un filet de de buée s'échappa de ses lèvres alors qu'il allait râler. Putain, pourquoi il fallait que ce soit eux qu'on envoie dehors par un temps pareil ? Si c'était ça le réchauffement climatique, le monde était mal foutu hein, on se les caillait à mort. Néanmoins, il tira de sa poche intérieure une paire de gants en cuir qu'il enfila avant de sortir sa lampe de poche d'une main tandis que l'autre se posa sur sa matraque télescopique plus pour réagir rapidement que par envie de la dégainer.

Il s'était décalé d'un pas et fixait le sol éclairé par le faisceau lumineux de sa lampe. Des traces rougeâtres attiraient son attention et il essayait de voir si dans ce coin, il pouvait trouver le propriétaire. La question de Reese le fit tourner le regard vers elle et constata sa trouvaille en fronçant les sourcils. "Ça sent pas bon, c't'histoire, si tu veux mon avis..." fit-il en marmonnant de sorte qu'il n'y ait qu'elle qui l'entende jusqu'au moment où un cri retentit, le faisant sursauter et poser la main directement sur son holster à la hanche. "J'sais pas mais on saura bien vite." répondit-il à sa question en pressant le pas jusqu'à la source du bruit. Sous un réverbère à moitié mort, trois silhouettes se détaillaient dans la pénombre. Les deux au-dessus du troisième larron semblaient fouiller les poches ou... Plus. La vision d'horreur arracha à l'inspecteur une envie de envie, grimace à l'appui mais il se retint. La sommation de sa collègue le réveilla du tourbillon de dégoût dans lequel il était prit. Ayden tira son arme, mettant en joue les individus, le doigt proche de la détente, prêt à appuyer s'il était nécessaire.

Un léger tremblement prit la main du policier et il serra les dents. "Hey ?! Hey ?! On s'approche pas ! Vous avez entendus la dame ? On recule et on met les mains en l'air !" ordonna-t-il d'une voix forte. La lumière qu'il pointait vers le suspect mettait bien trop en évidence le visage sanglant, les yeux vides de tout sentiments, la bouche pleine de... viscères ? Oh bon sang, un haut-le-cœur vint conquérir son corps qui se crispa tant il luttait contre sa remontée d'acide, laissant une boule se former dans sa gorge.  Putain mais dans quel genre de pièges ils étaient tombés là ? C'était quoi ces gens ? Des... Cannibales ? En plein Boston ? Encore un de ces hippies chelous d'une secte de tarés qui pensaient que pour quitter la terre fallait faire une connerie ? Si c'était ça, il se jurait de retrouver ce foutu gourou ! En tout cas, dans l'instant présent, il chargea son arme. "Bouge pas ! Bouge pas je te dis ! Les mains en l'air et à genoux !" tonna-t-il à nouveau alors que le meurtrier s'avançait, suivit de son comparse. "M'oblige pas à tirer, tu vas pas aimer ! Aller ! A genoux ! " poursuivait-il sans pour autant qu'on lui obéisse. Pire, les fous furieux se mirent à grogner allègrement à mesure qu'ils approchaient.

"Ils obéiront pas, Reese." dit-il sur un ton plus que certain. Le premier, de plus en plus proche, Ayden recula et lui tira dans la jambe pour le soumettre. "Ne bouge pas !" essaya-t-il encore sans pour autant que sa demande soit écouté, voyant l'autre se relevé sans plus de difficulté. "Putain mais ... !" hoqueta-t-il de surprise. C'était quoi, ça ? Comment ça ? Personne ne pouvait se relever aussi facilement sans douiller à mort après un tir. Surtout aussi proche. L'homme s'humecta les lèvres et posa son regard azuré sur la brunette. Sa coéquipière le fixait tout aussi perdue que lui et à cet instant, l'un des deux malfrats se lança à l'assaut des policiers, laissant échapper un grommellement potentiellement furieux. Attrapant sa collègue à l'épaule, Ayden la força à se reculer pour esquiver l'attaque bien qu'il se doutait qu'elle l'aurait fait même sans son intervention. Que fallait-il faire là ? Pointer l'arme et tirer ? Sans doute... Est-ce que quelque chose dans le règlement savait comment gérer un cannibale fou furieux ?


That old saying, how you always hurt the one you love, well, it works both ways. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reese B. Maddox
Administratrice
avatar
Métier : Enquêtrice
Informations : Jeune enquêtrice à la crime » Orpheline » Tempérament solitaire, souvent cynique, elle a un humour particulier et un certain franc parler » Particulièrement observatrice, elle est douée en déduction » Ne supporte pas son coéquipier, Ayden » Elle raffole du chocolat » A un chien, Malinois, du nom de Clint » Chante bien, grande fan de musique » A un petit penchant pour l'alcool



Annexes
Véhicule : Moto Yamaha MT-125
Armes : Beretta 92 à sa hanche, un tazer et un SIG P225 à la cheville

Mar 7 Nov - 22:28

Elle n’était pas sûre de réaliser ce qui était en train de se passer sous ses yeux. En fait, Reese n’avait aucune putain d’idées de ce qui arrivait concrètement devant elle. Tout était confus, et la situation obligeait à ce qu’elle garde le contrôle. Mais quel contrôle ?! Qu’est-ce qu’elle pouvait objectivement dire de tout ça ? Elle passait à tous les protagonistes, en essayant de comprendre. Elle se faisait vraiment de son mieux pour faire tous les liens dans sa tête, mais rien n’avait de sens ! Ses pupilles étaient irrémédiablement attirés vers le sang qui tapissait le bitume et les viscères sorties qui lui arrachèrent une nausée.

C’était là qu’elle gardait le contrôle. Là, en ne se mettant pas à vomir de son côté, devant ce spectacle pour le moins… Surprenant. Pourtant, elle avait blêmi. Imperceptiblement, le sang avait quitté son visage. Ses doigts s’étaient crispés autour de son arme, et elle ne sut comment réagir lorsque les protagonistes s’avancèrent vers eux. Ayden tenta bien de les sommer d’arrêter, de ne pas bouger, mais au bout du compte, il la bouscula juste brutalement pour qu’on ne l’attaque pas elle. La brune manqua de s’éclater contre le mur, alors que son coéquipier le repoussa, sans trop savoir comment réagir lui-non plus.

Avec tout son self contrôle, la jeune femme tendit son arme à nouveau, et quand il voulut s’en prendre à Ayden une seconde fois en faisant claquer sa mâchoire et en l’agrippant comme un diable, elle pressa la gâchette. La détonation fut sonore, étrangement bruyante dans la pénombre des lieux. La balle rentra pile dans la tempe, et le corps s’effondra au sol. Elle avait tiré. Elle avait tiré, putain…

Sans avoir le temps d’y penser, un cri rauque la sortit de son cocon, et sans qu’elle ne puisse réagir, Ayden venait de mettre à terre le second individu. Etalé au sol de tout son long, se débattant, elle vint le soutenir en pressant son genou contre son dos, pour ramener une des mains en arrière et l’aider à passer les menottes. L’homme ne se laissa pas faire, mais termina tout de même attacher face contre terre.

« Shiiiiiiiiiit ! » Souffla-t-elle en s’écartant, tremblante.

Ses genoux s'entrechoquaient presque, comme si elles étaient faites de coton. Elle ne savait pas ce qui la forçait à réagir ainsi, mais son corps était maintenant en proie à l'évidence. Le cadavre éventré à côté d’eux, celui avec une balle dans la tête, étendu de tout son long, ou la personne encore « vivante » qui se débattait comme un diable au milieu de cette scène absurde. Qu’est-ce qu’elle avait fait ? Qu’est-ce qu’elle avait foutu, putain ?!

Reese se sentait comme à bout de souffle. Tenant toujours son arme en main, elle tenta de la ranger, mais elle était si secouée par les tremblements qu’elle avait l’impression qu’elle ne pourrait jamais y arriver. C’était la première fois qu’elle tirait pour tuer. La toute putain de première fois, dont elle se serait bien passée.

De sa main tout juste libre, elle s’agrippa au mur derrière elle pour ne pas chavirer. Elle n’était pas de ces bleus qui pressaient la détente à tout bout de champ pour avoir la sensation d’avoir raison. Elle avait toujours réussi à s’en passer, à économiser les fois où elle avait dû sortir son arme. Ce soir, ça avait été pourtant été son seul réflexe : tirer.

« Faut… Faut appeler le légiste et sécuriser la scène... » Fit-elle à Ayden d’un air détaché alors qu’elle tremblait toujours comme une feuille, dans un silence lourd seulement troublé par les grognements. « Et un fourgon, pour le promener lui. J’sais pas s’il faudra pas le sangler ou le sédater… »


Something
to believe in
I'll face the night and I'll pretend, I got something to believe in


Dernière édition par Reese B. Maddox le Sam 11 Nov - 22:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayden W. Forestier
Administrateur
avatar
Métier : Inspecteur de police
Informations :

◘ A fortement envie de tuer sa coéquipière, Reese et l'insulte en français même s'ils couchent ensemble
◘ Est très proche de son frère Seth et de leur mère. A contrario, il refuse de parler à son père mais fait quand même l'effort d'échanger parfois avec Dylan, son demi-frère.
◘ Est très renfermé niveau sphère professionnelle
◘ Aime cuisiner, aime les sensations fortes
◘ Déteste les bruits répétitifs
◘ Prend des médocs pour calmer ses maux de tête et en abuse parfois
Véhicule : Ford Taurus 2014
Armes : Beretta 96 + matraque téléscopique

Mer 8 Nov - 21:22

La première attaque avait été évité mais la seconde fois, ce fut plus complexe. L'homme lui fonça dessus, s'agrippant fermement à sa veste et cherchant à approcher suffisamment pour le mordre. Ayden le repoussait à bout de bras, ayant la sensation qu'une seconde suffirait pour que l'individu lui arrache le nez sans plus de remords. La détonation proche de son visage fit sursauter le français qui se prit une gerbe de sang sur la joue alors qu'il avait tourné la tête pour éviter de se prendre d'éventuels morceaux. Le corps s'écroula lourdement sur le sol mais pas le temps de se reposer que l'autre malfrat se rua sur lui. Taekwondo aidant, Ayden asséna un coup de genou pour ralentir le fou furieux puis grâce aux techniques d'immobilisations de la police, il vint plaquer le contrevenant au sol, à côté du cadavre de son copain pour venir lui menotter les mains dans le dos tout en lui récitant ses droits. Les râlements rauques laissaient comprendre à l'inspecteur qu'il était prêt à lutter jusqu'au bout. Le conseil de Reese éveilla l'homme qui fixait les trois hommes d'un air perdu.

"Oui... Je vais le faire..." fit-il à la brune alors qu'il observait encore les deux hommes en cherchant une raison particulière à ce changement. Lentement, il s'essuya la joue s'empara de son téléphone portable et composa le numéro du poste de police. "Agent Forestier. On a besoin... D'une brigade. On a une scène de crime et deux cadavres. Une victime... Et un agresseur... Faudrait aussi une voiture de sécurité... On a un agresseur acharné." commença-t-il d'une voix froide, imprégnée de toute l'inquiétude qu'il avait ressentit depuis le début. Il ajouta à sa demande l'adresse pour qu'on les retrouve facilement. Avalant difficilement, s'humectant les lèvres, le brun posa son regard océan sur sa coéquipière. Il serra la mâchoire et s'approcha d'elle, lui effleurant le bras du bout des doigts. "Ils seront là dans une dizaine de minutes... Est-ce que ça va ?" demanda-t-il dans un murmure. Bon sang... Ils étaient... Ils auraient pu... Un nouveau regard vers les agresseurs et un soupir s'échappa d'entre ses lèvres. Il ne comprenait pas ce qu'il se passait mais il ne pouvait se laisser aller. "Je vais voir la victime. Tu bouges pas et s'il y a quoi que ce soit, appelle moi." ordonna-t-il presque alors qu'il savait parfaitement qu'en cas de besoin, elle ne la jouerait pas solo, enfin, techniquement.

L'inspecteur fit quelques pas en arrière et se dirigea vers le premier cadavre. La vision d'horreur souleva une nouvelle fois le cœur du policier, retournant son estomac avec une sale envie de vomir. Il détourna le regard une minute pour reprendre ses esprits. Une femme, c'était une femme. Coupe garçonne, habillée simplement, comme quelqu'un qui s'en allait faire ses courses probablement. L'homme n'avait pas de gants donc il ne se permit pas de toucher aux éléments qu'il pouvait trouver sur la victime mais en tout cas... Cette personne avait vécu un sale moment... Son estomac ouvert et ses tripes à l'air... Peut-être bien qu'elle n'était pas morte tout de suite et ça, c'était le pire... A nouveau, Ayden s'humecta les lèvres et se passa la main dans ses cheveux avant de soupirer. Il se redressa et retourna auprès de Reese. Il ne se sentait pas de la laisser seule, surtout avec l'autre dératé, même menotté, qui grognait à la mort. Un coup d'oeil à la jeune femme et il lui fit un geste de la tête pour attirer son attention. Il se plaça face au suspect, s'accroupit et fixa le visage ruisselant d'hémoglobine. "Bon alors, c'est quoi l'histoire ?" dit-il dans un premier temps. "Ton nom ? Ton prénom ? Pourquoi ton pote et toi vous êtes comme ça ?" rajoutait-il un peu plus pressé. "C'est quoi ? De la drogue ? Quelque chose d'encore plus fort que la drogue du zombie ?" tonna-t-il bien plus fort sans pour autant que l'autre daigne dire un mot. Tout ce qu'il cherchait, c'était à lui croquer une partie du mollet. Putain, si c'était la drogue... Bordel... "Toi, mon pote, tu vas passer un sale quart d'heure." jura-t-il en se redressant pour surplomber l'homme en état d'arrestation.

Pour ne pas laisser son impulsivité, il expira longuement, histoire d'évacuer son trop plein d'émotions et se contenta de tourner autour du duo diabolique, comme s'il obtiendrait une réponse à force de cercle.
Serrant la mâchoire et tapotant nerveusement son arme, il se mit à prier que la troupe policière débarquerait rapidement et qu'ils auraient vite des réponses à tout ce merdier.


That old saying, how you always hurt the one you love, well, it works both ways. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reese B. Maddox
Administratrice
avatar
Métier : Enquêtrice
Informations : Jeune enquêtrice à la crime » Orpheline » Tempérament solitaire, souvent cynique, elle a un humour particulier et un certain franc parler » Particulièrement observatrice, elle est douée en déduction » Ne supporte pas son coéquipier, Ayden » Elle raffole du chocolat » A un chien, Malinois, du nom de Clint » Chante bien, grande fan de musique » A un petit penchant pour l'alcool



Annexes
Véhicule : Moto Yamaha MT-125
Armes : Beretta 92 à sa hanche, un tazer et un SIG P225 à la cheville

Mer 8 Nov - 22:26

Reese colla son dos au mur derrière elle, pour se soutenir. Elle se sentait flancher, même si elle faisait comme si tout allait bien. Dans le fond, rien n’allait, pas après ça. Elle se passa une main sur le visage, en essayant de chasser l’angoisse qui venait lui compresser les poumons. Les doigts dans les cheveux, elle ramena une de ses mèches vers l’arrière pour la coincer derrière son oreille. Le froid mordit la peau nue de son cou gracile. Elle serra les poings pour arrêter de sentir ses mains trembler. En vain. Il n’y eut que le contact de la poigne d’Ayden sur son bras pour la faire revenir sur terre, alors qu’elle se dégagea presque violemment :

« C’est bon, lâche-moi, ça va ! » Grogna-t-elle en le foudroyant du regard.

Ils n’étaient pas de ce genre de coéquipiers à trop en faire pour l’autre. D’ailleurs, Ayden et elle n’étaient pas ce qu’on pouvait appeler de proches. C’était à peine s’ils se respectaient, à dire la vérité. Alors sa question, Reese ne pouvait la prendre que comme une foutue agression. Elle n’allait pas s’effondrer sur elle-même, se mettre à pleurer, ou autre chose du même acabit. Elle avait tué quelqu’un oui, mais pour le protéger de ce qu’il aurait pu lui faire. Le sang sur sa joue en attestée, le corps à corps avait été violent, la proximité jouait.

L’homme s’éloigna pour aller voir la victime, constater le décès, même si ça serait au rôle du légiste d’en attester. Dix minutes, ça serait long. Et ils ne savaient pas ce qui couvait dans cette nuit sombre. La gorge nouée, Reese ne put s’empêcher de poser les yeux sur le cadavre au sol, à côté de l’individu arrêté qui ne pouvait s’empêcher de grogner. Ses pupilles étaient irrémédiablement attirés par lui, comme pour figer le temps sur cet instant précis. Ayden revint, elle lui adressa un regard fiévreux, avant de sentir finalement son estomac se retournait… Merde...

« Je… J’ai besoin de… » La brune lui fit un vague signe de la main pour lui demander du temps, alors qu’elle s’éloignait de lui au pas de course.

Elle eut à peine le temps de contourner l’impasse quand son ventre se serra brutalement et qu’elle fut obligée de vomir tout son contenu sur le sol givré par les températures. La bile lui brûlait la gorge, elle avait l’impression d’avoir recraché un morceau de charbon encore chaud. Toussant, elle se redressa en prenant une profonde inspiration. Le goût en bouche était ignoble, alors elle ferma les yeux pour tenter de faire passer cette nausée qui lui tordait encore les tripes. La jeune femme mit un certain temps avant de revenir vers son coéquipier. D’un pas hésitant, presque titubant. Elle tentait toujours de faire bonne figure.

« T’as appelé le légiste ? » Demanda-t-elle avant de se pincer l’arête du nez : « Putain… Le capitaine va me rouler dessus… » Souffla-t-elle. Elle aurait aimé pouvoir en rire, mais ça n’était qu’une autre dispute sur la liste des sermons qu’elle essuyait. « La montagne de paperasse que j’vais devoir me taper… » S’il ne la virait pas tout simplement.

Reese se tut. Les râles de l’autre agresseur couvraient le silence assourdissant entre eux.

« Il t’a dit quelque chose ou il est trop drogué pour ça ? » Lança-t-elle avec une pointe de mépris dans la voix, avant de lever les yeux au ciel. Dix minutes, c’était long. Moins quand on en passait la moitié à vomir. Et Reese entendait déjà les bruits des sirènes et des moteurs qui approchaient.


Something
to believe in
I'll face the night and I'll pretend, I got something to believe in


Dernière édition par Reese B. Maddox le Sam 11 Nov - 22:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayden W. Forestier
Administrateur
avatar
Métier : Inspecteur de police
Informations :

◘ A fortement envie de tuer sa coéquipière, Reese et l'insulte en français même s'ils couchent ensemble
◘ Est très proche de son frère Seth et de leur mère. A contrario, il refuse de parler à son père mais fait quand même l'effort d'échanger parfois avec Dylan, son demi-frère.
◘ Est très renfermé niveau sphère professionnelle
◘ Aime cuisiner, aime les sensations fortes
◘ Déteste les bruits répétitifs
◘ Prend des médocs pour calmer ses maux de tête et en abuse parfois
Véhicule : Ford Taurus 2014
Armes : Beretta 96 + matraque téléscopique

Sam 11 Nov - 21:43

Ayden poursuivait son petit manège, continuait de tourner autour du duo de l'enfer, sourcils froncés en espérant trouver une réponse à ses questions. Le vivant finirait bien par craquer non ? Apparemment, ça n'avait pas particulièrement d'effet. Les pas du français retentissaient dans la ruelle, les sirènes hurlaient et aux fenêtres de quelques maisons, les curieux s'agglutinaient pour comprendre ce qu'il se passait. Vraiment ? Ils arrivaient encore à être curieux maintenant ? S'humectant les lèvres de plus belle, l'homme ouvrit sa veste pour tirer son calepin et son stylo. Le suspect continuait de grogner, toujours plus fort à mesure que le bruit s'intensifiait et s'approchait. Un regard vers Reese et l'inspecteur se détourna pour retourner auprès du cadavre numéro 1. Comme à son habitude, il fit un petit croquis de la scène de crime, annota plusieurs choses, notamment ce qu'il voyait tout en mentionnant ce qu'ils avaient vu en arrivant et ce qu'il y avait de visible sur le mort. Lentement, il revint jusqu'aux deux rigolos, ressassant là aussi les événements qui expliquaient pourquoi il y avait un second mort. Sur une nouvelle page, il refit un petit dessin avant de passer au troisième luron qu'il décrivit comme agressif, drogué à n'en plus finir, incapable de parler. Il serra les dents un instant et soupira en se demandant combien de temps encore passerait avant que ses collègues arrivent.

"Bon... fit-il sans qu'il n'y ait une suite à sa phrase. Comme souvent d'ailleurs. Un mot suffisait amplement à traduire ce qu'il pensait. Bon sang. Bon dieu. Bon... Il y avait pas d'autres expression en fait. Ah si. Merde ! Ça, par exemple, ça traduisait bien ce qu'il ressentait. S'il faisait encore le fier face à la situation, en refoulant ses envies de dégobiller, il fallait tout de même avouer que ça devenait de plus en plus compliquer de tenir. Le français se pinça les lèvres un instant puis se frotta les yeux avant de ranger son petit matériel de flic. "Au fait, tu mourras pas. Peter va encore te sauver. Probablement pas de la paperasse mais en tout cas, c'est clair que je devrais encore te supporter. " dit-il en venant simplement se remettre à la hauteur du cannibale. "Bon... Toujours pas décidé à parler, l'ami ? J'ai des potes qui arrivent et tu vas pas aimer tes heures au poste, mon gars." menaçait le brun en laissant son regard azuré s'ancrer dans celui de son adversaire. Vide... C'était vide d'expression dans ces globes oculaires. Même la couleur inquiétait Ayden qui se frottait le menton, laissant ses doigts glisser dans sa barbe d'une semaine.

"Y a un truc qui cloche avec ce type, Reese... Il a pas l'air juste drogué..." marmonna-t-il en fixant le meurtrier. Ou alors était-ce l'impression qu'il avait uniquement parce que ce fou sanguinaire était encore couvert d'hémoglobine et ça faisait ressortir un aspect étrange chez lui. Le brun avait déjà arrêté un "vampire" dans sa carrière puisqu'il bossait dans une banque de sang. On les avait appelé pour stopper ce timbré qui volait des poches pour sa consommation personnelle... Y avait vraiment qu'aux États-Unis qu'on pouvait voir ce genre de choses... En tout cas, même Batman n'avait pas eu cet air de forcené quand il avait fallut l'immobilisé pour le sortir du lieu et l'emmener au commissariat. Celui-là, en revanche... Même Hannibal Lecter aurait eu peur de lui tant son regard était inexpressif. Enfin... Pas vraiment. On n'y décelait juste rien. Sans doute qu'un psy pourrait donner une réponse.

Enfin, les renforts débarquèrent. La femme qui dirigeait l'unité se présenta à eux. Le brun eut un sourire pour la femme car ils avaient été intime. Rien de sérieux, juste une histoire sans lendemain après une soirée arrosée mais ils restaient amis, si l'on pouvait dire ça comme ça. " Notre suspect... On soupçonne une consommation excessive de produits illicites. Gaffe à vous et votre équipe, Doherty, il est enragé et il mord. On sait pas jusqu'où il peut aller. ". Une poignée de main plus tard, l'équipe embarqua le taré, hurlant des ordres et venant finalement l'enfermer à l'arrière du fourgon pour le transporter sans risquer de blesser les argents gouvernementaux. A côté de cela, le légiste s'était affairé auprès des corps, la brune derrière. Le franco-américain s'approcha, carnet en main, prêt à prendre des notes. "Alors ?" qu'il demandait sur un ton presque impatient pendant qu'autour d'eux, d'autres agents s'occupaient de quadriller la zone, de s'occuper des pièces à conviction en plus de jouer à faire une balistique. Sans doute avaient-ils déjà prit l'arme de Reese comme élément clé de la scène. Haussant un sourcil, il notait les infos du professionnel sans dire un mot. Vivement qu'ils se rentrent, tiens...


That old saying, how you always hurt the one you love, well, it works both ways. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reese B. Maddox
Administratrice
avatar
Métier : Enquêtrice
Informations : Jeune enquêtrice à la crime » Orpheline » Tempérament solitaire, souvent cynique, elle a un humour particulier et un certain franc parler » Particulièrement observatrice, elle est douée en déduction » Ne supporte pas son coéquipier, Ayden » Elle raffole du chocolat » A un chien, Malinois, du nom de Clint » Chante bien, grande fan de musique » A un petit penchant pour l'alcool



Annexes
Véhicule : Moto Yamaha MT-125
Armes : Beretta 92 à sa hanche, un tazer et un SIG P225 à la cheville

Sam 11 Nov - 22:23

Reese poussa un long soupir à l’arrivée des renforts. Elle n’eut pas vraiment le temps de répondre à Ayden à ce sujet : sur le fait que l’homme n’avait pas seulement l’air drogué. Elle ne savait pas vraiment quoi en penser de toute façon, et si elle demanda à son coéquipier de préciser sa pensée, elle n’eut de toute façon pas de réponses qui aidaient à faire avancer le bordel. Elle resta en retrait, pour laisser à son partenaire de quoi s’occuper. Il avait l’air bien plus dans son élément, et il lui avait de toute façon clairement fait comprendre le peu d’estime qu’il avait pour elle avec son laïus sur Peter.

Elle préféra largement passer au-dessus, parce qu’elle se trouvait déjà dans un état de nerf intense pour le coup, elle n’avait nullement besoin de s’en rajouter une couche. Elle s’approcha du légiste, qui déballait déjà ses outils avant de lever le nez vers eux. Son sourire crétin arracha à Reese un soupir lassé : il fallait forcément que ça tombe sur lui, évidemment…

« Yooo les gars, vous avez l’air tout pallo, ça va pas ? » Demanda Sanders en enfilant ses gants. Ses yeux noirs se posèrent sur elle, elle détourna le regard. « Toi, t’as trop la tronche d’une nana qui vient de gerber... » Commenta-t-il.

Reese se figea. Merde… Il fallait qu’il le remarque. Ça allait se répandre à la brigade comme une traînée de poudre, elle allait se faire charrier un moment. Si encore ça n’avait été qu’Ayden pour se foutre de sa poire, elle aurait pu assumer, mais là, ça la faisait vraiment chier.

« Comment tu sais ça ? » Demanda-t-elle de but en blanc, croisant les bras sur sa poitrine.
« Je sais tou- » Reese le coupa : « Ok, t’es flippant et si tu continues à me regarder comme ça je te botte le cul, Sanders, c’est clair ? » L’homme esquissa une grimace.
« Très clair. - Tu peux nous dire quoi sur elle ? »

L’homme saisit l’un des organes déjà prémâché qu’il admira sans trop de vergogne. Les bruits de sussion lui retournèrent d’avantage le cœur.

« Ah bah je peux te dire que ça a pas été une partie de plaisir, j’espère au moins que les gars se sont faits un bon casse dalle. » Commenta-t-il en foutant ce qu’il avait trouvé dans une grosse boite.
« T’es sérieux ? » Lâcha Reese, le foudroyant du regard.
« Non bien sûr que non, je suis pas sérieux, c’est super sordide comme histoire ! Mais quand l’ambiance est trop lourde, il faut que je fasse des blagues, c’est plus fort que moi ! » Les yeux du légiste se tournèrent vers le second cadavre, qu’il désigna du chef : « En tout cas, tu l’as pas loupé l’autre… »

Reese roula des yeux. L’homme s’approcha alors et saisit le poignet du mort en sentant la froideur même à travers son gant.

« Oula, c’est bizarre ça… Passe-moi le thermomètre steuplait. » Lui fit-il. Reese fouilla dans sa caisse, le lui tendit. Elle détourna le regard lorsqu’il souleva le haut du mort pour chercher habilement son foie puis planter le tout à l’intérieur sans vergogne. Ils attendirent quelques secondes avant qu’un tintement n’avertisse que c’était bon. « Ok, on arrête tout ! » Lança-t-il en se redressant vivement. « Infectés les gars ! »

Il tourna sur lui-même, se figea devant l’un des officiers qu’il pressa :

« Rappelez-les, dites-leur de les conduire au MIT, ordre d’en haut. » Il se dandina sur place. « Et… Dites leur de ne surtout pas se faire mordre par cette saloperie, sinon euh… J’donne pas cher d’eux. » Il serra la mâchoire, gêné d’avoir à préciser ça en revenant vers les deux autres.

Sanders se balança à nouveau, tapotant dans ses mains toujours gantées qui éclaboussèrent de sang sa chemise. Il lâcha un « merde » avant de lever les yeux vers Reese :

« En fait, t’as pas à te faire de tracas hein, sérieux, tu l’as tué mais il était déjà mort ! » L’avertit-il avec un grand sourire.
« Excuse-moi ? » Demanda-t-elle.
« Spooooileeers, faut voir ça avec le capitaine, moi j’suis dans la confidence du secret et faudra que je vous tue si je vous le dis. » Reese fronça les sourcils. Ses yeux cherchèrent Ayden, interloquée. Elle ne comprenait pas ce qu’il se passait…

Et Sanders allait pas tarder à se prendre une droite s’il continuait sur sa lancée. Ça, il ne suffit que d’un regard pour que son coéquipier le comprenne.


Something
to believe in
I'll face the night and I'll pretend, I got something to believe in
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayden W. Forestier
Administrateur
avatar
Métier : Inspecteur de police
Informations :

◘ A fortement envie de tuer sa coéquipière, Reese et l'insulte en français même s'ils couchent ensemble
◘ Est très proche de son frère Seth et de leur mère. A contrario, il refuse de parler à son père mais fait quand même l'effort d'échanger parfois avec Dylan, son demi-frère.
◘ Est très renfermé niveau sphère professionnelle
◘ Aime cuisiner, aime les sensations fortes
◘ Déteste les bruits répétitifs
◘ Prend des médocs pour calmer ses maux de tête et en abuse parfois
Véhicule : Ford Taurus 2014
Armes : Beretta 96 + matraque téléscopique

Sam 11 Nov - 23:26

"Sanders, si tu dis rien, je laisse Maddox t'exploser la tronche et traîner ta face dans la boue. " ordonna Ayden sans le moindre remord. Même s'ils ne se connaissaient pas en privés, les coéquipiers parvenaient encore à comprendre les actions, les expressions faciales ou même les paroles de l'autre, de sorte qu'ils n'avaient même pas besoin de code pour agir. "Ou alors, Devyn, c'est moi qui te casse la gueule et je te jure qu'ensuite je la laisse te pendre par les couilles à l'arrière de la voiture. Et on baladera ton corps à la façon Troie. Tu seras Hektor et nous Achille." gronda le flic alors que le légiste cessait petit à petit de se dandiner, devenant même plutôt raide de trouille face à ces menaces. "Tu as trois secondes... J'crois que la dame a le poing qui chauffe." fit-il avec un sourire en coin plein de sadisme. "J'aime pas bosser avec vous, putain ! On peut jamais rigoler !" hoqueta l'homme en blouse. "J'peux rien dire ! Le capitaine me tuerait et j'ai encore plein de chose à vivre ! Comme faire tourner une lessive dans ma nouvelle machine à laver ! Ou goûter au nouveau burger du fastfood à côté du bureau ! Vous savez, celui qui rajouter un truc spécial dans sa sauce là... Et j-" Sanders se stoppa d'un coup en venant sursauter alors qu'Ayden venait faire claquer fortement ses mains devant le visage du médecin. "Sanders !" tonna le français pour le recentrer. "J'peux rien dire ! J'vous assure que je suis tenu au secret et c'en est fini de moi si j'vous dit que l'épidémie rend les gens malades et les tue et qu'après ils reviennent à la vie en étant toujours mort !" Le médecin ricana jaune face à cette confession dû à la pression. "Faut voir avec le chef les gars, j'peux rien faire pour vous. Désolé. Ça vient d'en haut et... Voilà, voilà. " Le médecin s'éloigna bien vite du duo pour ordonner à son équipe de remballer et fuir les agents avant qu'ils ne cherchent à lui sortir d'autres vers du nez.

L'homme regardait les employés faire pendant qu'ils mettaient dans un sac les deux corps, Sanders donnant ses instructions pour le cadavre étripé. Il tapotait le crâne, comme s'il insistait sur une zone. Le regard sombre du légiste croisa celui des inspecteurs, le faisant sourire de malaise avant qu'il ne se détourne rapidement pour s'éloigner aussi vite que possible. Lorsque la majorité des agents sur place s'en allèrent après avoir remballé le matériel, les enquêteurs se retrouvèrent en tête à tête. "Tu crois qu'il a sniffé les saisies de cette semaine ? Des morts qui reviennent à la vie à cause d'une grippe ?... " demanda-t-il en fixant le point où se trouvait le corps de l'agresseur mort, quelques instants auparavant. Non, clairement, il se fichait d'eux... Puis en plus il mêlait le capitaine à cette histoire... Un des derniers agents vint les prévenir qu'il avait pu avoir l'équipe d'escorte de l'agresseur et conformément à la demande, ils l'emmenaient au MIT. Le MIT ? Vraiment ? Ils allaient emmener un fou furieux dans un endroit aussi particulier que celui-là ? Serrant la mâchoire, Ayden vint se masser la nuque dans une tentative désespérer de comprendre quelque chose. Mais rien. Rien n'allait, rien ne concordait. Dans quel monde on pouvait mourir et revenir ? Ils n'étaient pas dans un putain de jeu vidéo, à la fin ! Venant se frotter la joue, il se souvint alors de la gerbe de sang venue souiller sa figure. C'était irréaliste..." Il nous faut des réponses." trancha le français en se rendant à l'endroit où ils avaient laissé leur voiture tandis qu'il dégainait son téléphone. Il avait besoin de réponse, d'info. Besoin de savoir ce qu'il se passait et si ça se trouvait en dehors de Boston, de l'État.

D'un geste expert, il déverrouilla son portable et appuya sur une touche pour contacter son frère qui décrocha après la deuxième sonnerie. "Ouais frangin ? Qu'est-ce qu'il y a ? Est-ce que ça va ? " fit l'aîné des Forestier. "J'ai besoin d'infos." répondit le cadet sans plus de cérémonie. "T'es blessé ? T'as besoin de quitter le pays ? T'as enfin tué Reese et tu veux que je t'aide à cacher le cadavre ?" demanda prestement Seth, étrangement stressé à l'idée que le plus jeune ait commis un crime. "Non, je l'ai pas tué. Et elle t'entend, on est dans la voiture et t'es sur haut parleur, du con." soupira le français en terminant d'ailleurs la phrase dans la langue de Molière. "Ouf, parce que pour le coup, j't'aurais pas aidé. Salut Reese ! Bon, tu veux savoir quoi ?" pressa le pompier. "Tu sais quoi sur l'épidémie ?" lâcha de but en blanc l'inspecteur. Un silence se fit à l'autre bout du combiné qui dura une demi seconde, comme si le policier venait de mettre ses doigts dans une prise. "Écoute..." commença Seth avant de se racler la gorge. "J'peux pas trop t'en dire parce que je sais pas grand chose. Tout ce que je sais c'est que... Bah... La grippe tue les gens. On nous demande juste d'emmener les dépouilles dans un centre spécialisé. Ensuite, j'sais pas c'qu'il se passe." raconta Seth sur un ton hésitant. Le léger tremblement dans sa voix indiquait à l'enquêteur que tout n'était pas dit et il se contenta d'un "Seth." pour inciter le pompier à se confier. "Ok, ok. Une fois j'ai cru entendre qu'un chercheur avait dit à un flic de pas se faire mordre sinon il finirait comme le malade, lui aussi." laissa-t-il tomber d'une voix grave. Qu'est-ce que ça voulait dire ? Se faire mordre et tomber malade ? C'était comme la rage ? Genre, se faire blesser par quelqu'un de malade pour la choper aussi ? C'était insensé... Et le vaccin, hein ? "Tout ce que je peux vous dire, c'est d'être prudents." ajouta l'aîné d'une voix couverte d'inquiétude. "Hmhm. Embrasse maman." répondit simplement Ayden en venant raccrocher. Il se tapota le genou en cherchant à comprendre ce que signifiait cette mascarade sans jamais tomber sur quelque chose d'intelligible.

"J'sais pas toi, mais j'crois que j'vais écouter Sanders pour une fois et aller emmerder le capitaine." déclara le brun tandis que son regard bleu observait un défiler de voiture et quelques personnes dans la rue qui discutaient, se promenaient ou mangeaient. Est-ce qu'ils pouvaient être infectés sans le savoir ? Est-ce que dans une demi heure, on rappellerait l'équipe qui se retrouveraient encore face à des cannibales ? Est-ce qu'ils revivraient la même scène pour ensuite apprendre de la bouche du légiste qu'en fait, il s'agissait d'infectés ? Bon sang, c'était le scénario d'un vieux nanar, ça. Un de ces films qu'on ne voyait qu'à quatre heure du mat, quand on avait du mal à dormir...


That old saying, how you always hurt the one you love, well, it works both ways. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reese B. Maddox
Administratrice
avatar
Métier : Enquêtrice
Informations : Jeune enquêtrice à la crime » Orpheline » Tempérament solitaire, souvent cynique, elle a un humour particulier et un certain franc parler » Particulièrement observatrice, elle est douée en déduction » Ne supporte pas son coéquipier, Ayden » Elle raffole du chocolat » A un chien, Malinois, du nom de Clint » Chante bien, grande fan de musique » A un petit penchant pour l'alcool



Annexes
Véhicule : Moto Yamaha MT-125
Armes : Beretta 92 à sa hanche, un tazer et un SIG P225 à la cheville

Dim 12 Nov - 0:05

« Salut Seth. » Souffla Reese en réponse au frère d’Ayden. Elle ne força pas un sourire, parce que l’homme n’aurait pas été capable de le voir de toute façon. Et qu’elle n’avait pas vraiment la force de lui en faire un.

Elle baissa les yeux, essayant de démêler le vrai du faux. Dans son esprit, Reese se focalisait surtout sur un aspect qui la soulageait provisoirement : elle avait tiré sur un mort. Ça voulait dire qu’elle n’avait pas concrètement abattu quelqu’un. Ce fait tournait, tournait et tournait encore dans son esprit alors qu’elle essayait de rester concentré. Parce que ça n’était pas pour autant une bonne chose : les morts se relevaient. Elle avait tiré sur une personne déjà morte, qui aurait dû, légitimement, le rester. Ça n’avait aucun sens. Ils pouvaient retourner à la voiture, mais Reese se figea :

« Je peux pas conduire. » L’avertit-elle d’une voix blanche, consciente qu’elle n’aurait pas la force d’en faire plus. Tout ça la remuait toujours.

Ce fut donc Ayden qui prit la place du conducteur, et elle qui se glissa sur le siège passager. La brune claqua la porte, trembla presque pour attacher sa ceinture. Tout ça lui faisait incroyablement bizarre, mais ça n’était rien comparé aux doutes qui lui tenaient les tripes. Le moteur démarre, ils s’arrêtèrent quelques minutes plus tard à un feu. La brune regarda autour d’elle, sans trop savoir comment le temps parvenait à défiler. C’était comme s’ils s’étaient téléportés, alors qu’elle fixait les minutes intensément.

« Arrête-toi. » Souffla-t-elle en s’extirpant du véhicule, avisant une supérette dans laquelle elle rentra. La brune n’en ressortit que quelques instants plus tard, un sac en papier à la main contenant un paquet de biscuit et une bouteille de whisky. Elle fit juste un geste à Ayden : elle ne voulait pas de ses commentaires.

Vraiment pas.

_______________________

« Non non non vous sortez tous les deux, j’ai pas besoin de vos emmerdes ce soir ! » Tonna leur capitaine à peine venait-il de raccrocher le téléphone. « Suffisamment à faire avec les conneries du sénateur et tout ce bordel… »

Reese referma derrière eux, regardant l’homme en gardant le silence. Ses yeux passèrent de lui à Ayden, comme si elle cherchait le soutien de l’homme pour se lancer. Elle n’en eut pas besoin finalement :

« Je sais ce que vous avez fait, Maddox, Sanders m’a appelé. » Souffla-t-il avant de secouer vivement la tête : « Ce type sait pas tenir sa langue… Et faut qu’il soit au courant de tout évidemment. » Grogna-t-il en retombant sur son siège trop confortable pour son embonpoint.

La jeune femme ne rajouta rien de plus, laissant un silence s’installait. Finalement, Sanders avait raison. Elle avait pourtant beaucoup de mal à y croire, à se dire que ça n’était pas juste des conneries. C’était surréaliste, non ? Digne d’un film de science-fiction ! Des morts cannibales, tout de même ! Elle aurait pu en rire si elle n’avait pas vu ça de ses propres yeux.

« Vous allez nous expliquer ou on va continuer à risquer notre vie sans savoir à quoi on a à faire… ? » Le capitaine lui adressa un regard furieux. Il n’aimait pas son insolence, mais pour le coup, elle avait raison. « C’est vraiment la grippe qui a fait… ça ? »

L’homme mit un certain temps avant de hocher la tête.

« On sait pas d’où ça vient. J’bataille pour avoir des informations depuis des semaines, mais le CDC se montre hyper secret pour pas créer la panique. C’est encore… Contrôlable. » Fit-il en pesant ses mots. « Il faut juste rester prudent, ne pas se laisser mordre. C’est les seules indications qu’on a, et que je vais transmettre aux autres. »

Reese fronça les sourcils. Le monde tournait donc vraiment à l’envers.

« Vous pouvez partir. » Leur précisa leur supérieur d’un regard pressant, l’air de dire qu’il n’avait vraiment plus envie d’en parler.

Et son œillade ne souffrait d’aucun refus.


Something
to believe in
I'll face the night and I'll pretend, I got something to believe in
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayden W. Forestier
Administrateur
avatar
Métier : Inspecteur de police
Informations :

◘ A fortement envie de tuer sa coéquipière, Reese et l'insulte en français même s'ils couchent ensemble
◘ Est très proche de son frère Seth et de leur mère. A contrario, il refuse de parler à son père mais fait quand même l'effort d'échanger parfois avec Dylan, son demi-frère.
◘ Est très renfermé niveau sphère professionnelle
◘ Aime cuisiner, aime les sensations fortes
◘ Déteste les bruits répétitifs
◘ Prend des médocs pour calmer ses maux de tête et en abuse parfois
Véhicule : Ford Taurus 2014
Armes : Beretta 96 + matraque téléscopique

Dim 12 Nov - 1:16

Jusqu'à présent, Ayden avait tout fait pour se montrer exemplaire, obéir aux ordres, ne rien dire mais là, c'en était trop. La colère qui l'envahissait venait submerger sa passivité légendaire et d'un seul coup sa main vint rencontrer un vase moche reposant sur un casier de rangement. Le geste était violent, furieux et plein de haine. "Contrôlable ?!" hurlait-il alors qu'il venait à présent rejeter la chaise vide faisant face au bureau du capitaine d'un coup de pied violent, ignorant même la douleur qu'il ressentait aux orteils. "Juste être prudents ?!" ragea-t-il encore. Ses propos bruyants ainsi que son bazar dans le bureau du chef réveilla même les quelques employés encore présents, les inquiétant même de savoir. "Vous vous foutez de nous ?! On nous envoie à la mort sans rien nous dire et on doit "juste être prudents" ?!" Ayden ouvrit en fracas la porte du bureau, ricanant faussement. "Hey les gars ! Le capitaine, il vous a dit que cette putain de grippe tuait les gens ? Qu'elle les ramenait à la vie et qu'en plus, si on se faisait mordre, on pouvait en mourir ?! Mais ça va, c'est contrôlable ! Et faut juste être putain de prudents !" qu'il braillait en haussant les épaules. Le chef de brigade se leva, désormais furieux et pointa son index vers le brun en tonnant un "Forestier ! Vous êtes relevés de vos fonctions !" suite à quoi, l'inspecteur répondit un très étonnant "Vous ne pouvez pas ! Et vous savez pourquoi ? Parce que vous avez besoin de moi ! Comme vous avez besoin des bleus ! Pour protéger la population, pour qu'on soit la chair à canon de ces connards de politique qui ne préviennent même pas les protecteurs de la nation ce qu'ils risquent !". L'insolence d'Ayden l'effraya mais il ne lâchait pas le morceau. Comment pouvait-il ? Combien de ses collègues ignoraient ces informations ? "J'ai failli me faire arracher la gueule ! J'aurais pu crever ce soir si Reese m'avait pas sauvé ! Parce qu'un putain de revenant m'a sauté dessus ! Et bien sûr, on trouve ça normal de pas prévenir qu'on peut clamser à tout moment ! " Une colère sourde grondait en lui. Ouais, il aurait pu mourir. Pour la première fois depuis longtemps, il avait pu peur. Cette vérité alimentait sa haine du gouvernement et sans doute celle qu'il éprouvait à l'heure actuel vis à vis de ce capitaine qui dirigeait comme il pouvait son cabinet avec le peu d'infos qu'il avait. Sans doute que ce n'était pas sa faute, sans doute qu'il était au courant depuis peur. Mais... Non. Merde ! C'était pas possible qu'il soit à peine au courant alors que Sanders semblait connaître les infos depuis un bail. De la gueule de qui on se foutait ?!

Faisant les cents pas en tremblant, l'homme se passa la main dans les cheveux puis sur le visage alors qu'en bruit de fond, le chef hurlait à son tour des choses qu'Ayden ne prenait pas la peine d'écouter. Que disait-il ? De rendre son arme et sa plaque ? Sans broncher, l'homme balança sa carte de police sur le sol, aux pieds de son patron qui devenait rouge de rage. Le regard bleu du franco-américain se posait sur tous les visages désormais inquiets. Certains murmuraient, d'autres se tournaient vers les autres quand chacun se mettait à douter. Est-ce que c'était vrai ? Un peu que c'était vrai. Mais les choses prenaient aussi une ampleur nouvelle sous le crâne de l'inspecteur. Et si c'était ça, les agressions contre les policiers ? Et si c'était à cause de ça que de nombreux collègues ne venaient plus au boulot ? Et si c'était ça les disparitions dans les foyers ? Est-ce que cette épidémie ravageuse était responsable de tout ça. Le coup de sang du brun s'était estompé pendant que les voix s'élevaient en réclamant des réponses. Ça piaillait de toutes parts et la voix du représentant se fit entendre. "OH ! J'en sais pas plus que vous ! Les 'infectés' sont des gens comme vous et moi ! Ils attrapent la grippe et elle les tue. Parfois rapidement et d'autres fois lentement. Ensuite ils revivent et agressent la population ! Une morsure est généralement le déclencheur de contamination !" La voix du commandant hésitait. Il s'inquiétait aussi de ce qu'il se passait et sans doute qu'il aurait préféré épargner ses hommes de ce genre de choses. "C'est tout ce que le gouvernement m'a transmit. Et si on arrive à choper un infecté, il faut l'envoyer au MIT en évitant de se faire croquer. Il faut être prudent, c'est tout ce qu'on peut faire..." rajoutait l'homme, épuisé par ce merdier dans lequel se trouvait Boston et dont la solution semblait si loin d'être trouvée.

Ayden avait écouté chaque mot, chaque phrase, chaque intonation mais ça ne suffisait pas. Non, clairement, ça ne suffisait pas à calmer cette sensation de trahison. Mourir en poste, il se doutait que ça pouvait arriver. Après tout, ça avait faillit arriver. Il s'y était préparer. Mais mourir à cause d'une morsure... Non seulement c'était pas courant mais en plus on ne les mettait pas au courant à moins de venir chercher les infos ? Armstrong était-il aussi débile ? Il croyait sincèrement que l'armée, le FBI, CIA, la police et tout ce qui touchait à la protection, accepteraient de se faire réduire en charpie sans plus d'explication. Se détournant de la foule de flics, le policier se fraya un chemin jusqu'à la sortie, prenant la peine de fracasser le cadre photo dans lequel reposait une photo de l'ensemble de la brigade en habits de cérémonie. Un caprice du capitaine qui voyait dans cette image une manière d'améliorer le travail d'équipe. Équipe... Tu parles ! Il savait parfaitement qu'il envoyait ses soldats à la casse. "Carlson, file moi une clope, s'il te plait." demanda Ayden à son collègue qui finissait la sienne avant de retourner en enfer. L'homme accorda à son collègue un bâton de tabac qu'il alluma rapidement avant de rejoindre le trottoir face au commissariat. Putain... Quelle soirée de merde. Plus merdique encore que le début de leur patrouille. Une présence se fit à ses côtés et il n'eut pour réflexe que de jeter un regard en coin pour s'assurer qu'il connaissait la silhouette qui se dessinait. Reese. "Finalement, c'est toi qui a eu la meilleure idée de la soirée." dit-il en prenant une bouffée de tabac. Il n'avait pas pour habitude de fumer, il ne fumait que lorsqu'il était chez lui, d'ailleurs, devant son immeuble et qu'une seule mais là, il sentait qu'il avait besoin de plus.

Long silence. Pesant. Le crépitement du feu consumant le bâtonnet le fit soupirer longuement alors que les effluves chimiques lui remplissaient le crâne de cette sainte drogue. Avant d'attaquer le filtre, Ayden écrasa le mégot dans le cendrier public avant de se détourner dans l'idée de rejoindre la voiture mise à disposition du duo. "Merci." fit-il sans prévenir puis ne prit pas la peine de prévenir qu'il irait jusqu'à l'automobile, se contentant de se placer derrière le volant et d'attacher sa ceinture. Lui aussi voulait picoler, finalement. Et même fumer un coup. Peut-être même qu'il couplerait le tout avec ses médicaments pour les maux de tête tant le gong qui lui fracassait le crâne retentissait à n'en plus finir. La portière passager s'ouvrit et sa collègue prit place. Il démarra le moteur puis quitta le parking pour aller se perdre dans les rues. Qu'est-ce qu'ils foutaient chez les hauts placés, hein ? Fallait qu'un maximum de gens soient malades pour se dire qu'il était temps de mettre les personnes saines en sécurité ? Putain de merde ! Se garant près d'une supérette, l'homme jeta un regard à la brune et haussa les épaules en quittant l'habitacle pour se rendre entre les rayons. En retrouvant la bagnole, il installa à l'arrière un sac remplit d'alcool en tout genre, de paquets de clopes et de quelques confiseries. Il irait clairement se mettre une race ce soir. Demain il le regretterait mais il s'en foutait royalement. Fallait au moins ça avant de se dire qu'un peu de bave lui pourrirait sans doute la vie dans les jours à venir. Silencieusement, il démarra pour aller jusqu'à son appartement. Soupirant profondément, il se passa la main dans les cheveux et murmura à sa partenaire un "Tu montes ou j'te laisse te mettre ta cuite dans la caisse ?" avant de quitter la place pour se mettre en route vers son doux foyer.


That old saying, how you always hurt the one you love, well, it works both ways. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
More than you know
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Apocalypse :: South Boston :: South Bay Center-
Sauter vers: